Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 23 juillet |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Il étudie avec des livres trouvés dans une décharge… et est reçu premier !

Thompson Vitor – fr

G1

La rédaction d'Aleteia - publié le 08/04/15

Sa mère croyait qu’« un fils de pauvres » ne pouvait finir qu’en voyou. Son fils lui a brillamment prouvé le contraire.

Thompson Vitor, 15 ans, est le fils d’une chiffonnière et vit dans un faubourg de Natal, au Brésil. Sa mère, Rosângela, a toujours entendu dire qu’un « fils de pauvres ne peut être qu’un voyou ». Et nombreux sont ceux qui penseraient exactement la même chose. Mais Thompson Vitor s’est classé premier à l’examen de sélection de l’Institut fédéral de Rio Grande do Norte (IFRN), où il suit des études de multimédia.

Le jeune Thompson se réveille tous les jours à 5 h 30 et parcourt dix kilomètres à vélo pour aller à l’école. Quand il rentre chez lui, il étudie pendant tout l’après-midi, avec ses propres livres. Sauf que ceux-ci proviennent d’une décharge, où ils ont été ramassés par la mère du jeune garçon. « Je prenais les livres que les riches jetaient à la poubelle et je les rapportais à la maison. Je lui donnais ces jolis livres afin qu’il les étudie. Je l’ai poussé à avoir le goût de la
lecture », raconte aujourd’hui Rosângela.

En 2014, Thompson avait déjà tenté de passer l’examen de l’IFRN, mais n’avait pas été reçu. Il a failli renoncer, mais ses professeurs l’ont encouragé à persévérer, malgré la tentation de penser que
« les études, ce n’est pas fait pour les pauvres ». Sa persévérance a payé au-delà de ce qu’il aurait pu imaginer. Cette année, non seulement il a réussi l’examen, mais en plus il a été reçu premier !
« Je sais seulement que je n’étudie pas par obligation, mais par goût. Je le dis à tout le monde : pour moi, étudier est un art. Ce n’est pas un grand secret, il suffit d’être déterminé », explique le jeune étudiant issu de ces « périphéries » dont nous parle si souvent le Pape. Les parents de ce garçon qui a étudié avec des livres trouvés dans les poubelles n’avaient même pas de quoi payer l’école primaire de leur fils. « Mes enfants ne seront pas des bandits quand ils grandiront. J’y crois », affirme Rosângela, fière de l’exploit de son fils… et d’elle-même.

Adapté du portugais par Élisabeth de Lavigne

Tags:
Brésilperipheries
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement