Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 24 mai |
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Préparation à la naissance : ces méthodes auxquelles vous n’aviez pas pensé

pregnant

Syda Productions | Shutterstock

Anna Ashkova - published on 20/10/21 - updated on 20/10/21

Sophrologie, haptonomie, acupuncture, fasciathérapie… En plus de la préparation classique à la naissance, il existe de nombreuses techniques pour se préparer à l’accouchement.

Durant sa grossesse, chaque femme bénéficie de sept séances de préparation à la naissance et à la parentalité, prises en charge à 100 % par l’Assurance Maladie. Ces cours, pratiqués en groupe ou en individuel, peuvent être réalisés par un médecin ou une sage-femme. À côté de la préparation classique, existent différentes méthodes que l’on peut combiner et ainsi concocter une préparation à la naissance sur-mesure. 

1La sophrologie pour apprendre à gérer la douleur

On y apprend les différentes techniques de respiration et de relaxation, mais aussi les mouvements physiques simples. La pratique régulière des exercices de sophrologie aide à dédramatiser l’accouchement et à surmonter la douleur des contractions lors de l’accouchement grâce à la concentration mentale positive. Un cours parfait pour celles qui souhaitent accoucher sans péridurale. On peut commencer les cours à partir du quatrième ou cinquième mois de grossesse. Les séances sont remboursées par la Sécurité sociale si elles sont pratiquées à l’hôpital ou par une sage-femme. Certaines mutuelles prennent aussi en charge les séances.

2Le yoga ou le pilates prénatal pour atténuer les maux de grossesse

Idéal pour celles qui veulent conserver une activité physique douce pendant la grossesse. Les différents exercices permettent de soulager les maux de grossesse tels que les douleurs lombaires et à se préparer à l’accouchement (respirer correctement, se relaxer pour mieux supporter les contractions, reconnaître et sentir le périnée, bien placer son bassin, etc.). Les cours, pris en charge par la Sécurité sociale, commencent généralement à partir du deuxième trimestre et peuvent se poursuivre jusqu’au terme. 

3Préparation à l’accouchement en piscine

Les cours, pris en charge par la Sécurité sociale, se déroulent en petit groupe d’une dizaine de personnes. On peut les commencer vers la 20e-22e semaine d’aménorrhée pour décontracter le corps devenu plus lourd. Avec des pratiques similaires à celles de l’aquagym, les futures mamans alternent différents exercices qui les aident à mieux contrôler leur respiration, permettent de se détendre et atténuer les douleurs dorsales et lombaires. De plus, la pression de l’eau exercée sur le corps améliore la circulation sanguine. Un effet de bien-être et de légèreté garantis. 

4Le chant prénatal pour se détendre

Doux et apaisant, le chant prénatal est également une bonne méthode de préparation à l’accouchement. Il décontracte les futurs parents et rassure le nourrisson in utero. Le jour J, les vocalises effectuées permettent de travailler et de détendre les muscles sollicités lors de l’accouchement (ceinture abdominale, diaphragme, périnée…). Les mamans peuvent commencer les cours au cinquième mois de grossesse. Considéré plutôt comme un atelier de loisir, le chant prénatal n’est pas remboursé par la Sécurité sociale. 

5L’haptonomie, des bienfaits pour toute la famille

PREGNANCY

L’haptonomie débute en général à partir du cinquième mois de grossesse, lorsque la future maman sent bien le bébé bouger. Cette science de l’affectivité permet aux parents de nouer avec une relation tactile avec le bébé avant sa naissance. En fin de grossesse, le futur papa acquiert aussi des gestes qui lui permettront le jour J de soulager les douleurs dorsales de la maman. La Sécurité sociale rembourse les séances d’haptonomie (hors dépassement), au titre de la préparation à l’accouchement, à condition qu’elles soient dispensées par un médecin ou une sage-femme.

6L’acupuncture pour soulager les douleurs

L’acupuncture peut se pratiquer dès le début de la grossesse et jusqu’à la 36e semaine. Elle soulage les nombreux maux qui gênent la future maman durant la grossesse (nausées, vomissements, constipations, hémorroïdes, stress, anxiété et troubles du sommeil, douleurs lombaires…). Elle est aussi utile lorsque le bébé tarde à se retourner. La stimulation des zones précises du corps de la maman incite en effet l’enfant à bien se positionner pour l’accouchement. En fin de grossesse, les séances d’acupuncture aident à accoucher plus rapidement et plus sereinement. Les séances d’acupuncture peuvent bénéficier d’une prise en charge de la Sécurité sociale si elles font l’objet d’une prescription et sont réalisées par un médecin conventionné. Certaines mutuelles remboursent aussi en totalité ou en partie des séances.  

7La fasciathérapie pour éliminer le stress

Il s’agit d’une thérapie manuelle et corporelle douce, employée par les kinésithérapeutes et les ostéopathes. Cette méthode stimule les fascias, fines membranes qui recouvrent et cloisonnent toutes les parties anatomiques du corps (organes, os, muscles, viscères…) et dont le rôle est de maintenir la cohérence de l’ensemble des organes. Ces fascias se rétractent à la suite d’agressions (stress, traumatismes) et génèrent alors douleurs, contractions, migraines et gênent le travail des muscles. En effectuant des gestes précis et particulièrement lents, le praticien parvient à soulager les douleurs et à éliminer le stress de la vie quotidienne, comme l’angoisse de l’accouchement. On peut recourir à la fasciathérapie dès le quatrième mois de grossesse. Le remboursement par la Sécurité sociale est variable, selon le statut du kinésithérapeute (conventionné ou non). Certaines mutuelles peuvent rembourser la part qui n’est pas prise en charge. 

8La méthode Bonapace pour impliquer le papa

Cette préparation à la naissance, apparue au début des années 90, combine yoga, méditation, massage et gestion du stress. Enseignée par une sage-femme ou un médecin généraliste, elle laisse une large place au père. Ce dernier apprend différentes techniques pour soulager son épouse le jour de l’accouchement. On peut commencer cette préparation à partir de la 24e semaine de grossesse. La Sécurité sociale prend en charge à 100 % ces séances. Pour connaître les sages-femmes qui préparent à la naissance avec la méthode Bonapace, il faut se renseigner auprès de sa maternité ou consulter le site officiel de la méthode Bonapace.

Tags:
femmesgrossessenaissancesanté
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement