Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 18 avril |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Management : bien parler, non pour éblouir, mais pour motiver

Article réservé aux membres Aleteia Premium
chef entreprise

© Matej Kastelic - Shutterstock

Pierre d’Elbée - publié le 04/12/21 - mis à jour le 01/08/22

Tous les mois, le consultant Pierre d’Elbée éclaire le quotidien des entreprises avec la sagesse de la philosophie. Il aborde aujourd’hui la parole du responsable : comment bien parler, non pour éblouir, mais pour motiver son auditoire ?

Votre patron est-il convaincant ? En septembre, une étude Whistcom/OpinionWay montrait que 84 % des salariés considèrent que leur dirigeant est un bon orateur, alors que 56% d’entre eux considèrent que cette même parole contribue peu (26%) ou même pas du tout (encore 26 %) à les motiver au quotidien. Ce paradoxe entre la qualité formelle d’une parole et son piètre résultat en matière de motivation interroge. Voici trois qualités qui me paraissent caractériser une parole réellement motivante.

Une parole habitée

En premier lieu, la force d’une parole n’est pas seulement dans la pertinence de son contenu ni dans la qualité formelle (bien parler) du dirigeant ou du manager, mais dans son degré d’implication. Une personne qui parle avec authenticité, cela se voit, cela s’entend. Mieux encore : la « congruence » entre ce qu’elle dit et ce qu’elle pense, entre ce qu’elle est et ce qu’elle paraît, le fait qu’elle croie vraiment à ce qu’elle dit, cela se sent. C’est elle qui peut déclencher chez l’autre un vrai consentement. Il s’agit d’une parole pas seulement authentique, mais habitée, c’est-à-dire animée, engagée.

Un monologue, même pertinent, finit toujours par devenir rébarbatif. Un bon communicant écoute celui qui écoute, il est attentif aux feedbacks. Une parole réussie enclenche un dialogue. La célèbre expérience du psychologue Kurt Lewin sur deux groupes de femmes aux USA en 1943, est significative à ce sujet : il s’agissait de changer leurs habitudes alimentaires en les persuadant de consommer des viandes d’abats, les meilleurs morceaux étant envoyés aux soldats sur le front. Le premier groupe assiste au discours d’un expert parfaitement pertinent, qui défend la valeur gustative et nutritionnelle des abats. L’animateur du deuxième groupe les invite à échanger ensemble, et leur fait identifier pourquoi elles éprouvent une aversion envers ce type de produits. Résultats une semaine plus tard : dans le premier groupe — qui a écouté un monologue — une seule femme sur 30 a changé ses habitudes, dans le second: 10 sur 30. CQFD : la parole échangée est la plus motivante. Le but de la prise de parole du dirigeant n’est pas qu’il soit admiré, mais de permettre à ses auditeurs de se positionner, en les laissant s’exprimer.

Une parole stimulante

La parole motivante s’adresse au désir et pas seulement à la raison. La rationalité cherche la sécurité et l’ordre, un propos incontestable. Le désir se porte vers ce qui attire : un projet captivant, une belle aventure, un défi… La parole motivante suscite la curiosité, libère l’imagination ; à vouloir tout maîtriser, le rationnel ennuie : il n’y a plus qu’à exécuter. Bien sûr, la parole doit jouer sur les deux registres, mais en n’oubliant surtout pas de laisser une marge de manœuvre aux auditeurs pour solliciter leur propre contribution. Faciliter celle-ci pour que le salarié se sente reconnu et apprécié : alors oui, le manager suscitera une gratitude bien plus précieuse que l’admiration pour son discours. Mais l’essentiel n’est peut-être pas encore là. Une parole motivante réfère à quelque chose qui dépasse celui qui parle : un bien commun qui est l’affaire de tous, non pas d’un seul. La crainte d’une parole partiale peut alors laisser sa place à un esprit de service partagé. Il y a là un fil conducteur pour développer une véritable philosophie du management.

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
EntreprisemanagementTravailvie professionnelle
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement