Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 03 février |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

En 2022, et si on (se) dérangeait ?

femme manifestation

Jacob Lund - Shutterstock

Blanche Streb - publié le 03/01/22

Se ranger les uns les autres dans des cases comme dans des catégories définitives est une habitude qui se répand de plus en plus. Notre chroniqueuse Blanche Streb, qui y voit une manière de renoncer à la liberté, propose que l’on s’en défasse en « se dé-rangeant ».

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

Il n’aura échappé à personne l’oppressante particularité de notre époque de ranger les gens dans des cases. Un phénomène largement amplifié par l’ordre woke qui s’infiltre insidieusement. Désormais posséder une caractéristique physique (couleur de peau, sexe, taille, poids…), partager une conviction (ou même une question) peut vous faire entrer, bon gré mal gré, dans une case. Vous ne vous y reconnaissez pas, l’habit(acle) est trop petit ? Souffrez bien qu’on vous y mette. Les étiquettes et les anathèmes fusent dans les médias et les réseaux sociaux comme les feux d’artifice le 14 juillet.

Pourquoi aller se mettre tout seul dans une case étroite, artificielle et qui bien souvent ne sert qu’à brimer ou museler toute liberté d’expression ?

Artificiellement, on crée des catégories manichéennes, comme par exemple conservateurs et progressistes. Les premiers sentent le rance, les autres exhalent le vent frais du progrès-qu’on-arrête-pas-et-qui réenchante-la-vie. Qu’on nous range, moi ça me dérange. Mais attention, ranger sans « mégenrer », nouveau crime de lèse-majesté. Quant à la « cage aux phobes » — selon l’expression de Philippe Muray —, sera-t-elle assez grande pour accueillir tout le monde ? Déjà en 1999, l’essayiste écrivait que « s’il y a quelque chose qui marche très fort, en ce moment, et qui marchera de plus en plus, c’est la chasse aux phobes ». Pas faux. Le dispositif est devenu implacable pour se faire clouer le caquet (ou au pilori). 

Se planquer dans sa case

Ce que Murray a peut-être moins vu venir, c’est le petit frère de ce phénomène, « l’autocasage ». Mot masculin (désolée !), inventé (c’est mon droit) qui signifie : faculté d’une personne de se ranger d’elle-même dans une case. J’en veux pour preuve ce simple fait d’entendre de plus en plus les gens s’exprimer « en tant que » (noir, femme, vegan, non pratiquant, vacciné… ou que sais-je ?), sans que l’on ne sache vraiment si cela prend les atours du repentir ou du diplôme, l’un et l’autre ne s’excluant pas, évidemment… Et récemment, quel ne fut pas mon étonnement d’entendre un homme commencer son propos par « Je vous préviens, je suis “complotiste” ». Surréaliste. Pourquoi aller se mettre tout seul dans une case étroite, artificielle et qui bien souvent ne sert qu’à brimer ou museler toute liberté d’expression ? Démission ? Soumission ? Lâcheté ? Peur ? Un peu tout cela à la fois, peut-être… Et si parfois, c’était aussi par facilité ? Bien casé, moins besoin d’argumenter, de réfléchir, de se remettre en question, de chercher la nuance et d’assumer la complexité… Se planquer derrière les « à quoi bon, j’ai toujours été comme ça » pour ne pas activer sa volonté, n’est-ce pas le travers qui traverse plus ou moins chacun de nous ? Et si une bonne résolution de 2022 était tout simplement de nous dé-ranger ?

Tags:
relations humainesSociété
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale