Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 14 août |
Saint Maximilien Kolbe
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Ces situations typiques des familles nombreuses qui vous marquent à vie

Article réservé aux membres Aleteia Premium
FAMILY

Liderina | Shutterstock

Cerith Gardiner - publié le 20/01/22

Si vous faites partie d’une famille nombreuse, vous allez certainement vous reconnaitre dans l'une des situations décrites par Cerith Gardiner, journaliste de l'édition américaine de Aleteia. Elle décrit avec humour les bienfaits insoupçonnés de grandir au sein d'une famille nombreuse.

Grandir avec huit frères et sœurs a certainement été pour moi une bénédiction, même si je ne l’ai pas toujours réalisé quand j’étais plus jeune. Maintenant que j’ai la quarantaine, je garde d’excellents souvenirs de cette époque et je rends grâce à mes parents pour tout ce qu’ils ont fait pour nous. Aujourd’hui, je peux dire que leur ouverture d’esprit pour accueillir autant d’enfants a été le plus beau cadeau que j’ai reçu. Alors, en l’honneur de toutes les familles nombreuses, voici 14 situations typiques que vivent les enfants de familles nombreuses et qui je l’espère vous feront sourire.

1ÊTRE APPELÉ PAR D’AUTRES PRÉNOMS

Lorsque votre mère vous appelle pour venir l’aider, elle utilise tout sauf votre propre prénom. Ma mère avait l’habitude de dérouler les prénoms de ses enfants par ordre de naissance jusqu’à ce qu’elle arrive à mon prénom. J’ai eu de la chance car étant le numéro cinq de la fratrie, elle n’avait pas beaucoup de chemin à faire. Quant à ma petite sœur, elle devait attendre quelques bonnes secondes avant que son prénom ne soit prononcé, et même là, il arrivait parfois que le chien lui vole la vedette et soit mentionné en premier !

Essayer de trouver un peu de temps seule était toujours difficile. Même sous la douche, je pouvais être interrompue par un frère ou une sœur plus âgée qui avait besoin d’urgence de la salle de bain, ou par des plus jeunes qui voulaient juste dire « coucou ». Ce qui est génial, c’est que cela m’a préparée à ma vie de mère, où avoir du temps pour soi est un luxe à ne pas tenir pour acquis (même si, après cinq minutes de silence, je commence à me sentir seule !).

3PARTAGER UNE CHAMBRE

Les chambres à coucher ont toujours été un sujet délicat dans ma famille. Quelle chambre était partagée avec quel frère ou quelle sœur ? Seuls les deux frères aînés avaient leur propre chambre. J’ai partagé la mienne avec des frères et sœurs plus âgés et plus jeunes, à différentes étapes de mon enfance, et chaque nouvel occupant apportait quelque chose d’unique à la chambre. Non seulement cela nous a aidés à créer des liens, mais nous avons ainsi été confrontés à tous les problèmes et partagé aussi quelques secrets.

4DÉCOUVRIR LES JOIES DE PORTER LES VÊTEMENTS DE SES AÎNÉS

Je me souviens encore du cardigan violet de ma sœur aînée que je convoitais depuis quelques années. Le sentiment de satisfaction que j’ai ressenti lorsqu’il a finalement atterri entre mes mains était incommensurable. Je me moquais bien de savoir qu’il avait quelques trous de mites ou que les manches s’étaient un peu étirées. Je portais le cardigan de ma grande sœur ! Cette joie était, avouons-le, parfois tempérée par un lot de vêtements d’été taille 12 ans hérité de mon aînée dont l’état était prétexte à les porter le moins possible.

5ET LES JOIES D’AVOIR SES PROPRES VÊTEMENTS

SHOPPING

Noël signifiait souvent recevoir une robe toute neuve. Oui, toute neuve, jamais portée auparavant ! Ces petites pièces uniques étaient chéries, et lorsqu’elles étaient transmises aux jeunes sœurs, c’était comme si on leur confiait un nouveau-né. Cela nous a certainement appris à être reconnaissants pour les choses qui étaient si précieuses dans nos vies, et c’est encore le cas aujourd’hui.

6ÊTRE CONNU COMME LA SŒUR OU LE FRÈRE DE…

Comme j’étais la quatrième de ma famille à fréquenter le même lycée pendant de nombreuses années, on m’a toujours appelée « la sœur de Sian ». En plus du fait qu’il y a une forte ressemblance entre tous mes frères et sœurs, on m’appelait aussi « la sœur de David  » ou encore « la sœur de Robert »… Une chose est sûre : on ne m’appelait rarement par mon propre prénom. À l’époque, cela m’agaçait, mais j’avais aussi beaucoup de fierté et un sentiment d’appartenance.

7SE SENTIR RAREMENT OFFENSÉ

Avec un grand nombre de frères et sœurs, les occasions de rire et de plaisanter sont encore plus nombreuses… souvent aux dépens les uns des autres. Les frères et sœurs sont toujours prompts à souligner « tendrement » tous vos défauts, ce qui ne fait que vous vous renforcez pour la vie dans le grand monde.

8SAVOIR NÉGOCIER DÈS LE PLUS JEUNE ÂGE

Entre la négociation nécessaire pour obtenir le dernier biscuit et la discussion pour convaincre vos parents que vous avez plus besoin de la voiture que votre sœur, vous développez rapidement des compétences de négociateur aguerri.

9réorganiser le calendrier de l’Avent

ADVENT CALENDAR

L’un des problèmes lorsqu’on a plusieurs frères et sœurs, c’est qu’on a l’impression de devoir attendre une éternité avant de pouvoir ouvrir une fenêtre du calendrier de l’Avent. Le pire, c’est quand vous découvrez que votre fenêtre a déjà été ouverte par un frère plus jeune et que vous devez passer le reste de la matinée à réorganiser le planning d’ouverture des fenêtres du calendrier.

10AVOIR SUFFISAMMENT DE PERSONNES AVEC QUI JOUER

C’est un sujet important. Lorsque vous voulez jouer à un jeu de société (ou à n’importe quel autre jeu d’ailleurs), vous trouverez généralement suffisamment de personnes pour se joindre à vous. Cependant, à mesure que le nombre de participants augmente, le risque de d’être opposé à un mauvais joueur de se disputer pour savoir qui est le prochain à jouer augmente mécaniquement. Un apprentissage utile pour apprendre à gérer les conflits.

11APPRÉCIER VRAIMENT VOTRE ANNIVERSAIRE

CAKE

Le seul jour de l’année où vous êtes vraiment la reine du bal, c’est votre anniversaire. Ce jour-là, vos frères et sœurs font un effort particulier pour vous, et vous avez droit à vos plats et votre gâteau préférés.

12SAVOIR QUE VOUS serez défendu héroïquement

Je me souviens d’une fois où j’ai été harcelée par une fille à l’école parce que je faisais partie d’une famille nombreuse, avec tous les quolibets habituels. J’en ai parlé à ma sœur et le lendemain, j’étais dans la cour de l’école, avec mes quatre frères et sœurs aînés à mes côtés. Ce jour-là, toutes les insultes ont cessé.

13AVOIR UNE RAISON PARTICULIÈRE POUR PROFITER DES VACANCES

PARTY

Dans les familles nombreuses, le mieux n’est pas de partir en vacances dans un endroit spécial, mais de retrouver enfin ses frères et sœurs aînés qui ont déménagé ou qui sont partis étudier à l’université. Même si cela signifie parfois que vous devez prêter votre chambre, vous êtes heureux de passer du temps avec votre grand frère ou votre grande sœur. Après tout, tout le monde réuni, la famille se sent au complet.

14SE RÉJOUIR DES CÉLÉBRATIONS SANS FIN

Entre les mariages, les naissances, les baptêmes et toutes les autres occasions familiales spéciales, il se passe rarement un mois sans qu’il y ait quelque chose à organiser ou quelqu’un à célébrer. Et avec la nouvelle génération qui grandit, ces occasions se multiplient et sont forcément mémorables… avec de nouveaux petits enfants qui courent partout. Qu’il s’agisse d’un parrain ou d’une marraine, d’un conseiller ou d’une oreille attentive, vos enfants seront toujours entourés et aimés par une multitude d’oncles et de tantes (aux opinions parfois divergentes, mais toujours bienveillantes) !

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
EnfantsFamillefratrie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement