Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 02 octobre |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Présidentielle : le système de santé peut-il retrouver le sens de sa mission ?  

Article réservé aux membres Aleteia Premium
MEDECINE.jpg

MicroOne | Shutterstock

Bertrand Galichon - publié le 06/04/22

La politique de santé en France suit une évolution productiviste qui a entraîné une crise du système de soins. Pour le docteur Bertrand Galichon, président du Centre catholique des médecins français, ainsi que les Dr Côme Bommier et Raphaël Lescar, cofondateurs de "Médecins et chrétiens", le prochain président de la République devra s’attaquer au sens de la mission de l’hôpital et de la médecine dans une société où le soin n’est pas limité à la maladie.

Quel est le sens de la mission du monde soignant ? À la faveur des manifestations des Gilets Jaunes et de la pandémie actuelle, la question s’inscrit aujourd’hui avec plus d’acuité dans notre agenda sociétal. Mais souvenez-vous, les soignants, tous statuts confondus, ont bien manifesté en novembre 2019 pour exprimer la perte de sens des soins dans des institutions les poussant à l’efficacité. Leur écartèlement entre gratuité du soin et rendement technique s’aggrave depuis de nombreuses années. Quelle est aujourd’hui la mission de l’hôpital et plus largement de l’ensemble de notre système de soins ? La réponse à cette question ne relève pas de la seule responsabilité des autorités politiques, prendre soin de l’autre révèle notre préoccupation à tous du bien commun.

Vers une protocolisation de la médecine

La toute-puissance revendiquée par une médecine très « scientifisée » lui fait oublier le principe de réciprocité qui doit guider la conduite du soin. Cette assurance scientifique participe de l’isolement de la médecine. Et nous assistons aujourd’hui à une marginalisation, une paupérisation du « social » confié à des « seconds couteaux ». Bien des faits viennent attester de cette relégation. Ainsi, le soin est limité à son strict objet, la maladie. Les soins sont prodigués de façon rigoureuse, égalitaire mais sans aucune équité. Combien de SDF se retrouvent dans la rue avec moult ordonnances inadaptées et incompréhensibles ! Aujourd’hui, nous ne voulons plus soigner sans prendre en compte la complexe réalité de l’homme. Or le malade reste une histoire avant d’être une maladie. Il doit pouvoir intégrer cet « événement maladie » dans sa biographie pour devenir patient et acteur du bien commun. Vingt ans après la loi dite Kouchner en faveur du droit à l’information des patients, l’institution ne nous pousse-t-elle pas à la contourner par une protocolisation normative de la médecine ?

Dans ce contexte d’une médecine très normalisée, cernée par une armée de tableaux Excel productivistes, contenue par l’autorité octroyée aux algorithmes de l’IA (Intelligence Artificielle) quelle peut-être encore la place pour une réflexion éthique en faveur d’un juste soin ? L’humain n’est-il pas évacué du soin ? Dans ce contexte normatif, quelle peut être la confiance accordée aux soignants ? Avec cette logique normalisée, il n’est pas étonnant de voir la clause de conscience des soignants remise en cause, sous contrôle. Pour les mêmes raisons, quelle peut être encore la légitimité d’un Comité consultatif national d’éthique (CCNE) instrumentalisé par le pouvoir politique, assurément libéral, pour courir après des aspirations sociétales ? La bioéthique exige que nous soyons à hauteur de cœur.

Produire des soins comme des produits de consommation avec un souci de productivité, de rentabilité, quitte à bouleverser la concordance des temps du malade et du soignant s’inscrit parfaitement dans la logique de notre « société liquide ». La qualité du soin est certes de plus en plus scientifiquement, économiquement et juridiquement limitée au seul motif de recours. Nous prenons le risque de la rendre indifférente à toute dimension humaine. Dans ces conditions, il n’est pas incohérent de voir notre jurisprudence s’orienter vers l’obligation de résultats.

Un métier de production

Comment répondre à cette crise du sens, à cette maltraitance de notre bien commun ? Le « Ségur de la Santé » est passé à côté de la question première du sens. Cette grand-messe est restée cantonnée à des considérations de techniques gestionnaires dans la logique de l’indifférentisme ambiant. Les soignants, quel que soit leur métier, ne peuvent plus, ne veulent plus se contenter de la rémunération de leur seule vertu ou de quelques applaudissements sans lendemain… Les soignants, ne peuvent plus, ne veulent plus entendre ce discours double, celui d’une confiance dans l’exercice de leur métier et d’une instrumentalisation de leurs mains. 

Avons-nous une vision politique claire de la place du soin aujourd’hui ? Comment faire en sorte que la médecine redevienne un métier d’artisan et non plus un métier de production ?

L’architecture de notre système de soins est le reflet, le fruit des fondements de notre société et leurs mutations. Quelle place donnée au plus faible, à l’exclu, au différent, au grand âge ? Avons-nous une vision politique claire de la place du soin aujourd’hui ? Comment faire en sorte que la médecine redevienne un métier d’artisan et non plus un métier de production ? Tout saupoudrage de réponses parcellaires sera voué à l’échec tant que ces questions resteront sans réponses, que le bien commun se limitera à des incantations émues.

Si les soignants ne doivent pas, de par leurs professions, céder à l’indifférentisme ambiant enfermant chacun dans son silo, notre société doit aussi collectivement lutter contre ce cloisonnement des esprits, fruit de notre individualisme. La liberté/responsabilité doit être au centre de leur formation initiale et continue. L’Humain se construit dans la confiance et non dans la défiance d’une « compliance » administrative, normée et intrusive.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
PolitiqueSanté
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement