Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 02 octobre |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Comment le pape François s’informe de ce qui se passe en Ukraine ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Pope Francis Walking

Antoine Mekary | ALETEIA

Cyprien Viet - publié le 12/04/22

Depuis le 24 février, l’offensive russe en Ukraine a mis ce pays d’Europe orientale au centre de l’attention internationale, et le pape François a multiplié les interventions en faveur de la paix dans ce pays "martyrisé". Outre les canaux diplomatiques officiels, les liens du pape avec l’Ukraine se cristallisent aussi par des fidélités amicales et spirituelles parfois méconnues.

En tant que chef d’État, le pape François est naturellement informé régulièrement de la situation dramatique en Ukraine. « Les sources sont de différents types », explique Andrea Tornielli. Le directeur éditorial des Médias du Vatican souligne tout d’abord l’importance des « sources diplomatiques, avec les rapports dont dispose la Secrétairerie d’État en lien avec les différentes ambassades, et les informations transmises par la nonciature ».

Le nonce apostolique en Ukraine, Mgr Visvaldas Kulbokas, est à 47 ans le plus jeune des “ambassadeurs du Pape” en poste autour du monde. Cet archevêque lituanien, né en 1974 sous la férule soviétique, a eu une enfance marquée par l’emprise de Moscou et comprend donc bien la mentalité slave. Alors que la plupart des ambassades occidentales ont plié bagage dès les premières menaces de bombardements russes, le nonce est resté en poste, comme c’est la tradition pour les représentations du Saint-Siège, y compris dans les situations de guerre.

Autre relais essentiel du pape François, « les sources ecclésiales, liées à l’Église latine et à l’Église gréco-catholique ». Parmi elles, les antennes locales de la Caritas, qui sont aussi des victimes directes du conflit : sept personnes ont ainsi été tuées le 15 mars lors d’une frappe sur le bureau de la Caritas à Marioupol, le grand port du sud-est du pays, dévasté par les combats. 

Et puis il y a les « sources personnelle » de François. « N’oublions pas que le Pape a envoyé deux cardinaux, notamment le cardinal Krajewski qui est de nouveau sur le terrain pour apporter une ambulance. Toutes ces personnes sont évidemment des sources d’information », précise Andrea Tornielli.

L’Ukraine et l’Argentine, une proximité méconnue

Dans l’avion de retour de Malte, le Pape a aussi évoqué ses échanges téléphoniques réguliers avec son amie argentine, la journaliste Elisabetta Piqué, correspondante en Europe du quotidien La Nacion. Ses reportages à Lviv, Odessa ou encore Kiev rendent compte de cette guerre pour un lectorat argentin très attentif, compte tenu de la forte présence de la diaspora ukrainienne en Argentine : on estime que le pays compte plus de 300.000 habitants ayant une origine ukrainienne, parmi lesquels 100.000 sont recensés dans l’agglomération de Buenos Aires.

La présence d’exilés ukrainiens est ainsi à la racine du lien personnel du Pape avec l’Ukraine. Jorge Mario Bergoglio a en effet été servant de messe dans le rite gréco-catholique auprès d’un prêtre ukrainien exilé en Argentine, comme il l’avait confié le 6 juillet 2019, en recevant les membres de l’Église gréco-catholique ukrainienne : « Je vous porte dans mon cœur […] à travers les prières dont je me souviens et que j’ai apprises de l’évêque Stefan Czmil, alors prêtre salésien ; il me les enseigna lorsque j’avais 12 ans, en 1949, et que j’apprenais de lui à servir la Divine liturgie trois fois par semaine », avait confié l’évêque de Rome, 70 ans après cet épisode méconnu.

On peut dire que je commence et que je termine mes journées “en ukrainien”, en regardant la Vierge.

Actuellement, le pape François est en communication régulière avec le chef de l’Église gréco-catholique ukrainienne, Sa Béatitude Sviatoslav Schevchuk, qui préside aux destinées d’une communauté comptant de quatre à cinq millions de fidèles. « Ils se connaissent depuis le temps où Schevchuk était l’ordinaire des gréco-catholiques ukrainiens à Buenos Aires. Ils ont donc une relation personnelle depuis longtemps », rappelle Andrea Tornielli. L’archevêque ukrainien qui n’avait alors que 38 ans, fut en effet ordonné évêque en 2009 pour la diaspora ukrainienne en Argentine, où il est resté en mission durant deux ans avant de revenir en Ukraine pour son élection à la tête de cette Église. 

Leur relation personnelle s’est aussi cristallisée dans la contemplation d’une icône, rappelait également le Pape dans son discours du 6 juillet 2019. « Mon regard se porte chaque matin et chaque soir sur la Vierge que Sa Béatitude m’a offerte en cadeau, quand il a quitté Buenos Aires pour assumer la charge d’archevêque majeur que l’Église lui avait confiée », avait confié l’évêque de Rome. « C’est devant cette icône que je commence et que je termine mes journées, en vous confiant tous, ainsi que votre Église, à la tendresse de la Vierge, qui est Mère. On peut dire que je commence et que je termine mes journées “en ukrainien”, en regardant la Vierge ».

Il est donc permis de penser que dans l’intimité de cette prière que le pape François a discerné la nécessité d’une consécration de l’Ukraine et de la Russie au Cœur immaculé de Marie, menée le 25 mars, en la fête de l’Annonciation. Un geste qui a redonné de l’espérance à une Église martyre, sortie des catacombes il y a seulement trois décennies, et qui a payé un prix élevé pour sa fidélité au successeur de Pierre.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
diplomatiepaixPape FrançoisUkraine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement