Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 02 février |
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Une nouvelle technique de datation confirme que le Saint-Suaire a bien 2000 ans

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Saint-Suaire / Holy Shroud

Diego Barbieri / Shutterstock

Le Saint-Suaire est conservé à la cathédrale de Turin (Italie).

Bérengère de Portzamparc - publié le 20/04/22

Grâce à une nouvelle technique de datation, appelée WAXS, des scientifiques italiens qui ont étudié un échantillon du Saint-Suaire de Turin affirment que la relique daterait bien de l'époque de la mort et de la résurrection du Christ.

Une nouvelle technique de datation par rayons X confirme que le Saint-Suaire de Turin coïnciderait bien avec la tradition chrétienne et daterait de l’époque de la mort et de la résurrection du Christ. C’est ce qui ressort de l’étude « X-ray dating of a linen sample from the Shroud of Turin » (Datation par rayons X d’un échantillon de lin provenant du Linceul de Turin) dirigée par un spécialiste du Linceul de Turin, le scientifique du CNR italien Liberato De Caro, et dont les conclusions ont été publiées le 11 avril dernier.

Accompagné d’une équipe de chercheurs et en collaboration avec le professeur Fanti de l’Université de Padoue, Liberato De Caro a utilisé une méthode de « diffusion des rayons X aux grands angles » pour examiner le vieillissement naturel de la cellulose se trouvant dans un échantillon du linceul de Turin. Et il est formel : le Saint-Suaire est bien plus vieux que les sept siècles que lui avaient accordés les scientifiques qui avaient procédé en 1988 à une datation au carbone 14. Il aurait en réalité bien 2.000 ans. 

Dans une interview accordée au National Catholic Register, deux jours après la publication de cette étude, Liberato De Caro détaille sa démarche scientifique, lui qui cherche à percer le mystère du Saint-Suaire depuis près de 30 ans : « Nous avons mis au point une méthode permettant de mesurer le vieillissement naturel de la cellulose de lin à l’aide de rayons X, puis de le convertir en temps écoulé depuis la fabrication. Cette nouvelle méthode de datation, basée sur une technique appelée Wide Angle X-ray Scattering (WAXS), a d’abord été testée sur des échantillons de lin déjà datés par d’autres techniques, sur des échantillons n’ayant rien à voir avec le Linceul, puis appliquée à un échantillon prélevé sur le Linceul de Turin. » Les résultats de la recherche ont été publiés dans la revue internationale Heritage après un mois de préparation et d’examen par ses pairs et ont également été mis en évidence sur le site web du Conseil national italien de la recherche.

Pour le scientifique italien, le Linceul de Turin « défie la science ». « Chaque nouvelle enquête pourrait clarifier une partie du puzzle complexe qu’il représente ». « Par exemple, l’image du Linceul n’a pas encore trouvé d’explication définitive auprès de ceux qui l’ont étudiée, une explication partagée par l’ensemble de la communauté scientifique », poursuit–il. En effet, aujourd’hui encore, aucun scientifique n’est capable d’expliquer quelle technique spectaculaire et inédite aurait pu être utilisée à l’époque pour réussir à reproduire une telle image sur un linge de lin ! Car sur ce suaire, c’est comme si une plaque photographique avait été imprimée par un rayonnement… Rayonnement, Résurrection, deux mots qui se rapprochent !

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
découverteLinceul de TurinSaint Suaire
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale