Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 21 mars |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Les communautés religieuses françaises se mobilisent pour les réfugiés ukrainiens

REFUGIES-UKRAINE

Attila KISBENEDEK / AFP

Des réfugiés ukrainiens à la frontière hongroise.

Bérengère de Portzamparc - publié le 27/04/22

Le ministère de l’Intérieur, par la voix d’un préfet coordinateur nommé par le gouvernement pour l'accueil des réfugiés ukrainiens, a pris contact mi-mars avec la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref) pour leur demander de solliciter leur réseau dans le cadre de l'hébergement d'urgence. Un appel que nombre de communautés religieuses n’ont pas attendu pour accueillir des réfugiés ukrainiens, cette tradition d'accueil étant inscrite dans les monastères et les couvents.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Les religieux et religieuses de France n’ont pas hésité un seul instant, dès le début du déclenchement de la guerre en Ukraine, à ouvrir les portes de leurs couvents et monastères aux réfugiés ukrainiens. Dans un courrier adressé aux différentes communautés religieuses, sœur Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref), a fait savoir qu’elle avait été contactée mi-mars par le ministère de l’Intérieur afin de solliciter les communautés religieuses pour proposer des solutions d’hébergement d’urgence aux réfugiés ukrainiens. « Nous lui avons bien sûr répondu positivement, l’assurant que cet accueil, dans la mesure de nos moyens, était pour nous une évidence morale autant que spirituelle, évangélique », a ainsi expliqué sœur Véronique Magron. 

En effet, demande officielle ou pas, depuis le début de la guerre en Ukraine, les religieux du monde entier se sont mobilisés pour les réfugiés. Et les membres de l’Église de France ne font pas exception. Cette demande des autorités publiques permet néanmoins de mettre plus facilement en contact les associations avec les communautés religieuses qui ont souvent des lieux d’hébergement mais pas forcément les équipes pour accueillir. « C’est donc un travail en bonne collaboration, et auquel nos congrégations ont répondu avec rapidité », confirme à Aleteia sœur Anne-Marie Grapton, secrétaire générale de la Corref.

Cet accueil fait partie de l’essence même de nos vies religieuses.

« Cet accueil fait partie de l’essence même de nos vies religieuses », reprend-elle, heureuse de constater que les autorités publiques n’en doutent pas, vu leur demande. Le ministère a ainsi transmis à la Corref la liste de responsables départementaux chargés de répertorier les lieux disponibles et de faire le lien avec des associations mandatées. Une convention est ainsi établie entre chaque communauté religieuse et les associations qui s’occupent des conditions pratiques, notamment pour la nourriture ou les fournitures matérielles .

Cinq chambres à Cîteaux

Difficile pour la Corref de lister toutes les congrégations qui accueillent aujourd’hui des réfugiés. « Nous n’avons pas les retours de chacune, et sans doute nos chiffres sont sous-estimés car il y a aussi des paroisses, des communautés, qui via des jumelages, agissent également de leur côtés », reprend la religieuse. On peut citer néanmoins comme exemple le couvent de Saint-Jean-de-Bassel, dans le pays de Sarrebourg, en Moselle, qui héberge actuellement 34 réfugiés ukrainiens. Mais aussi celui de l’Immaculée Conception à Bourges, où des réfugiés ont été installés dans l’attente d’une solution pérenne, ou encore l’abbaye de Cîteaux qui a mis à disposition la maison qui accueille des groupes de jeunes l’été, proposant ainsi cinq grandes chambres qui accueillent cinq familles, de 1 an à 90 ans ! « Par bonheur, un de nos moines, frère Benoît, parle russe. Comme les ukrainiens parlent russe couramment, cela a été un énorme soupir de soulagement quand ils ont vu que quelqu’un les comprenait », a ainsi raconté Frère Jean-Claude à France 3.

Tags:
RéfugiésReligieuxUkraine
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement