Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 25 septembre |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Vous avez dit « transition » ?

MGR-ULRICH-Brigitte-Naye-diocese-de-Lille.jpg

Brigitte Naye - diocèse de Lille

Mgr Laurent Ulrich.

Michel Cool - publié le 07/05/22

Les périodes de transition sont souvent mal considérées. Erreur ! Bien des changements majeurs dans l’histoire, rappelle l’éditeur et journaliste Michel Cool, ont été le fait d’hommes passant pour être transitoires, et qui se sont révélés révolutionnaires.

Transition : leitmotiv des commentaires ces jours-ci pour évoquer la fin programmée du gouvernement de Jean Castex. Ou pour s’interroger sur le profil de « mouton à cinq pattes » de celle ou celui qui lui succédera à Matignon, pour impulser aussi la transition écologique du pays… On a encore parlé de transition à la nomination surprise d’un septuagénaire à l’archevêché de Paris, Laurent Ulrich… Ce mot « transition » est interprété diversement. On lui colle souvent le sens déprécié, voire péjoratif, de passager, d’éphémère et donc d’inodore. Ce faisant, on commet un double contresens. Étymologique d’abord : le bon vieux dictionnaire Gaffiot donne la définition suivante du mot latin transitio : « action de passer, passage… » Contresens historique ensuite : bien des périodes ou des personnages de transition ont modifié le cours de l’histoire.

Ces transitions révolutionnaires

Quelques exemples cités à la volée : en Espagne, c’est un roi constitutionnel aux prérogatives limitées qui a défendu la transition démocratique de son pays, après quarante ans de dictature franquiste. En Afrique du Sud, c’est un ancien prisonnier politique du régime d’apartheid qui, élu président au soir de sa vie, a ouvert la voie du pardon et de la réconciliation entre Noirs et Blancs. En France, c’est un général « à titre temporaire » qui a lancé l’appel à la résistance du 18 juin 1940 ; c’est encore ce même général qui à la tête d’un gouvernement provisoire a rétabli la légalité républicaine le 3 juin 1944.

Il faut se garder de considérer ce qui semble transitoire comme quelque chose de momentané et d’insignifiant. L’histoire enseigne que les passages et les passeurs disposant a priori d’une durée ou de moyens limités peuvent jouer un rôle et avoir une portée considérables.

L’histoire de l’Église catholique n’est pas non plus avare de transitions qui se sont révélées déterminantes, voire révolutionnaires. « Pape de transition » : on appelle ainsi le presque octogénaire Jean XXIII quand il succède à Pie XII en 1958. À la stupéfaction générale, il convoque le concile Vatican II, l’un des événements marquants du XXe siècle, qui a engagé l’Église catholique à évangéliser radicalement son rapport au monde. En 1978, le patriarche de Venise devient pape sous le nom de Jean-Paul 1er. Il ne « règne » qu’un mois. Pour le coup, il est un pape de transition. Nonobstant, il humanise durablement la fonction papale par sa simplicité personnelle ; et il innove en choisissant de porter conjointement les noms de ses deux prédécesseurs. Enfin, élu à 77 ans, après un pontificat tourmenté et un autre à la longévité historique, Jorge Bergoglio, dit François, passe pour un pontife de transition. Lui-même en accepte l’idée en évoquant souvent la brièveté de son pontificat… Non content de probablement souffler en 2023 son dixième anniversaire, il affiche un bilan qui, objectivement, n’est pas celui d’un pape ayant expédié les affaires courantes !

Comme la figure de Jean-Baptiste

Il faut donc se garder de considérer ce qui semble transitoire comme quelque chose de momentané et d’insignifiant. L’histoire enseigne que les passages et les passeurs disposant a priori d’une durée ou de moyens limités peuvent jouer un rôle et avoir une portée considérables. Si la crise est, comme on dit, une opportunité pour vivre des recommencements, la transition peut être une bénédiction pour amorcer des processus d’évolution, de transformation ; les chrétiens diront, de transfiguration. Comment ne pas penser à la figure évangélique de Jean-Baptiste ! Prophète à cheval entre l’Ancien et le Nouveau Testament, il est le passeur entre les deux rives du Jourdain où sur l’une se tient le Christ. Il est aussi celui qui dit : « Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue » (Jn 3, 30). C’est la grandeur des femmes et des hommes de transition, que de s’avouer humblement arrimés au Seigneur, pour accomplir des missions souvent supérieures à leurs seules forces et volontés.

Tags:
Laurent UlrichPape FrançoisPolitiquesaint jean baptiste
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement