Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 20 juin |
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Rahab et les deux espions envoyés pour faire tomber Jéricho

RAHAB-ESPIONS-JOSUE-JERICHO-BASE-JOCONDE.jpg

Florent Gardin I Collections des musées de France (Joconde)

"La Courtisane Rahab fait échapper de Jéricho les espions envoyés par Josué"

Philippe-Emmanuel Krautter - publié le 31/05/22

Certains passages des Écritures livrent des évènements extraordinaires, dignes des plus grands films d’action… L’épisode de Rahab et des deux espions israélites envoyés par Josué à Jéricho afin de conquérir la ville compte parmi eux.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

À l’époque ramesside au XIVe siècle avant Jésus Christ, Jéricho, dirigée par un roi païen, sera une ville déterminante pour la conquête du pays de Canaan promis au peuple d’Israël. À une vingtaine de kilomètres de Jérusalem, cette ville stratégique située sur un vaste promontoire était protégée par de solides fortifications. Cependant, ce n’est pas par la force mais par ruse que Josué, successeur de Moïse, entend gagner Jéricho. Pour cela, il décide d’envoyer et d’infiltrer deux espions dans la ville auprès d’une femme, Rahab, que l’on présente comme une pécheresse bien connue. Celle-ci accueille les émissaires de Josué dans le plus grand secret, certains la disent prostituée, d’autres aubergiste, ce à quoi renvoie son nom. Peu importe, elle servira le dessein divin d’une manière bien extraordinaire…

Un plan dévoilé

Bien qu’introduits secrètement,  la présence des deux espions chez Rahab se trouve cependant vite dévoilée (Jos 2, 2-3) :

Alors, le roi de Jéricho envoya dire à Rahab : « Fais sortir les hommes qui sont venus chez toi – qui sont entrés dans ta maison – car c’est pour reconnaître tout le pays qu’ils sont venus ».

Le subterfuge est découvert et le risque est grand que le plan secret ne s’écroule. Mais, loin de s’effondrer ou de paniquer, Rahab révèle alors un comportement des plus surprenants face à la situation : au lieu de livrer ces hommes qui lui étaient étrangers, elle n’hésite pas à les cacher au péril de sa vie :

Or, elle les avait fait monter sur le toit en terrasse et les avait cachés sous les tiges de lin rangées sur le toit.

La Bible est d’une précision surprenante et il n’est pas difficile d’imaginer la scène sous un clair de lune avec deux espions menés à la hâte sur la terrasse de la maison de Rahab et cachés sous des branchages afin d’échapper aux émissaires du roi… 

Un subterfuge valeureux

Ainsi, Rahab ne se démonte pas face au tragique de la situation pour laquelle elle risque sa vie. Elle va même jusqu’à tromper plus encore les envoyés du roi en leur inventant une histoire digne d’un péplum : 

Oui, ces hommes sont entrés chez moi, mais je ne savais pas d’où ils venaient. Ils sont sortis quand, à la nuit tombante, on allait fermer la porte de la ville. Je ne sais pas où ils sont allés. Dépêchez-vous de les poursuivre, et vous les rattraperez.

Le subterfuge réussit et les hommes du roi coururent la campagne sans succès afin de rattraper les deux espions qui se terraient pourtant au-dessus de leur tête… Mais cette action d’éclat n’est pas encore terminée et la Bible rapporte au Livre des Nombres que Rahab fournit également aux deux espions, une fois le danger écarté, une corde écarlate pour qu’ils puissent descendre de sa haute fenêtre donnant sur les remparts de la ville et ainsi s’échapper !

Une promesse sollicitée 

Rahab ne demande aux deux émissaires qu’une seule chose en retour : que ses parents et elle-même aient la vie sauve lors de la prise future de la ville. Ces derniers la rassurent et lui intiment de nouer la même corde à sa fenêtre lorsque la ville serait assiégée par les Israélites afin d’échapper, elle et ses proches, aux représailles. Ce récit trépidant allait se conclure par la prise fameuse de Jéricho dont les remparts s’écroulèrent au son des cors des assaillants non sans que Rahab n’ait accroché à sa fenêtre la corde qui avait servi aux espions afin d’échapper aux soldats du roi. Josué tint parole et  accorda protection à Rahab pour son action valeureuse. 

Elle n’hésita pas alors à louer le Seigneur en une profession de foi passée à la postérité : « Le Seigneur, Votre Dieu, est Dieu là-haut dans les cieux et ici-bas sur la terre. » Cette piété remarquable de la part d’une païenne restera légendaire tout autant que le récit de ses actions qui conduiront à sa conversion. Rahab vivra désormais « au milieu d’Israël » et entrera même, selon l’Ancien Testament, dans la généalogie de Jésus (elle sera la mère de Boaz).

Tags:
Ancien TestamentBible
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement