Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 26 septembre |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Une bibliothèque idéale pour comprendre le monde d’aujourd’hui

shutterstock_600627935.jpg

Shutterstock

Henri Quantin - publié le 29/06/22

Si vous cherchez une bonne sélection de livres à lire cet été, pour comprendre le monde et son histoire, l’écrivain Henri Quantin vous conseille la sélection du journaliste Charles-Henri d’Andigné. Dans sa "Petite bibliothèque pour un catholique d’aujourd’hui", vous trouverez sûrement des valeurs sûres pour éclairer votre jugement, et sans doute quelques surprises.

« Perdus et impuissants » : deux mots de Charles-Henri d’Andigné pour peindre les catholiques dans un monde qui se transforme sans cesse, tantôt sans eux, tantôt contre eux. Au cœur de cette disparition de tout ce qui fit la civilisation occidentale, deux tentations croissent ensemble : d’un côté, la soumission moutonnière, souvent grimée en « ouverture d’esprit » ; de l’autre, l’indignation inaudible au-delà du cercle des bons chrétiens disparus. Alternative peu stimulante entre « Chacun sa vérité » et « Vous vous rendez compte, ma brave dame », deux manières symétriques de renoncer à l’inévitable affrontement.

Ancrer la Foi dans une culture

Or, à qui veut lutter efficacement contre l’effondrement de ce qui reste d’évangélique dans notre monde, une condition préalable s’impose : comprendre. Bien sûr, les charismes sont divers et le sourire miséricordieux d’un analphabète peut annoncer le Salut mieux qu’un plaidoyer apologétique. Pourtant, le monde irait probablement mieux, si aucun catholique ne se privait d’une des deux ailes, la foi et la raison, qui permettent de s’élever vers la vérité. Il est toujours acrobatique et souvent présomptueux de prétendre voler avec une aile en moins ; le fidéisme est une amputation aussi nuisible que le rationalisme. Le christianisme aurait-il traversé les siècles sans de grands esprits capables d’ancrer la Foi dans une culture audible de leurs contemporains : saint Paul s’appuya sur l’autel du « dieu inconnu » des Athéniens pour son discours sur l’Aréopage ; saint Thomas d’Aquin n’ignorait rien de la philosophie d’Aristote ; Blaise Pascal sut montrer aux libertins par où ils avaient raison afin de mieux leur montrer ensuite par où ils avaient tort ; Claudel nourrit autant son théâtre de Rimbaud que de Charles de Foucauld.

Un grand service à ceux qui n’ont pas renoncé à l’aile de la raison pour rendre compte de leur foi.

En publiant Cent livres pour comprendre le monde(l’Artilleur), Charles-Henri d’Andigné rend un grand service à ceux qui n’ont pas renoncé à l’aile de la raison pour rendre compte de leur foi et, plus simplement, à tous ceux qui ont besoin de conseils de lecture pour l’été. Cent livres : le titre peut inquiéter, évoquant cent fiches pour avoir son bac ou cent recettes pour assaisonner les artichauts. L’inquiétude se révèle pourtant sans fondement. Rien à voir avec ce que Philippe Muray, dont L’Empire du bienfigure d’ailleurs parmi les cent élus, appelait « Lacan en fiches-cuisine ». Chaque mini-chapitre est une porte d’entrée dans l’œuvre et non une façade clinquante qui prétendrait suffire pour connaître l’intérieur du bâtiment. Il va donc de soi que le propos du livre n’est pas de dispenser d’aller à la source.

Pour conserver un sens critique

Au contraire, le lecteur est sans cesse invité à approfondir avec d’autres titres du même auteur. Le grand mérite du livre est son éclectisme. Des Dialogues des carmélitesde Bernanos à Un catholique s’est échappéde Jean-Pierre Denis, d’Une question de tailled’Olivier Rey à Bourgogne romanede Dom Angelico Surchamp, du Bûcher des vanitésde Tom Wolfe à Weygand, l’intransigeantde Max Schiavon, de La ferme africainede Karen Blixen à Ces douze papes qui ont bouleversé le mondede Christophe Dickès, Charles-Henri d’Andigné ouvre à des angles d’approches du monde extrêmement variés. 

Inévitablement, bien sûr, certains choix étonnent : on regrette des absents ou on peste contre des présents surestimés. L’auteur a la bonne idée d’assumer cette subjectivité, en s’adressant au lecteur : « Vous contestez la sélection du livre que vous avez entre les mains, et vous avez bien raison. » Cela rend d’ailleurs la lecture plus vivante, de même que les réserves de détail qu’on peut avoir ici ou là sur ce qui est dit d’un des volumes. La subjectivité revendiquée permet en outre un exercice amusant, antidote à l’impression d’une simple juxtaposition de titres : trouver des éléments récurrents, voire des fils rouges souterrains. On pariera ainsi, sans crainte de perdre un centime, que l’auteur vénère Jeanne d’Arc ou qu’il est passionné de chasse. On perçoit aisément aussi qu’il est très modérément moderne, comme dirait Rémi Brague, mais c’est en l’occurrence une condition indispensable pour conserver un sens critique face aux fables et affabulations du temps.

La lumière du monde

En tout cas, la « petite bibliothèque pour un catholique d’aujourd’hui » que propose Charles-Henri d’Andigné contient largement de quoi nourrir des esprits avides de comprendre, dans les quatre rayons mis en avant : « comprendre l’homme », « atteindre Dieu », « comprendre l’Histoire », « comprendre la société ». Rayons ? Sans doute n’est-ce pas un hasard si le même mot sert pour des livres mis à disposition des lecteurs et pour la lumière du soleil. Ceux qui sont appelés à être chaque jour davantage « la lumière du monde » peuvent-ils se priver de l’aide des livres qui éclairent nos ténèbres ?

Pratique :

Cent livres pour comprendre le monde, Petite bibliothèque pour un catholique d’aujourd’hui, Charles-Henri d’Andigné,L’Artilleur, avril 2022, 395 pages, 20 €
Tags:
lecturelitteratureLivres
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement