Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 28 septembre |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Covid-19 : les bénitiers reprennent du service

web-holy-water-church-boy-c2a9p-razzociric-ai.jpg

P.RAZZO/CIRIC

Valentine Leroy - publié le 02/07/22 - mis à jour le 02/07/22

Après avoir vidé les bénitiers au début de la pandémie de la Covid-19 en mars 2020, la plupart des paroisses de France ont remis de l’eau bénite à l’entrée des églises, notamment depuis la levée des restrictions sanitaires au mois de mars.

Les fleuves d’eau vive jaillissent à nouveau dans la plupart des paroisses françaises. Si la Conférence des évêques de France n’a donné aucune directive sur le sujet, la plupart des sacristains ont jugé bon de remplir à nouveau les bénitiers pour le bonheur des fidèles qui réclamaient l’accès à l’eau bénite pendant la crise de la Covid-19.

Le sacristain de la paroisse de la Madeleine, dans le Ier arrondissement parisien, s’est empressé de remplir les bénitiers au début du mois de mai, pour la plus grande joie des paroissiens qui désiraient se signer à l’entrée de l’église avec de l’eau bénite. Utilisée pour bénir les personnes, elle peut aussi servir pour bénir des objets. Le sacristain rapporte ainsi avec malice qu’il a désormais plus de travail que pendant le confinement : il nettoie et change l’eau des bénitiers une à deux fois par semaine parce que nombre de fidèles plongent dans les grandes vasques en marbre des objets comme des croix ou même des pièces de monnaie !

De même, durant la pandémie, le réservoir d’eau bénite de l’église Saint-Sulpice (VIe arrondissement) n’était pas accessible, rapporte le régisseur de la paroisse. Les fidèles devaient ainsi se tourner directement vers le prêtre pour qu’il bénisse leur bouteille remplie d’eau. Si les bénitiers sont à nouveau en service depuis la levée des restrictions sanitaires mi-mars, le réservoir de près de 200 litres reste inaccessible aux paroissiens : les prêtres souhaitent privilégier le lien avec les fidèles et échanger avec eux avant de leur donner de l’eau bénite. La pandémie resserre finalement les liens paroissiaux. 

Le baptême, porte d’entrée dans l’Église

Certaines paroisses restent cependant vigilantes. Dans la paroisse Saint Joseph de Dijon, les bénitiers sont toujours à sec depuis le début de la pandémie : “Lorsque l’on donne les feuilles de messes, on encourage les gens à se désinfecter les mains” témoigne une bénévole de la paroisse. Bien que les paroissiens soient attachés à cette tradition, ils comprennent les raisons de ces restrictions, assure-t-elle. 

Si l’eau bénite reste un sacramental, c’est-à-dire un signe qui renvoie au sacré, le curé de la paroisse de Souillac (Lot), qui a rapidement remis de l’eau dans les bénitiers de son église, aime particulièrement la symbolique : “ Les bénitiers sont placés à l’entrée de l’église, explique-t-il, parce que l’eau bénite rappelle l’eau du baptême et que le baptême est la porte d’entrée dans l’Église.”

Tags:
Covideau béniteÉglise
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement