Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 24 juin |
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Cinq clés pour lire la Bible en vérité

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Psalms

Sixteen Miles Out | Unsplash CC0

Aliénor Strentz - publié le 29/07/22 - mis à jour le 13/10/23

Auteur d’une dizaine d’ouvrages parus aux Etats-Unis destinés à accompagner les femmes chrétiennes dans leur chemin de foi, Jen Wilkin a repéré des "travers féminins" dans l’approche de la Bible lors de ses animations d’études bibliques.

Vous est-il déjà arrivé de lire la Bible en cherchant avant tout à ce qu’elle parle de vous et réponde à vos problèmes ? La connaissance de la Parole de Dieu est vitale pour notre croissance dans la foi. Mais nous avons tendance à lire la Bible d’une manière égocentrique et donc faussée. Comment la lire et la méditer « en vérité » ? Que l’on se reconnaisse ou pas dans ces « travers », les conseils de Jen Wilkin sont revitalisants pour une étude méthodique et fructueuse de la Bible. L’objectif est de façonner notre intelligence et transformer peu à peu notre cœur. 

Clé n°1chercher Dieu et Lui seul

Selon l’auteur américaine, un premier « travers » féminin est de lire la Bible en cherchant d’abord des réponses pour sa vie, pour régler ses problèmes et mieux se connaître : « Je croyais que la Bible parlait principalement de moi. Je me demandais en la lisant : « Qui suis-je ? » et « Que dois-je faire ? ». Je pensais que je devais la lire afin de savoir comment mener ma vie et avoir l’assurance que j’étais aimée et pardonnée. (…) En bref, je croyais que la Bible était simplement là pour m’aider. »

Cette façon de lire la Bible cache un certain orgueil. Nous pensons que si la Bible nous dit « juste » qui nous sommes et ce que nous devons faire, alors notre sentiment d’insécurité, nos peurs et nos doutes disparaîtront. 

Contrairement à ce qu’on pourrait supposer, les questions « Qui suis-je ? » et « Que dois-je faire ? » ne sont pas primordiales dans notre cheminement de foi. Ainsi, lorsque Moïse demande à Dieu « qui il est » pour aller trouver le Pharaon (Ex 3 :11) et ce qu’il doit faire (verset 13), Dieu lui donne les seules réponses qui importent vraiment : « Je suis » (Ex 3 : 14) et « Je serai avec toi » (Ex 3 : 12).

Au lieu de lire la Bible en nous demandant « Qui suis-je ? » et « que dois-je faire ? », nous devrions nous poser avant tout cette question : « Qu’est-ce que le texte m’apprend au sujet de Dieu ? ».

Clé n°2renouveler son intelligence

Une deuxième faiblesse dans notre lecture de la Bible est de chercher en elle un moyen de nous satisfaire sur le plan émotionnel. Nous voulons « ressentir » l’amour de Dieu, ou encore « être émue » lors de nos méditations quotidiennes. Nous pensons même pouvoir aimer Dieu sans avoir à le connaître par l’étude approfondie de sa Parole.

Dieu nous demande pourtant de l’aimer « de toute notre intelligence ». Saint Paul le souligne ainsi :

« Ne vous conformez pas au monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Rm 12 : 2). 

Ainsi, Paul nous révèle que le chemin de transformation part du renouvellement de notre intelligence pour aboutir au cœur ; ce n’est pas l’inverse.

Clé n°3lire la Bible et non pas des livres sur la Bible

Les ouvrages qui parlent de la Bible ont bien sûr leur utilité, dont nous apporter un éclairage contextuel. Ils peuvent aussi nous donner l’élan nécessaire pour lire les livres de la Bible les plus hermétiques sur lesquels jusqu’ici nous avions fait l’impasse.

Pour autant, ils ne devraient pas constituer l’essentiel de notre étude. Dieu nous demande de l’aimer de tout notre cœur, de toute notre intelligence, et non pas de toute la pensée de tel ou tel théologien, même réputé.

Que nous ayons juste le bac ou que nous soyons diplômées d’un institut de théologie, que nous ayons seulement un quart d’heure de disponible par jour ou plusieurs heures, nous sommes appelées à une étude personnelle de la Parole de Dieu.

Ne nous limitons pas non plus à certains passages du Nouveau Testament. Nous avons autant besoin des récits historiques, des textes poétiques, des livres de la sagesse, de la loi, des textes prophétiques et des paraboles, car tous nous révèlent différents aspects de la personne de Dieu.

Pour autant, il est vrai que l’étude de la Bible nécessite une certaine discipline, de la patience et de la méthode, si on veut être régulier et la lire en entier.

Clé n°4 étudier la Bible avec méthode

Jen Wilkin encourage la lecture de la Bible en suivant une méthode en trois étapes : 1. la compréhension (« que dit le texte ? ») ; 2. l’interprétation (« que signifie-t-il ? ») ; 3. l’application (« quels changements cela devrait-il produire dans ma vie ? »).

L’étape de la compréhension est exigeante. Elle nous incite à lire plus lentement qu’à notre habitude, à relire plusieurs fois le texte, à l’annoter, à le surligner selon un code couleur défini (les personnages, les lieux, le message transmis, ce qui concerne Dieu, etc.). Durant cette étape, nous pouvons avoir un dictionnaire à portée de main pour chercher la définition des mots qui ne nous sont pas familiers. Nous pouvons aussi utiliser plusieurs versions de la Bible (la Bible de Jérusalem, la Segond 21, la Darby, la T.O.B., etc.). Nous pouvons, pour finir, dégager le plan du texte, en repérant les points principaux et les points secondaires développés, et le noter sur un carnet dédié à notre étude biblique.

Après avoir compris le texte, nous passons à l’étape suivante : l’interprétation. Avant de nous plonger dans des commentaires bibliques de divers auteurs, nous pouvons nous reporter aux « passages parallèles ». Il s’agit des passages indiqués dans la marge ou au bas des pages de notre Bible et qui mettent en évidence des similitudes (thèmes, mots, événements, personnages) entre différents textes de l’Ecriture. 

Un autre moyen simple d’interpréter est de s’efforcer de reformuler, avec ses propres mots, ce qu’on vient de lire. Même si le résultat n’est pas parfait, cet exercice est efficace pour auto-évaluer la qualité de notre lecture et de notre compréhension.

Nous pouvons alors passer à la troisième étape et nous demander quelle application en tirer pour notre vie. Pour cela, posons-nous ces questions : qu’est-ce que le texte m’apprend sur Dieu ?  Quels changements cela m’incite-t-il à entreprendre pour ma vie et dans ma manière de vivre l’Evangile ? Quel changement puis-je effectuer dès aujourd’hui en ce sens ?

Clé n°5prier tout en étudiant la Bible

L’objectif au final d’une telle étude, et de tels efforts, est la communion avec Dieu. Ainsi, tout en lisant la Bible, restons à l’écoute des inspirations du Saint Esprit, et adressons à Dieu de courtes prières, tels des « élans du cœur » pour reprendre la belle expression de Sainte Thérèse de Lisieux. Une meilleure connaissance de la Bible n’est pas seulement le fruit d’efforts humains. Elle est aussi l’œuvre du Saint Esprit en nous. 

Gardons en tête que chaque passage de l’Ecriture nous parle de la grande histoire du salut, de notre salut en particulier. La Bible est comme une « lettre d’amour » que Dieu nous donne pour mieux le connaître et donc l’aimer. Resterons-nous insensibles à un si grand don ? 

Ces versets de la Bible qui montrent combien Dieu nous aime :

Pratique

Femmes de Parole : lire la Bible avec la tête et le cœur de Jen Wilkin, La Maison de la Bible, 2022.

Aliénor Strentz est docteur en ethnologie, formatrice pour adultes, et fondatrice du blog « Chrétiens heureux« .

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
Bible
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement