Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 07 février |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Comment se faire des amies mamans quand on est maman ?

mother park kids children friends

Shutterstock

Anna Ashkova - publié le 07/09/22

On entend souvent que ce ne sont pas les lieux et les occasions qui manquent pour rencontrer d’autres mamans et se faire des amies. Il peut pourtant être difficile de nouer de nouvelles amitiés avec d'autres mamans. Voici quelques astuces et témoignages.

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

Devenir maman signifie pour beaucoup un bouleversement de son quotidien, de ses priorités et, avec elles, une évolution de son réseau d’amitié. Mais à l’âge adulte, se faire de nouvelles amies « mamans » n’est pas aussi simple. Où trouver celles qui partageront les mêmes activités que soi-même en www.google.com/">travail/ » target= »_blank » rel= »noreferrer noopener »>congé maternité ? Comment aborder ces mamans qui papotent joyeusement ensemble à la sortie de la crèche ou de l’école ? Et comment se faire des amies quand on vient d’aménager dans un nouveau quartier, voire une nouvelle ville ? Astuces et témoignages des mamans. 

Les applis, les meilleurs amies des jeunes mamans 

« À la naissance de Paul, j’ai décidé de prendre un congé parental. Les journées avec un bébé étaient souvent monotones, toutes mes copines travaillaient, je me suis très vite sentie seule », confie Claire, 33 ans. Si se faire des amies à la crèche ou à l’école est assez simple car les enfants sont ce lien qui poussent les mères à faire connaissance, quand on est maman d’un nouveau-né, il n’est pas évident d’aborder d’autres mamans. Claire a fini par s’inscrire sur YooMum!, une application qui permet de rencontrer des mamans à côté de chez soi. « J’ai fait connaissance de Sarah qui vivait à quelques mètres de chez moi et était aussi en congé parental. Elle voulait perdre un peu de poids après son accouchement et cherchait des mamans pour faire de longues balades au bois de Meudon », explique la jeune femme. C’est ainsi qu’une belle amitié est née. 

mothers with their baby

Pour sa part, Jeanne a trouvé une superbe amie grâce au réseau Mums in. Implanté dans de nombreuses villes de France, il permet aux mamans de partager leurs bons plans, mais également s’entraider dans la recherche d’une baby-sitter ou une aide aux devoirs. « Nous cherchions une famille qui serait intéressée par une garde partagée. C’est là que j’ai fais connaissance de Marthe », explique Jeanne, mère de deux garçons âgés de 5 et 3 ans. « Nous nous sommes rendues compte que nous avions beaucoup de points en commun et nos enfants ont tout de suite sympathisés. Après deux ans de garde, nous avons malheureusement dû nous séparer mais sommes rester très proches. »

Des groupes de prière, des lieux propices aux rencontres

Certaines mamans abordent facilement d’autres mères dans des parcs, créent des liens et échangent de numéros. Pauline, elle, n’a jamais réussi à franchir ce cap à cause de sa timidité. Fraichement débarquée à Boulogne-Billancourt, elle a donc eu un peu de mal à se faire de nouvelles amies. « Dans la paroisse sainte Cécile, j’ai entendu parler de La Prière des Mères. Je me suis inscrite et, grâce à ça, j’ai fait beaucoup de belles rencontres. Nous nous réunissons chaque lundi chez une des mamans, prions, méditons ensemble et échangeons sur notre quotidien de mère », détaille-t-elle.

Un peu dans le même esprit, les Chantiers-Éducation des AFC, dont la vocation est de fournir un lieu d’écoute, d’échange et de partage sur les questions d’éducation à travers des groupes de 6 à 10 parents qui se réunissent une fois par mois, permet aux nombreuses mamans de faire de nouvelles connaissances. « Lorsqu’on partage en vérité, cela crée des liens d’amitié. Et le jour où un des membres du Chantier a un besoin, il y a une entraide qui naît spontanément », témoigne dans Aleteia Bénédicte Boudineau, mère de six enfants qui participe aux Chantiers depuis 1997.

L’école, un endroit où les enfants et les mamans se font de nouveaux amis

Caroline, elle, s’est fait beaucoup de copines dans sa paroisse. « Dès qu’on a un enfant, on passe dans une nouvelle catégorie de paroissiens et on fait vite connaissance avec tous les autres parents », confie-t-elle. Pour cette mère de 35 ans, l’arrivée à l’école de sa fille Agathe s’est donc très bien passée. « Ma fille connaissait beaucoup d’enfants dans sa classe car ils venaient tous de la même paroisse que nous et moi, j’avais déjà mon cercle d’amies de crée », précise la jeune femme.

Une chance inestimable, selon Victoire, qui a dû « se forcer » à se faire des amies mamans à l’école. « C’est un peu un retour à l’enfance. On voit bien les petits « clans » de copines qui sont déjà fait parce que les mamans se connaissaient au préalable. Alors quand on débarque en tant que nouvelle, c’est difficile de s’intégrer dans leur groupe », souffle-t-elle. Elle a donc trouvé une superbe solution pour entrer dans ce club de mères de l’école : « J’ai profité de l’anniversaire de mon fils Arthur, né en octobre, pour inviter quelques enfants de sa classe avec leurs parents. Ça m’a permis de faire connaissance avec des mamans auxquelles j’adressais juste un simple « Bonjour » et « Au revoir » à l’école ». Trouver de nouvelles amies à l’âge adulte n’est certes pas évident, mais ce n’est pas une mission impossible. 

Tags:
Amitiémamanmaternité
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale