Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 22 février |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Pour une vasovasostomie collective !

Article réservé aux membres Aleteia Premium
chirurgie_2034494708

Shutterstock / Gumpanat

Henri Quantin - publié le 29/03/23

Ces jeunes hommes contestataires qui se font stériliser pour ne pas "faire d’enfant" n’échappent pas à la logique bourgeoise du contrôle de leur vie, constate l’écrivain Henri Quantin. S’ils changent d’avis, il leur faudra recourir à la "vasovasostomie", aux résultats très incertains.

Savez-vous ce que c’est qu’une vasovasostomie ? On l’apprend incidemment dans un article du Figaro intitulé « “Faire des enfants pour ses vieux jours, c’est nul”  : ces jeunes Français qui décident de se faire stériliser ». La vasovasostomie consiste à tenter de réparer les effets provoqués par une vasectomie. Autrement dit, le but est de revenir en arrière pour rendre à nouveau fertile celui qui a voulu être stérilisé.

La réussite de l’opération reste toutefois très incertaine. Dans le concours sans cesse relancé de l’absurdité procédurière, on attend avec impatience le premier procès pour échec de vasovasostomie intenté à un chirurgien par un « vasectomisé » repentant. Procès pour avoir bien réussi la première opération, en somme. Soit dit en passant, une vasectomie coûte entre 3.000 et 5.000 euros, remboursés par la Sécurité sociale. Au Québec, la vasovasostomie elle-même est couverte par le régime d’assurance maladie. Il est beau de voir jusqu’où est censée aller la solidarité nationale, à moins qu’il ne faille parler de tyrannie de l’individualisme capricieux.

Pour l’instant, les jeunes hommes cités anonymement par l’article du Figaro n’en sont pas là. En nombre exponentiel, ils revendiquent seulement leur droit à une vasectomie, parfois tout étonnés que le chirurgien ne sorte pas directement son bistouri, ni le contribuable son porte-monnaie. La loi française, de fait, encadre un peu l’opération, qui suppose une volonté « libre, motivée et délibérée », qu’un délai de quatre mois après la demande est supposé garantir.

« Un consommateur de plus » : qui ne voit que les arguments qu’il utilise témoignent de l’intériorisation des valeurs avec lesquelles il s’imagine naïvement rompre ?

C’est à un jeune aspirant à une vie meilleure par la stérilisation que le Figaro emprunte la première partie du titre de son article : « Faire des enfants pour ses vieux jours, c’est nul. » Le stérile en espérance ajoute : « Pour laisser une trace, il vaut mieux écrire un livre ! Et puis l’enfant, c’est un consommateur de plus sur une planète déjà saturée. » Ce qui est amusant, une fois de plus, est la soumission du contestataire aux critères du monde qu’il prétend contester. Par son geste, en effet, le jeune homme désire vivre « en opposition aux valeurs bourgeoises ». « Faire un enfant », « laisser une trace », « un consommateur de plus » : qui ne voit que les arguments qu’il met en avant ou les formules qu’il utilise témoignent au contraire de l’intériorisation des valeurs avec lesquelles il s’imagine naïvement rompre ?

Logique bourgeoise

Rien de nouveau, depuis que Simone de Beauvoir crut discréditer la mère de famille en arguant qu’elle ne produisait rien. Nulle opposition aux « valeurs bourgeoises », encore moins à celles de la nouvelle bourgeoisie culturelle, dans la vasectomie-chic-planète. Parfaitement bourgeoise, la logique qui fait entrer une naissance dans l’ordre du « faire » (un enfant). Purement bourgeois, d’envisager ce même enfant comme un « consommateur ». Bourgeoise encore l’obsession de « laisser une trace » de soi.

Tout cela relève d’une manière de gérer son capital-vie qui est précisément ce que vient bousculer une naissance, du moins quand elle n’est pas mise en œuvre d’un programme établi, mais ouverture à l’irruption de celui qui perturbe le plan de carrière ou empêche d’écrire un livre où se mirer. Accueillir plusieurs enfants peut même être un antidote puissant à la surconsommation.

Pour définir la vasovasostomie avec précision, le dictionnaire médical indique qu’il s’agit d’une « anastomose chirurgicale entre deux parties du canal déférent ». Le profane que cela n’éclaire guère trouvera quelques formules plus simples sur les sites médicaux qui proposent de rattraper l’opération précédente :  renversement de vasectomie, inversion de vasectomie, réparation de vasectomie…

L’un d’entre eux a toutefois notre préférence, lorsqu’il parle de « réinstauration de la fertilité ». Oui, réinstaurer la fertilité est une mesure anti-bourgeoise d’avenir. Dans la plupart des cas, toutefois, cela ne nécessite pas de faire appel deux fois de suite à la chirurgie.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
ÉcologieSantéstérilité
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement