Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 29 février |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Bangladesh : Le marché noir des organes

qykcci4rnvf_sza-oex-ch5m82l1u8vnlorptdwogarzhngg_zwnw6y-m5wtejdjaozzefb66zqhreydwlpmt_yc4ee.jpg

Fides / OPM - publié le 05/11/13

Des médecins sans scrupules acceptent de mutiler de pauvres gens qui vendent leurs organes pour payer leurs dettes. L’agence Fides dénonce ce marché noir en expansion dans les zones rurales.

05/11/2013

La vente d’organes n’est pas nouvelle et les pauvres de toute l’Asie du sud y ont recours. Beaucoup pour rembourser leurs créditeurs.

L’agence Fides revient sur cette pratique qui remonte à 1982, et qui ne sera interdite par le parlement du pays qu’en 1999, après une commercialisation des organes qui aura vite fait tache d’huile sur tout le territoire.

Selon la loi, les greffes sont légales seulement entre parents et entre époux. Toutefois, le marché noir, rapporte Fides, continue de proliférer à cause des médiateurs qui identifient les vendeurs et les acquérants potentiels.

Les interventions sont pratiquées dans des hôpitaux privés du Bangladesh par des médecins complaisants ou dans des pays tels que l’Inde ou Singapour où le système sanitaire est meilleur. Les intermédiaires falsifient les passeports et produisent des documents légaux attestant que le donateur et le destinataire ont un lien de parenté. Actuellement, au trafic de reins, est venu d’ajouter celui de foies et de cornées et dans nombre d’hôpitaux a été introduit le test ADN.

Dans les zones rurales, ce phénomène est lié à la pauvreté, nombre de leurs habitants étant contraints à avoir recours à la vente d’organes pour rembourser des micros crédits qu’ils avaient contractés.

A l’origine, les instituts de micro crédit étaient pourtant créés pour aider les personnes à sortir de la pauvreté, encourager la création d’entreprises et l’émancipation des femmes en offrant de petits crédits à ceux qui n’étaient pas en mesure d’obtenir des prêts bancaires traditionnels.


Plus de détails sur le site : http://www.fides.org/fr/news/36444-ASIE_BANGLADESH_Personnes_pauvres_contraintes_a_vendre_leurs_organes_pour_payer_leurs_dettes#.UniIoSQWlw4

I.C

Tags:
bangladeshPauvreté
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement