Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 12 juin |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Maroc : un médecin arrêté pour avoir effectué des avortements clandestins

Avortement – chirurgie

© Public Domain

La rédaction d'Aleteia - publié le 30/05/14

Ce cas n'est pas isolé et relance le débat sur la légalisation de l'avortement, interdit dans le pays.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

En début de semaine, la police marocaine a arrêté un médecin généraliste de la ville de Fès, dénoncé anonymement, pour avoir pratiqué des avortements clandestins. H24info rapporte que « les assistantes médicales, les anesthésistes, une jeune femme qui venait de subir un avortement et une dizaine d’autres qui attendaient leur tour ont également été arrêtées.»

Rappelons qu’actuellement au Maroc, l’interruption volontaire de grossesse n’est pas légalisée. Par conséquent, les avortements sont pratiqués clandestinement et bien souvent dans des conditions inappropriées, laissant place à toutes sortes de dérives. L’article 453 du Code pénal marocain autorise toutefois l’avortement dans le cas où « la vie ou la santé de la mère sont en jeu. » Les mouvements pro-avortement (ou du moins les mouvements contre l’avortement clandestin et pour un avortement encadré médicalement) regrettent que les cas de viols et d’incestes ne soient pas inscrits dans la loi.

Sur le site de l’Association Marocaine de Lutte contre l’Avortement Clandestin (AMLAC), on apprend ainsi que chaque jour au Maroc sont effectués en moyenne 600 à 800 avortements clandestins, dont 500 à 600 par des médecins. Et ces pratiques laissent entrevoir une économie souterraine lucrative car non encadrée. Dans les autres cas, les méthodes appliquées peuvent malheureusement s’avérer barbares.

La loi marocaine punit le médecin ayant pratiqué des avortements à cinq ans de prison. Selon les circonstances, la peine peut aller jusqu’à 10 ans. La justice sanctionne également les « complices » aidant à l’intervention, ainsi que les femmes se faisant avorter.

Tags:
Avortementmaroc
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement