Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 15 avril |
Aleteia logo
Politique
separateurCreated with Sketch.

OPINION. UMP, les cinq chiffres clés d’une élection

sarkozy sens commun

Paul Malo / Aleteia

sarkozy sens commun

Judikael Hirel - publié le 01/12/14

Nicolas Sarkozy reprend donc la tête de l'UMP. Retour en chiffres sur son élection à la tête du principal parti d'opposition.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Dix ans après son sacre médiatique au Bourget, c’est donc fait, et il n’y aura pas de second tour : Nicolas Sarkozy a été (ré)élu à la tête de l’UMP. Une fonction qu’il avait déjà occupée, et qu’il avait aussi dit qu’il n’occuperait plus, peu après sa défaite face à François Hollande. En effet, comment passer sans donner l’impression de déchoir, des affaires de l’État à celle d’un parti, si grand soit il ? Reste à savoir si le promoteur du « travailler plus pour gagner plus », qui a déçu au point d’être battu, tiendra cette fois ses promesses, la simple alternance au PS ne pouvant tenir lieu de programme. Tour d’horizon en cinq chiffres clés de cette élection pas aussi sans surprise que les commentateurs l’affirment.

268 000

C’est le nombre d’adhérents à jour de cotisation au sein de l’UMP. Malgré les séquelles du duel Fillon/Copé, l’UMP demeure le premier parti de France, avec 268 000 adhérents à jour de cotisation. À titre de comparaison, le PS annonçait 170 000 adhérents au 31 décembre 2013, mais la presse parle cette année d’adhésions en chute libre, à -60 % (lire ici).

Juste derrière lui se trouverait donc désormais… le Front National, qui affirmait, à la veille de son congrès, posséder 83 000 adhérents à jour de cotisation. Quel que soit le parti politique, ces chiffres sont toujours à relativiser, car impossibles à recouper, et très souvent exagérés. C’est peut-être aussi pour cette raison, une surestimation du nombre d’adhérents, qu’au final seuls 58 % des encartés UMP se sont exprimés samedi 29 novembre, au-delà d’incidents ayant empêché certains militants de voter.

100 159  

C’est le nombre de votants pour Nicolas Sarkozy. Nombre de commentateurs préfèrent insister sur le pourcentage obtenu, parlant d’un « score décevant », à rapporter au taux de participation. Au final, l’ex-président n’a donc été élu que par un tiers des militants UMP. Cependant, réunir autant de suffrages sur son nom constitue un succès clair et net, une réussite sur le chemin de la prochaine élection présidentielle, Nicolas Sarkozy redevient ainsi non seulement le leader incontesté de sa famille politique, mais aussi une voix face à la majorité actuelle. En effet, l’une des principales chances du gouvernement, malgré les scandales et les échecs, aura été ces deux dernières années une absence quasi totale d’opposition pour lui faire face.

À l’inverse, le retour dans l’arène du prédécesseur de François Hollande constitue aussi une chance pour le PS : celle de refédérer son camp face à un leader honni, et de réveiller, si ce n’est déjà fait, le « Sarko bashing » médiatique. Que l’on partage ou non ses idées, et que l’on doute ou non de la véracité des nombreuses affaires attachées à son nom, il faut reconnaître le regard orienté voire partisan de la presse à l’égard de l’ex-président de la République. D’ailleurs, l’actuel locataire de l’Elysée n’atteint pas un tel degré de détestation à longueur de colonnes, malgré un niveau de satisfaction dans l’opinion historiquement faible.

6,32 %

C’est le score d’Hervé Mariton, avec 9 809 voix. Celui qui a fait du combat contre la loi Taubira son leitmotiv de campagne n’a pas, et c’est un euphémisme, eu les faveurs des médias, y compris au lendemain du scrutin. Pourtant, Hervé Mariton a fait ce à quoi personne ne croyait : faire exister au sein de l’UMP une mouvance, une tendance attachée à des valeurs, à laquelle se sont aggrégés plusieurs députés au cours de sa campagne. Même si comparaison n’est pas raison, notamment grâce à l’apport des militants de Sens Commun, qui avaient notamment adhéré à l’UMP pour influer sur ce scrutin, Hervé Mariton a donc réuni sur ses idées plus d’adhérents UMP que le parti EELV ne dit compter d’adhérents.




70,82 %

C’est le score cumulé de Nicolas Sarkozy et d’Hervé Mariton, les deux candidats à la présidence de l’UMP à s’être dits favorables à l’abrogation puis la réécriture de la loi Taubira. « Les jours de la loi Taubira sont comptés ; du moins, si l’on écoute les engagements des candidats et le choix des adhérents », a estimé à ce sujet Ludovine de La Rochère, Présidente de la Manif pour tous, dans un communiqué. « Nous serons très vigilants pour que les engagements pris soient suivis d’effets et que le passage de la parole aux actes soit effectif. » Pour les responsables de la Manif pour tous, « c’est un signal fort qui a été adressée ce week-end aux responsables politiques de l’opposition. Le courage des convictions au service de la famille, premier lieu de solidarité et refuge des plus vulnérables, est un engagement politiquement gagnant ».

29,18 %

C’est le score de Bruno Le Maire, qui a convaincu 45 317 adhérents UMP. Le pari sur l’avenir semble réussi pour celui qui ne cache pas ses ambitions. Pense-t-il en premier lieu à la France ou à son destin personnel ? Telle est la question concernant tout professionnel de la politique… Jusqu’ici inconnu du grand public, et bien plus largement mis en lumière par la presse qu’Hervé Mariton, il prend ainsi une longueur d’avance sur le noyau dur de camarades aux dents longues de sa génération : Bertrand, Wauquiez, NKM… Reste maintenant à mieux cerner les valeurs qu’il défend, lui qui avait été notamment salué par les médias pour son courage face aux adhérents Sens Commun de l’UMP… pour avoir réaffirmé s’être abstenu lors du vote de la loi Taubira. Ou le paradoxe du courage de l’abstention sur un texte présenté par la garde des Sceaux comme « un changement de civilisation »

Si son côté lisse plaît aux médias, il n’est pas certain, en revanche, qu’il corresponde aux attentes de militants, en quête d’engagement et de sincérité à l’heure des réseaux sociaux. Dernier bémol : il ne faut pas surestimer le score obtenu par Bruno Le Maire. Sa candidature constituait la seule alternative à Nicolas Sarkozy, pour tous ceux qui ne se reconnaissaient pas dans la candidature de témoignage d’Hervé Mariton. Elle aura ainsi servi d’exhutoire aux militants pro Juppé et Fillon. Tout autre candidat à sa place aurait bénéficié de cet apport, sans pour autant devoir compter sur leur soutien par la suite.

Tags:
Politique
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement