Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 15 avril |
Aleteia logo
Politique
separateurCreated with Sketch.

Débat. Faut-il accueillir les migrants ou pas ?

La SSVP de Reims accueille une famille de refugies irakiens (2)

La Société Saint Vincent-de-Paul de Reims accueillant une famille de réfugiés irakiens © SSVP

Capucine Bataille - publié le 21/09/15

"Ils sont l'avant-garde du tiers-monde qui se réfugie en Occident pour y trouver l'espérance", Jean Raspail, "Le camp de saints", 1973.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Des images insoutenables inondent nos écrans depuis plusieurs semaines. Des vagues de réfugiés assiègent la vieille Europe. Une question est sur toutes les lèvres, occupe toutes les conversations : devons-nous accueillir les migrants ou pas ?

L’actualité excite les vieux clivages droite-gauche. Dans ce brouhaha où se mêlent l’inquiétude, la mauvaise foi et les bons sentiments, tous les avis sont permis. Le petit patron libéral peut se féliciter de voir s’échouer sur nos rives une main-d’œuvre docile et peu coûteuse : « Ces migrants sont une opportunité économique pour la France ». Le libertaire ouvre grand les bras, comptant bien sur l’État providence pour assurer des lendemains qui chantent aux damnés de la terre.

Il n’y a plus une soirées entre amis, ni un déjeuner familial en France où le ton ne monte entre les convives quand chacun se cramponnes à son argument. « La France doit fermer ses frontières. Nous n’avons déjà plus assez de travail pour les Français ! », s’énerve l’un. « Ces flux de migrants musulmans signent l’arrêt de mort du christianisme en Europe”, s’inquiète l’autre. « Et nos SDF alors ? On les laisse dans la rue et tout le monde s’en fiche ? », accuse le troisième.

Au milieu de tant de confusion, la voix du pape François s’élève : « Que chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque sanctuaire d’Europe accueille une famille ». « Gauchiste ! », répliquent les uns, « Non, progressiste ! », corrigent les autres… À un problème que nous abordons sous l’angle politique, le Pape donne une réponse chrétienne. Le Christ appelle chacun à ne pas ignorer la souffrance de celui qui est sur son chemin. Le prêtre, le lévite et le Bon Samaritain avaient tous trois de très bonnes raisons pour ne pas aider le blessé sur le bord de leur route. Un seul a su faire la volonté de Dieu. Il a aidé le malheureux dans la limite de ses moyens, en s’appuyant sur l’hôtelier.

Jamais le Saint-Père n’a prétendu apporter une réponse au débat politique qui agite nos pays et l’Europe. Il ne s’est pas adressé aux États. Il a exhorté les chrétiens à s’organiser pour rendre possible la charité, chacun à sa mesure. Une mesure à la portée de tous : une famille par paroisse. N’ayons plus peur de perdre nos racines en accueillant les familles déracinées.

Tags:
MigrantPape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement