Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 23 mai |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Freya, heureuse d’être en vie

web-baby-happy-smile-born-lauren-vinje-fb

© Lauren Vinje / Facebook

Valerio Evangelista - Aleteia Italie - publié le 03/11/16

L’adorable sourire d'une petite fille prématurée.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

La petite Freya donne espoir aux parents de prématurés grâce à une merveilleuse photo prise quand elle n’avait que 5 jours.

Lauren Vinje, la mère de Freya, a partagé la photo de ce sourire radieux sur un blog de maternité et nouveaux nés, afin de soutenir les autres parents de prématurés. L’image publiée sur la page Facebook Love What Matters, a été partagée par plus de 50 000 utilisateurs.

« À cinq jours notre fille pesait à peine 1,7 kg… mais elle était si heureuse d’être en vie ! J’ai souvent regardé cette image pour me donner de la force, dans les hauts et des bas, pendant les journées passées en soins intensifs. La vie est si précieuse. »

« Cela m’a vraiment fait du bien », a déclaré Vinje à ABC News. « J’ai lu les histoires de beaucoup d’autres mères dans les commentaires. Il faut que tous ceux qui traversent la même situation sachent… qu’ils ne doivent pas rester seuls. »

Lauren Vinje a accouché en 2014, le jour de Thanksgiving, et sa grossesse n’a pas été facile ; à la 28e semaine elle a commencé à montrer les premiers signes de pré-éclampsie, une forme d’hypertension qui peut se manifester chez les femmes enceintes.

« Au fond de moi je savais ce que c’était, mais le médecin semblait voir les choses autrement » se souvient Lauren Vinje. « Pour les patientes atteintes de pré-éclampsie, le placenta est perçu à tous les effets comme un corps étranger. On m’a dit que si la pré-éclampsie n’est pas soigneusement surveillée, elle peut amener à la mort de l’enfant. »

Le 25 novembre 2014, le médecin de Lauren l’a informée que le rythme cardiaque de la petite fille baissait de façon excessive et qu’elle allait devoir accoucher. Deux jours plus tard, la petite Freya venait au monde par césarienne en urgence. Un kilo et 700 grammes de tendresse.

« On envoie une photo à papa ? »

« Il a fallu attendre 5 heures après l’accouchement pour pouvoir la prendre dans mes bras », a déclaré la maman. « Les médecins ont voulu s’assurer qu’elle pouvait respirer de façon autonome car le développement des poumons est toujours critique chez les prématurés ».

Cinq jours après la naissance de Freya, Vinje a pris la photo de ce sourire jusqu’aux oreilles.

« Je lui parlais et je lui ai dit : “On envoie une photo à papa ?”, au moment où j’allais prendre la photo elle a fait ce merveilleux sourire. Cette image m’a beaucoup émue et je n’ai pas pu m’empêcher de la partager avec le plus de gens possible. Nous en avons donné une aux infirmières. Quand j’ai été hospitalisée pour ma seconde grossesse, la photo était toujours accrochée au mur. »

Aujourd’hui Freya va très bien et ce mois-ci elle soufflera sa deuxième bougie.

« À l’époque je me disais que tout allait de travers. Mais en regardant en arrière je peux dire que tout est allé à la perfection. »

« C’est vraiment la meilleure chose qui nous soit arrivée », a ajouté Lauren. « À chaque fois que nous allons faire des courses Freya est le petit bout de chou le plus sympathique qui soit, elle dit bonjour à tout le monde. Elle est tellement agréable… et tellement heureuse ! Quand je regarde cette photo je réussis à voir sa délicate personnalité et quand je la regarde aujourd’hui, je peux dire qu’elle est restée la même. Elle est toujours la petite fille heureuse de la photo. »

Tags:
EnfantsFamilleParentssourire
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement