Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 17 avril |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Le handicap de cette violoniste lui a permis de créer une musique unique

Sophia Swinford - publié le 29/09/17

"Je n’ai pas à surmonter mon handicap, parce que mon handicap fait partie de la personne que je suis".

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Gaelynn Lea est atteinte depuis toujours d’ostéogenèse imparfaite, une maladie génétique également appelée « maladie des os de verre ». Elle se caractérise par une extrême fragilité des os. De ce fait, elle a subi 50 fractures dans le ventre de sa mère. Les médecins n’ayant pas détecté la maladie, ses os s’étaient ressoudés dans de multiples positions au moment de sa naissance. « Un sacré défi » pour Gaelynn, qui décrit son handicap en ces termes.

Mélomane, la jeune femme souhaitait à l’origine jouer du violoncelle, mais dut se tourner vers le violon car ses bras n’étaient pas assez longs pour atteindre les cordes. Sa professeure l’aida à tirer parti de l’angle d’inclinaison de ses poignets en lui conseillant de tenir son archet comme si elle jouait de la contrebasse. Ainsi est née sa façon unique de jouer, avec le violon positionné à la manière d’un violoncelle et l’archet tenu comme un contrebassiste. C’est grâce à cette alliance unique que l’on croit parfois entendre un orchestre et non un simple violon quand elle joue.

Gaelynn refuse d’être considérée comme « une source d’inspiration »

Malgré ses succès et ses récompenses, Gaelynn refuse d’être considérée comme « une source d’inspiration ». Pour elle, « ce sentiment est inspiré par de la pitié. Les gens me demandent comment j’ai réussi à surmonter mon handicap. Mais je n’ai pas à le surmonter, il fait partie de la personne que je suis. » Gaelynn est loin d’être la seule personne porteuse d’un handicap à ne pas souhaiter être perçue de cette manière.

En 2014, Stella Young avait donné une conférence au cours de laquelle elle avait parlé du phénomène d’ « inspiration porn », terme qu’elle a créé pour décrire la façon dont les personnes valides catégorisent les personnes handicapées dans le but de se valoriser. Aux yeux de Gaelynn, le fait que les personnes valides semblent partir du principe que leur vie est nécessairement meilleure que celle d’une personne handicapée est préjudiciable. C’est ce genre de préjugés qu’elle espère faire tomber petit à petit.

Elle remet également en question le diagnostic prénatal et l’avortement : « Le problème avec ces pratiques, c’est qu’elles sous-entendent d’une certaine manière que ma vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Les gens semblent encore et toujours vouloir atteindre l’objectif d’un monde sans aucun handicap. Mais on ne peut pas éradiquer le handicap. Et ce n’est pas souhaitable. Il faut arrêter de tendre vers ce but, car ce n’est pas bon. »




Lire aussi :
La danse bouleversante de la petite malade au son du ukulélé

Tags:
Handicap
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement