Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 24 mai |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Les sapins à l’envers : une drôle de tendance ?

UPSIDE DOWN TREE

Kostastudio - Shutterstock

Nelly Glassmann - publié le 22/12/17

On pensait avoir tout vu en matière de sapins de Noël, notamment avec les versions DIY qui font la part belle à la créativité, mais non, c'était avant de découvrir le hashtag #UpsideDownChristmasTree et ses sapins de Noël la pointe en bas...

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Un sapin suspendu au plafond, son sommet nez-à-nez avec le sol ? Vous ne rêvez pas, certains l’ont fait. Et la tendance prend même de l’ampleur, la « faute » à Instagram dont les utilisateurs sont friands de phénomènes farfelus. Après la bouée licorne cet été sans laquelle on ratait forcément sa vie, voici donc venus les arbres de Noël à l’envers. Sans dessus-dessous, ils font bondir les gardiens des traditions de Noël. Mais qui a eu cette idée improbable ? Et surtout, comme on peut le lire sur Internet, trouve-t-elle vraiment ses origines dans les traditions chrétiennes ?

Les sapins à l’envers : le point de départ du phénomène

L’apparition plus ou moins récente des sapins de Noël à l’envers serait liée à des nécessités commerciales si l’on en croit NPR qui interrogeait déjà en 2005 le vice-président de Roman Inc., une entreprise de l’Illinois qui importe des sapins artificiels depuis quelques années. L’homme expliquait alors que ces sapins suspendus tête en bas servaient à la base de présentoirs. L’intérêt était double : offrir un faible encombrement au sol, tout en mettant en valeur les produits à hauteur d’yeux. En installant à proximité les rayons de décorations de Noël, il n’y aurait donc qu’à regarder le sapin renversé, tendre le bras vers les boules de Noël et les acheter.


CHRISTMAS TREE

Lire aussi :
Cinq conseils pour garder son sapin au top jusqu’à Noël

Et de la boutique à la maison, il n’y a qu’un pas : celui fait par le consommateur lorsqu’il tombe sous le charme d’une mise en scène décalée, repérée pendant son shopping. C’est ainsi que les sapins à l’envers auraient débarqués dans certains intérieurs américains, puis partout ailleurs, portés en 2017 par le hashtag #UpsideDownChristmasTree

View this post on Instagram

A post shared by R Design Studio 🌿 Ramee Cyr (@rdesignstudio.rameecyr)

https://www.instagram.com/p/BcP41IaBrPU/?hl=fr&tagged=upsidedownchristmastree

Des sapins de Noël à l’envers, version grand luxe

Autre source d’inspiration pour le phénomène des sapins à l’envers, les grands hôtels, et leurs scénographies magistrales. Ici, on doute fort qu’il soit question d’une nécessité de gagner de la place. En revanche, pour ce qui est d’en mettre plein les yeux, on en a pour son argent.

Prenons l’exemple du Claridge à Londres. Hôtel de luxe situé dans le centre de Londres, il donne chaque hiver carte blanche à de grands noms de la mode pour imaginer le sapin de Noël qui orne son grand hall. John Galliano, Alber Elbaz ou encore Dolce & Gabbana ont ainsi exprimé leur fantaisie ces dernières années. Et en 2017, c’est l’iconique Karl Lagerfeld, directeur artistique de la maison Chanel, qui s’y colle. Et que fait-il à votre avis ? Il suspend ses arbres de Noël, à l’envers, comme si cela était tout à fait normal… Et si certains sapins du hall sont fixés au plafond, les racines aux vents, le principal, majestueux, semble bien accroché au plancher des vaches par un système en trompe-l’œil, qui donne l’impression d’une lévitation, tête en bas.

Autre exemple, le sapin de Noël à l’envers de l’hôtel Fairmont, dans l’aéroport de Vancouver.

La prétendue origine chrétienne

En cherchant plus loin que les magasins du XXIe siècle l’origine de cette drôle d’idée, on note plusieurs sources, dont le site de décoration The Spruce, pour qui les sapins à l’envers auraient un lien avec la foi chrétienne, notamment au Moyen Âge en Europe de l’Est. On évoque ainsi une tradition en Pologne, au XIIe siècle, où on aurait eu l’habitude d’accrocher les sapins au plafond, à l’envers.

La légende veut que la forme du sapin de Noël, en triangle, rappellerait la Sainte Trinité. Il n’existe aucune source fiable attestant de l’existence de sapins à l’envers à cette époque, ni même sur un d’un quelconque rapport entre la forme triangulaire du sapin et la Trinité. Cette tradition, si elle a existé, n’a visiblement pas perduré. Du moins, pas avant de revenir comme phénomène de mode marketing.

Nous avons interrogé la rédaction polonaise d’Aleteia pour en savoir plus sur cette prétendue tradition. Aucun de ses membres ne la connait ou en a seulement entendu parlé. En revanche, certains  ont évoqué auprès de nous les « podłaźniczki« , des branches suspendues au plafond sur lesquels sont accrochés des fruits, des bonbons ou encore des noisettes.

Pour prendre la mesure du phénomène :

https://www.instagram.com/p/BcQDI9UltTW/?hl=fr&tagged=upsidedownchristmastree

Tags:
Noël
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement