Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 02 décembre |
Aleteia logo
Culture
separateurCreated with Sketch.

« Trouble No More », ou le répertoire chrétien de Bob Dylan

BOB DYLAN

Bob Dylan - Amazon

J-P Mauro - publié le 11/01/18

Tous les deux ans, le mythique chanteur sort un coffret qui rassemble un ensemble d’enregistrement correspondant à l’une de ses périodes de création. Le dernier, « Trouble No More », dans les bacs depuis novembre dernier compile ainsi tous les titres de sa période gospel, celle de son improbable conversion… commencée grâce à une petite croix en argent.

La carrière de Bob Dylan est l’une des plus riches de la musique moderne. Auteur-compositeur prolifique, il a composé 359 chansons appartenant à des genres différents, au cours des 50 dernières années. Personnage variable, il a donné à chaque génération une image différente de lui. Ce qui explique que dans le film I’m Not There, inspiré de sa vie, six acteurs différents se succèdent pour interpréter son rôle.

À chaque changement, Bob Dylan a beaucoup été critiqué par ses fans. De façon générale, lorsqu’un artiste devient « la voix » de toute une génération, ses fans sont réfractaires à toute métamorphose. Lorsqu’en 1965, Bob Dylan a intégré la musique électrique dans ses compositions par exemple, de nombreux fans ont quitté ses concerts en signe de protestation, et sont allés écouter des musiciens locaux, qui reprenaient ses anciens titres de manière plus pure, c’est-à-dire acoustique.

Le même phénomène s’est reproduit en 1979 : en effet, ceux qui étaient enfin habitués à son style électrique, ont été horrifiés d’entendre Bob Dylan jouer de la musique gospel. Malgré cela, l’artiste est toujours resté imperturbable face aux critiques parce qu’il avait trouvé Jésus ! Au cours des trois années suivantes, toutes ses compositions seront marquées par cette foi nouvelle qu’il découvre.


Bob Dylan

Lire aussi :
Bob Dylan, source d’inspiration pour les chrétiens ?

Le cheminement de Bob Dylan vers le christianisme commence en 1978, lors d’un concert à San Diego, en Californie. Entre deux chansons, l’artiste remarque une petite croix en argent sur la scène :

« D’habitude, je ne ramasse pas les objets que l’on jette sur la scène… Mais cette fois-ci, j’ai vu une croix et j’ai pensé : “Je dois ramasser ça”. Je l’ai mise dans ma poche et je l’ai prise avec moi dans les coulisses. Ensuite, je l’ai emmenée en Arizona, où j’allais donner le concert suivant… Là-bas, je me sentais mal. Je me suis dit que  j’avais besoin de quelque chose, mais je ne savais pas de quoi exactement. […] Je désirais quelque chose que je n’avais jamais eu auparavant. C’est là que j’ai sorti la croix de ma poche et je l’ai regardée. »

C’est dans la ville de Tucson, en Arizona, que Bob Dylan dit avoir bénéficié d’une autre expérience surnaturelle – une vision du Seigneur :

« Jésus m’est apparu comme Roi des Rois et Seigneur des Seigneurs […] Il y avait une présence dans la pièce. Cette présence ne pouvait qu’être Jésus… Il a posé sa main sur moi. J’ai pu la sentir physiquement. Je l’ai sentie. Je l’ai sentie sur moi. Et j’ai senti tout mon corps trembler. La gloire du Seigneur m’a écrasé et m’a relevé. »

Durant ces trois années, sa foi a stimulé sa créativité. Au cours de cette période, il a sorti trois albums de musique gospel : Slow Train Coming (1979), Saved (1980) et Shot of Love (1981). Chacun de ces albums propose des chants spirituels de louange et d’adoration.

Aujourd’hui il existe un coffret qui rassemble la musique gospel de Bob Dylan, intitulé The Bootleg Series Vol. 13: Trouble No More 1979–1981, qui inclut 9 disques (8 CD et 1 DVD), dont 100 enregistrements gospel inédits, réalisés en studio ou en live. L’album offre également un nouveau documentaire sur ses concerts, avec des séquences inédites de sa tournée de 1980.

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la communauté de ses membres Premium ?

Inscrivez-vous !

(c’est totalement gratuit et sans engagement)

Tags:
Musique
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale