Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 25 février |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Petit éloge de la tendresse

MOM,BABY

Shutterstock

Camille de Montgolfier - publié le 18/01/18

Le 21 janvier a été consacré ces dernières années comme la journée internationale des câlins. Chaque acte de tendresse envers son prochain est une célébration de l'Amour de Dieu.

Dans nos sociétés la tendresse est trop souvent dévalorisée au profit de la dureté, supposée garantir une meilleure réussite. Etre tendre serait une faiblesse, là où le Christ nous montre par son exemple qu’ouvrir ses bras à l’autre est au contraire d’un grand courage.

La tendresse, qui est d’offrir l’amour de Dieu, est un profond besoin de l’homme. Car par la tendresse que nous prodiguons à autrui – mais aussi à nous-même – nous imitions Dieu. Donner et recevoir, l’amour de l’homme pour son prochain est un partage de l’amour de Dieu.

Depuis son élection, François n’a cessé d’appeler les fidèles à la tendresse. Il a commencé dans son exhortation apostolique La joie de l’Evangile. On le voit depuis embrasser ceux qui viennent le voir et descendre dans la foule pour se laisser toucher.

Il n’y a pas de tiédeur possible face à la tendresse

Car la tendresse passe aussi par le contact physique. Il y quelque chose d’un corps-à-corps dans la tendresse : avec l’autre pour l’aimer toujours mieux et davantage, avec soi-même pour repousser la tentation de repli qui nous habite.


SILHUETTE

Lire aussi :
Laissez-vous guider par la tendresse divine, afin de pouvoir transformer le monde avec votre foi

L’essence de la tendresse est d’amour pur. La preuve en est qu’il n’y a pas de tiédeur possible face à la tendresse : on la reçoit ou on la rejette. Le rejet est celui d’un cœur qui n’est pas encore prêt à recevoir l’amour de Dieu. Car face à Dieu, il n’y a pas de demi-mesure possible.

Accepter de recevoir la tendresse n’est pas chose facile. Cela nécessite un certain renoncement à soi-même. Accepter la tendresse de Dieu c’est remettre son cœur entre Ses mains et consentir à se laisser façonner un cœur de chair. « J’enlèverai de leur chair le cœur de pierre et je leur donnerai un cœur de chair » (livre d’Ezéchiel).

Une révolution avant tout intérieure

La tendresse suppose d’avoir le courage de transformer la peur de l’autre en confiance. « N’ayez pas peur », avait lancé Jean Paul II place Saint-Pierre après son élection. La révolution doit d’abord s’opérer à l’intérieur de nous-même. Refuser d’avoir peur de l’autre et refuser d’avoir peur de la tendresse. Cette double transformation permet d’offrir sa tendresse à l’autre.

Dans l’épître aux Colossiens, saint Paul appelle les chrétiens à se revêtir de la tendresse comme d’un manteau. Loin d’être une faiblesse, le manteau de tendresse doit être la cuirasse du chrétien pour aller dans le monde.

La tendresse de Dieude Ludovic Frère. Éditions Artège, 2015, 240 pages, 15,90 euros.

Cet article a été publié le 31 janvier 2016 et mis à jour le 18 janvier 2018.

Tags:
AmourMiséricordePape Françoistendresse
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement