Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 21 mai |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Frédéric Ozanam, un laïc à l’assaut de la misère

web3-antoine-frc3a9dc3a9ric-ozanam-wikipedia.jpg

Wikipedia

Isabelle Cousturié ✝ - publié le 23/04/18 - mis à jour le 21/04/23

La vie du bienheureux Frédéric Ozanam est à bien des égards une lumière d’espérance pour les jeunes laïcs qui souhaitent fortifier leur foi en se mettant au service du prochain. Il avait à peine 20 ans quand il posa les jalons de la future société Saint-Vincent-de-Paul, le 23 avril 1833.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Antoine-Frédéric Ozanam (1813-1853), historien et essayiste catholique français, est un de ces laïcs qui a su se mettre au service du prochain jusqu’au bout, jusqu’à inspirer l’Église des XIXe et XXe siècles, et après sa mort celle de notre siècle, soufflant sur elle un souffle de renouveau. La vie du fondateur de la société de Saint-Vincent-de-Paul est un merveilleux exemple d’amour et de charité dont chaque homme est capable, pour la rendre présente au cœur du monde.

« Un saint patron n’est pas une enseigne banale pour une société, c’est un type qu’il faut s’efforcer de réaliser, comme lui-même a réalisé le type divin de Jésus-Christ. C’est une vie qu’il faut continuer, un cœur auquel il faut réchauffer son cœur, une intelligence où l’on doit chercher des lumières », disait ce père de famille, béatifié par Jean Paul II le 22 août 1997.

Un maître pour les jeunes d’aujourd’hui

Tout est parti d’une critique lancée par un étudiant alors que Frédéric Ozanam fait ses études de droit à Paris, lit-on dans Le Livre des Merveilles qui rapporte la scène en détail. Jeunes catholiques et incroyants sont réunis pour discuter de sujets divers. « Le christianisme a fait autrefois des prodiges, mais aujourd’hui, il est mort. Vous vous vantez d’être catholiques, que faites-vous ? Où sont les œuvres qui démontrent votre foi et qui peuvent nous la faire respecter et admettre ? », l’apostrophe un des étudiants.

Frédéric, fervent catholique, est piqué au vif. « Nous ne pouvons pas laisser passer ça », dit-il à ses amis étudiants, paroissiens comme lui de l’église Saint-Etienne-du-Mont. « Ce soir, nous devons trouver un moyen concret de rendre service ». Félix, Jules, François, Paul, Auguste et Emmanuel, l’écoutent, au début un peu sceptiques. « Que diriez-vous de créer un groupe de personnes qui irait rendre visite aux pauvres chez eux ? », leur propose-t-il. Devant leurs hésitations, il les encourage : « Les pauvres sont nos frères, oui ou non ? Arrêtons de vivre comme des étrangers. En faisant ce genre de petites choses, on pourra rendre le monde meilleur ». Le défi est lancé…

Grâce à sœur Rosalie, une fille de la charité qui travaille dans un quartier pauvre de la capitale, les sept camarades sont introduits chez les familles et deviennent pour eux des soutiens et de vrais amis. Le 23 avril 1833, la petite société vouée au soulagement des pauvres voit le jour sous le nom de Conférence de la charité, et prend pour modèle et patron saint Vincent de Paul qui a donné sa vie aux pauvres deux cents ans auparavant.

Très vite beaucoup d’étudiants ou de chrétiens plus âgés les rejoignent pour donner une forme concrète et stable aux dites Conférences de Saint-Vincent-de-Paul qui, deux ans plus tard, se répandront dans le monde entier. Les trois objectifs poursuivis par les fondateurs sont toujours les mêmes : exercer la charité chrétienne envers les pauvres ; préserver moralement les jeunes contre les tentations du monde ; et fortifier leur foi en accomplissant une action à caractère social.

« Plaignons-nous moins de notre temps… »

Frédéric Ozanam rêvait « d’enserrer le monde dans un réseau de charité ». Aujourd’hui, le souvenir de sa vie est une invitation à chaque nouvelle génération à voir dans chaque personne le visage du Christ blessé, et à agir contre ce que tout chrétien et tout homme de bien ne saurait supporter : côtoyer la misère et la souffrance sous toutes ses formes, voir bafouées la dignité et l’intégrité humaine, sans s’en soucier. Parfaite pour notre temps, son appel aux laïcs de l’époque :

« Apprenons, tout d’abord, à défendre notre foi sans haïr nos adversaires, à apprécier ceux qui ne pensent pas comme nous, à reconnaître qu’il y a des chrétiens dans tous les camps, et que Dieu peut être servi, maintenant comme toujours ! Plaignons-nous moins de notre temps, et plus de nous-mêmes. Soyons moins découragés, mais soyons meilleurs ».

Tags:
Frédéric Ozanam
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement