Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 12 avril |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

« Avoir un enfant en moins » pour sauver la planète, l’infographie qui fait bondir

Capture

Capture d'écran Twitter

Agnès Pinard Legry - publié le 09/10/18

Pour réduire son empreinte carbone, une infographie de l’AFP, se basant sur une étude scientifique anglo-saxonne de 2017, préconise d’« avoir un enfant en moins ».

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

« Changer ses ampoules », « étendre son linge », « renoncer à un vol transatlantique » et… « avoir un enfant en moins », voilà les préconisations d’une étude anglo-saxonne publiée en 2017 dans Environmental Research Letters pour réduire son empreinte carbone. Ces données, reprises par l’Agence France Presse (AFP) sous forme d’infographie, ont suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Si l’AFP a accompagné l’infographie du titre « Quelques moyens pour réduire son empreinte carbone », elle s’est défendue de toute promotion du malthusianisme, ne se faisant que l’écho de l’article publié dans Environmental Research Letters, une revue qui dispose d’un comité de lecture qui a donc validé ce contenu.

Lors de sa publication, l’étude originale a elle-même provoqué de nombreuses réactions dans les médias mais aussi au sein de la communauté scientifique. Dans un premier commentaire publié en mars 2018, des scientifiques ont pointé du doigt la méthode utilisée : là où les autres actions telles que changer d’ampoules ou ne plus prendre sa voiture sont concrètes et déjà existantes, celle de l’impact carbone de futurs potentiels enfants dépendra du monde dans lequel ils vivront. Le calcul employé est donc, selon eux, trop prospectif et « exclut les scénarios dans lesquels les émissions globales sont neutres ou négatives ».


MOTHER NEWBORN

Lire aussi :
« Démographie responsable » : un concept écolo-malthusien ?

Le Huffington Post rappelle ainsi que l’un des auteurs de l’étude, dans un entretien accordé à Life Site, a lui-même reconnu que « le vrai problème n’est pas d’avoir des enfants, mais la société de forte consommation dans laquelle ils vont naître ». Il a aussi indiqué que « si les émissions diminuent drastiquement, l’effet d’avoir un enfant supplémentaire pourrait être 17 fois moins important ».

Dans un deuxième commentaire publié en juillet dans Environmental Research Letters, les deux auteurs ont affirmé que leur étude a pu être mal comprise et qu’il aurait fallu prendre trois précautions pour éviter cela. La première aurait été de préciser à quel point les actions individuelles peuvent impacter le réchauffement climatique par rapport aux actions collectives ou des entreprises, la seconde d’insister sur le rôle de la surconsommation dans le changement climatique et la troisième de rappeler que la planification familiale est un droit de l’Homme.


NEWBORN DIAPERS

Lire aussi :
La natalité baisse-t-elle vraiment en France ?

Tags:
environnement
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement