Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 21 février |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Carême : se décider sérieusement pour le Christ

RUBENS; PHARISIEN; PAINTING

© Domaine public

Le repas chez Simon le Pharisien, par Rubens.

Jean-Michel Castaing - publié le 01/04/19

Dans l’Évangile de Jean, il est rare qu'un personnage ne prenne pas parti, pour ou contre le Christ. Jésus agit comme un révélateur : devant lui, les masques tombent. Prenons le temps du Carême pour prendre sa foi au sérieux.

Se décider pour Jésus : de prime abord, la chose paraît simple. Elle recèle cependant une dimension dramatique que l’Évangile de saint Jean souligne à l’envi, comme pour nous prévenir que la décision n’est pas à prendre à la légère. Dans le quatrième Évangile, la venue de Jésus dans le monde constitue l’heure où se joue la destinée de chaque homme. Jésus, chez saint Jean, est le Fils éternel, et les personnes qu’il rencontre sont irrémédiablement marquées par la réalité de ce qu’il est, qu’elles en aient conscience ou pas.




Lire aussi :
Carême : les obstacles à la conversion

Impossible de rester neutre face à Jésus

De plus, ceux qui approchent le Christ ne peuvent pas ne pas exprimer, explicitement ou non, une réaction d’adhésion ou de refus. Face à Jésus, Jean nous indique qu’il est impossible de garder notre distance et de rester indifférent. Il faut choisir. Dans son Évangile, il est rare qu’un personnage ne prenne pas parti, pour ou contre le Christ. Le Verbe incarné opère en effet un discernement des âmes. Devant lui, les masques tombent. À leur insu, les réactions des hommes mettent en lumière leurs dispositions intimes. Le lecteur assiste à un vaste jugement, comme si le Christ jouait le rôle d’un révélateur qui fait apparaître, en photographie, l’image latente d’un cliché.


GROTTE DE LOURDES; MASSABIELLE

Lire aussi :
Notre-Dame de Lourdes ou l’Évangile continué

Le sérieux de la foi

Pour le Carême, mettre le focus sur cette particularité du quatrième Évangile nous rappelle que suivre le Christ n’est pas une option d’importance relative. La progression dramatique de l’Évangile johannique met en évidence le sérieux de la foi. Avec elle, il en va de notre salut, ainsi que de la délivrance de l’humanité. Cet enjeu transparaît dans le parallèle opéré par l’évangéliste entre les épisodes de l’Exode, retraçant la délivrance du peuple d’Israël, et les événements liés à la carrière publique du Christ. Par exemple, dans le chapitre 6 du quatrième évangile, il est fait mention du passage de Jésus sur l’autre rive de la mer de Galilée (Jn 6,1) : cet épisode fait écho au passage de la Mer rouge par les Hébreux dans le livre de l’Exode. Toujours dans le chapitre 6 de l’Évangile, Jésus tente Philippe, avant d’opérer la multiplication des pains, de même que Dieu avait tenté autrefois son peuple au désert pour éprouver son obéissance, avant de lui faire don de la manne (Jn 6,6 ; Dt 8, 2).




Lire aussi :
Les tentations du Christ au désert : plus actuelles que jamais !

Ainsi, pour saint Jean, Jésus est le nouveau Moïse qui conduit son troupeau, au milieu d’un entourage hostile, vers l’heure de sa Pâque glorieuse qui décidera de son bonheur. Ses auditeurs sont appelés à reconnaître en lui le recours assuré et le libérateur, et cela malgré son apparence commune, de même que Moïse, homme humble, fut jadis le berger conduisant Israël sur les routes de la terre promise.

Ne pas rater la Rencontre

Méditer le quatrième Évangile selon la problématique de la foi, nous sera d’un grand secours pour traverser le désert du Carême dans les meilleures dispositions. Nous nous garderons ainsi de récriminer contre les événements contraires (comme les Hébreux au désert !), sachant que les épreuves font grandir notre foi. L’essentiel réside dans une familiarité de plus en plus grande avec Jésus, telle que le texte de Jean la met en scène dans ses rencontres avec Nicodème, la Samaritaine, l’aveugle-né, les Douze, Marie de Béthanie, Lazare, le disciple bien-aimé, et tous les autres. Le Carême est bien le moment décisif et favorable pour accoster le Passant galiléen et demeurer près de lui !

Tags:
CarêmeÉvangilessaint jean
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement