Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 02 février |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

« Enfants soldats » : le travail silencieux de l’Église catholique

Dolors Massot - publié le 02/12/19

Ils ont fui la guerre civile au Soudan du Sud et vivent comme réfugiés en Ouganda. Là, ils y ont découvert l’amour de Dieu qui leur a redonné espoir.

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

Il est des blessures de guerre qui ne font pas couler de sang mais qui causent une douleur bien plus grande. Chaque enfant soldat garde en lui le souvenir d’un enfer. Ils sont utilisés comme des forces combattantes, des boucliers humains, des marionnettes droguées et alcoolisées pour commettre les crimes les plus horribles. Ils n’ont pas pu refuser car personne ne leur a laissé le choix.




Lire aussi :
Père Pedro sillonne l’Amazonie en bateau au service des peuples indigènes

Au Soudan du Sud, la guerre civile frappe la population de plein fouet depuis 2013, et depuis 2017, ce pays est en tête de l’indice des États défaillants dans le monde. En effet, le manque de contrôle y est absolu, ses habitants n’ont pas accès aux denrées alimentaires de première nécessité et la violence est grandissante. Deux millions de personnes ont décidé de fuir leur pays vers le sud et vivent maintenant comme réfugiés en Ouganda. Elles ont perdu leur famille et ont renoncé à leurs maisons et à leurs terres, mais veulent rester en vie. Santos fait partie de ces réfugiés.

« Nous n’avons jamais connu la paix »

« Beaucoup d’entre nous, raconte-t-il, n’avons jamais connu la paix. Ils nous appellent “la génération perdue” ». Santos voit beaucoup de personnes dans cette situation qui « tombent dans le désespoir et ne trouvent plus de sens à leur vie. » Mais il voit aussi que, au milieu de tant de malheurs, des milliers d’enfants soldats se sont enfuis et ont trouvé la planche du salut au Soudan du Sud. Ils ne sont plus forcés à tuer, mais le souvenir de ce qu’ils ont vécu les hante. « La tâche ne consiste pas uniquement à leur donner de la nourriture, mais aussi et surtout à leur faire reprendre une vie normale ». C’est merveilleux de pouvoir mener une vie « normale » quand on a connu l’horreur.

Un nouvel espoir

Quelle est la formule pour qu’un enfant soldat retrouve sa dignité et de l’espoir ? « Cela n’est possible qu’en faisant entrer Jésus dans leur vie », déclare Santos. Il le voit tous les jours chez ces garçons qui ont découvert la miséricorde et l’amour de Dieu. « Nous faisons le catéchisme et distribuons l’Eucharistie », explique-t-il. Et progressivement les jeunes retrouvent de la joie et réfléchissent à leur futur. Leurs blessures intérieures guérissent. L’attention donnée aux enfants soldats et aux 300.000 réfugiés vivant dans la localité où travaille Santos est coordonnée par le Centre Emmaüs, installé à 50 kilomètres de la capitale, à Kampala, par l’Aide à l’Église en Détresse (AED).




Lire aussi :
Ce livre a changé la vie de Diana et de nombreux Cubains

Un don de foi

Ce service est rendu possible grâce aux nombreuses personnes qui apportent leur aide financière sur les cinq continents. À l’approche de Noël, ils le font par le biais d’un don de foi, qui consiste à transformer un cadeau matériel en don. C’est simple et vous pouvez le faire vous-même ou au nom de quelqu’un d’autre.

La petite contribution de nombreuses personnes nous permet de soutenir la réinsertion des enfants soldats et de tant de personnes qui souffrent dans le monde. Nous ne pouvons peut-être pas nous déplacer physiquement là-bas, mais nous pouvons aider l’Église à emmener Jésus dans les territoires les plus abandonnés. Faisons en sorte que la meilleure nouvelle de l’année leur parvienne à eux aussi : la naissance de Dieu dans nos cœurs.

Faire un cadeau de foi depuis la France

Faire un cadeau de foi depuis le Canada

En partenariat avec

Logo AED
Tags:
AEDAfriqueÉgliseguerreouganda
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale