Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 20 juillet |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Si comme moi, tu vénères ta vie

DOCTOR, MASK,

HQuality | Shutterstock

Charlotte Jousseaume - publié le 26/03/20

Il y a des voix qui soignent, qui donnent le désir et la force de guérir. L’écrivain Charlotte Jousseaume a passé quatre ans de sa vie au fond d’un lit d’hôpital. Touchée par la chanson « Quand comprendras-tu ? » de Barbara réinterprétée à leur façon par deux soignants, elle rend hommage à ceux qui lui ont donné la force de se battre alors que la mort rodait autour d’elle.

Ils sont applaudis tous les soirs, à 20h, au balcon. Derrière leurs masques, ce sont eux qui sont aujourd’hui sur le devant de la scène, et « au front ». Ces ils, ces eux, qui sont-ils ? Des soignants. Des hommes et des femmes qui soignent et qui alertaient, ces derniers mois, des conditions difficiles dans lesquelles ils travaillent à l’hôpital ou en EPHAD. Ces médecins, ces infirmiers de jour et de nuit, ces aides-soignants, nous découvrons, sur les réseaux sociaux, leurs visages masqués comme leurs visages nus, épuisés.

Je sais, moi qui ai connu le lit d’hôpital dans ma vie, que ces soignants n’ont pas que des gants et des masques protégeant leurs mains et leurs visages, ils ont aussi une voix, ils sont aussi un timbre de voix. Deux d’entre eux, Paul Mandengue, interne, et Henri Duboc, médecin, viennent de poster une chanson pour faire entendre une voix de soignant :

Paul et Henri existent-ils vraiment ? Sont-ils des noms d’emprunt, un autre masque, pour protéger une voix anonyme ? Peu importe ! L’essentiel est là : faire entendre, non pas un masque, mais une voix. Sur la mélodie d’une chanson de Barbara « Quand reviendras-tu ? », cette voix de soignant nous dit simplement : « Aide-nous », « Dis, quand comprendras-tu ? »…

Je sais, pour avoir connu le lit d’hôpital, qu’il est des voix qui guérissent, des voix qui donnent le désir et la force de guérir. Un malade ne se soigne pas qu’avec des gants, des masques, des médicaments, une assistance respiratoire. Il se soigne aussi au son d’une voix, d’une voix qui, comme vous et moi, « vénère la vie », « les promenades au bois et les restos dans Paris ». D’une voix qui résonne d’une joie de vivre, comme du désir d’aider à vivre, quand « se joue la survie ». Nous connaissions leurs visages masqués, écoutons leur voix nous inviter au confinement : « si comme moi, tu vénères la vie »…


CORONAVIRUS-HOSPITAL-AFP-000_1px6ik.jpg

Lire aussi :
Coronavirus : « Le couloir de l’hôpital est devenu un cloître où prier »

Tags:
Covidhôpitalsoignants
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement