Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 27 mai |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Chronique de la France confinée (7). La revanche de la ruralité

covid-france-agriculture-080_hl_dletellier_1053096.jpg

Hans Lucas via AFP

Xavier Patier - publié le 08/04/20

La France rurale et la France urbaine ne se comprennent pas toujours. Après le confinement, les Gilets jaunes risquent de demander des comptes aux masques blancs.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Il était temps ! La saison des tomates arrivait à grand pas. Il aura fallu intervenir, insister, s’agiter pour que le gouvernement finisse pas accepter (un changement de pied encore, mais heureux celui-là), de ranger les plans potagers dans la liste des « produits de première nécessité » que les Français gardent le droit d’acheter dans les jardineries. Enfin, dans celles des jardineries qui ne sont pas encore fermées pour faillite.

Revanche et méfiance

Cette petite victoire de ceux qui font pousser leur propres légumes (la moitié des Français, tout de même) et de ceux qui leur vendent des graines est une reconnaissance opportune de la France rurale face à la France urbaine et face aux technocrates parisiens qui décident de tout, connaissent tout, comprennent tout, mais ne savent pas distinguer un plan de pommes de terre d’une tige de topinambours.


WEB2-MOINE-MONK-CLOITRE-GONDONG-fr367017b.jpg

Lire aussi :
Chronique de la France confinée (6). Soixante millions de cénobites

Avec le confinement, la ruralité français connaît sa revanche. Mais ne nous réjouissons pas, c’est une revanche dépourvue d’empathie. L’expression « Parisiens, têtes de chiens, Parigots, têtes de veaux » est née pendant l’été 1940, quand la débâcle poussait vers les campagnes tant de familles parisiennes déroutées que les fermes n’accueillaient pas toujours de bon gré. Cet esprit d’égoïsme rural n’est pas loin de revenir. On entend des maires de petites communes s’en prendre aux Parisiens qui se sont repliés dans leurs résidences secondaires pour y télétravailler en apportant leur virus dans leur valise.

Il faudra beaucoup de doigté pour sortir du confinement sans aggraver la fracture sociale. Il ne faut pas oublier d’où nous venons. Avant la crise sanitaire, le monde rural était malade. Il était déconsidéré. Les Gilets jaunes n’avaient pas quitté depuis bien longtemps leur ronds-points. L’hôpital public aussi était malade, avec ses praticiens hospitaliers en grève perlée, ses urgences débordées et ses chefs de service démissionnaires. Tout cela a été mis sous cloche avec le coronavirus et tout cela reviendra avec brutalité quand la maladie s’estompera. Quant à l’économie réelle, elle ne redémarrera pas sur un claquement de doigts. La recherche effrénée de l’optimisation financière depuis des années a fragilisé l’indépendance de notre tissu industriel. La crise nous en a fait prendre conscience, mais elle n’a fait qu’accroître cette fragilité.

Réparer le lien

Il ne faut pas plaisanter avec le virus, nous le savons déjà. Mais il ne faut pas davantage plaisanter avec les libertés publiques. Quand le nombre des malades commencera de refluer, en mai, en juin, les Gilets jaunes sortiront de leur confinement. Ils reviendront et ils seront en colère. Les Gilets jaunes deviendront les masques blancs : ils demanderont des comptes à la France des villes. Et les hôpitaux, quand la pression se relâchera, retrouveront leur misère antérieure. Eux aussi, ils demanderont des comptes. La crise du coronavirus pourrait être une occasion de réparer le lien entre la France des villes et la France du monde rural. Mais il faudrait y travailler dès à présent.




Lire aussi :
Chronique de la France confinée (5). Pathologie de la fermentation

Tags:
Covidgilets jaunes
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement