Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 15 juin |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Au Niger, le témoignage glaçant d’un chrétien enlevé par des djihadistes

WEB2-NIGER-FARM-shutterstock_1598625340.jpg

Shutterstock

Niamey, Niger.

Agnès Pinard Legry - publié le 29/01/21

Missionnaire au Niger, le père Mauro Armanino rapporte le terrifiant témoignage d’un chrétien enlevé par des djihadistes.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

« Ils m’ont dit de choisir l’arme avec laquelle j’allais être tué : ma machette ou bien leurs kalachnikovs ». Les mots, d’une simplicité brutale, sont ceux d’un paysan chrétien enlevé il y a quelques mois par des djihadistes au Niger. C’est le père Mauro Armanino, missionnaire dans le pays, qui après avoir longuement échangé avec lui a décidé d’envoyer son témoignage à l’agence Fides afin d’alerter sur le quotidien de milliers de chrétiens qui, au Niger, vivent dans la peur d’une attaque djihadiste.

Il ne voudrait pas être tué avec son instrument de travail.

Les faits remontent vraisemblablement à quelques mois et se sont déroulés à une centaine de kilomètres de Niamey, dans la même zone que celle dans laquelle le père Pierluigi Maccalli avait été enlevé le 17 septembre 2018. Ce paysan chrétien est enlevé par des djihadistes alors qu’il coupait des branches pour réparer sa grange endommagée. Les terroristes lui demandent de choisir entre la machette et la kalachnikov pour lui ôter la vie. « Il leur a répondu qu’il ne voulait pas être tué avec son instrument de travail bien aimé et qu’il préférait leur arme », explique le prêtre. Les djihadistes le mettent alors en joue et il fait un dernier signe de croix. Voyant cela, ils lui demandent s’il est chrétien et ce dernier répondant par l’affirmative, ils décident d’attendre leur chef pour prendre leur décision.

Après quelques jours d’une attente insoutenable, le chef l’interroge sur l’usage de son téléphone portable. « S’il avait appelé les militaires ou la police cela lui aurait coûté la vie », indique le prêtre. Après avoir contrôlé son téléphone, les djihadistes décident finalement de l’épargner et le conduisent, après des heures de voyage dans la forêt, jusqu’à un groupe de prisonniers composé de musulmans et de chrétiens.




Lire aussi :
Enlevés, portés disparus… on est sans nouvelle de ces missionnaires

Mais s’ils sont tous otages, les conditions de captivité diffèrent en fonction de la religion : alors que les chrétiens sont « ligotés, battus et menacés », les musulmans « sont libres de se déplacer et même de prier aux heures fixées ». Par un heureux hasard, il finit par être relâché à la frontière avec le Burkina Faso. S’il reconnaît avoir eu de la chance, d’autres, malheureusement, n’ont jamais pu rentrer chez eux.

Tags:
nigerPersécutions
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement