Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 25 juillet |
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

La Bible, star des péplums : David et Goliath, de Richard Pottier et Ferdinando Baldi

film david et goliath

© Everett Collection / Aurimages

David et Goliath, avec Ivo Payer, Eleonora Rossi Drago et Orson Welles, 1960.

Philippe-Emmanuel Krautter - publié le 08/06/21

Si l’histoire du jeune David combattant le géant Goliath est bien connue, le péplum "David et Goliath" narre ce récit biblique à sa manière. Deux réalisateurs franco-italiens livrent ici leur version de l’Ancien Testament en une fresque pleine d’action avec Orson Welles en personne dans le rôle du roi Saül.

Le film réalisé par Richard Pottier et Ferdinando Baldi en 1960 retient pour titre le célèbre épisode du combat de David contre le géant philistin Goliath, alors même que cette confrontation n’aura lieu qu’au terme du film d’une durée de 113 min, et dont 18 auraient été coupées sans que l’on sache les raisons.

L’option retenue, avec justesse pour le scénario, a été de montrer dans quel contexte le jeune David allait être conduit à régner sur Israël. Le roi Saül a été, en effet, rejeté par Dieu pour sa mauvaise conduite, ainsi que le souligne le premier Livre de Samuel dans la Bible :

« Je me repens d’avoir fait régner Saül comme roi car il s’est détourné de moi et n’a pas accompli mes paroles. » (1 S 15, 11). 

C’est leprophète Samuel qui portera le reproche divin à la connaissance du roi interprété avec brio par Orson Welles. Les premières minutes de ce péplum franco-italien tourné à Rome, Zagreb et Jérusalem nous montrent un roi Saül tourmenté par son inconduite qui a provoqué la colère de Dieu et par la perte de l’Arche d’Alliance au profit de son ennemi philistin, ce qu’a admis dans sa faiblesse le roi :

« J’ai péché en transgressant l’ordre du Seigneur et tes paroles : c’est que j’ai eu peur du peuple et je lui ai obéi ».

Orson Welles, qui a lui-même réalisé les propres scènes où il apparaît, parvient à rendre très justement cette ambiguïté du roi Saül, bien sensible dans la Bible, à l’égard du jeune David, joueur de harpe, dont il reconnaît le charisme, le charme et le rayonnement, tout en en redoutant les conséquences pour son propre pouvoir, surtout lorsque celui-ci combattra le géant Goliath. Un géant interprété pour ce film par Aldo Pedinotti, un acteur italien, qui pour l’anecdote, faisait plus de 2 mètres !

Une opposition de David contre Saül absente de l’Ancien Testament

Le film « David et Goliath » opte, cependant, dès le début pour une opposition marquée du jeune David, reconnu et oint par le prophète Samuel, à l’encontre du roi Saül, ce qui est totalement absent de la Bible. Nous le voyons à l’écran parvenir dans la ville de Jérusalem tel un héros solitaire et haranguer les foules en dénonçant les turpitudes du roi, critique totalement exclue des Saintes Écritures qui au contraire insisteront sur la fidélité de David à l’égard de son roi, même lorsque ce dernier s’opposera ouvertement à lui et cherchera à le faire disparaître. La lecture plus qu’extensive du texte biblique pousse même les réalisateurs à imaginer que Saül enjoindra ouvertement David d’aller combatte Goliath, tout en sachant qu’il n’en réchapperait pas, alors que la Bible rapporte le contraire :

« Tu ne peux pas marcher contre ce Philistin pour lutter avec lui, car tu n’es qu’un enfant, et lui, c’est un homme de guerre depuis sa jeunesse. » (1S 17, 33).

Une liberté d’adaptation qui permet cependant au scénario de rebondir, de multiplier actions et retournements, et d’entrer ainsi dans le genre péplum…

Le difficile souffle biblique

Ce film n’échappe pas, en effet, aux codes incontournables du genre péplum avec ses danses langoureuses, ses décors d’un kitsch particulièrement recherchés et un palais du roi Saül en carton-pâte rappelant les édifices babyloniens. Les nombreuses coupures sans transition, entre les scènes tournées dans les studios romains et celles prises directement en extérieur tournées à Zagreb et à Jérusalem, laissent l’impression de batailles rangées plus ou moins cohérentes — notamment avec cette formation des soldats en tortue anachronique, inspirée des légions romaines des siècles plus tard — que du véritable combat évoqué par l’Ancien Testament ! La Bible souligne, en effet, qu’après la mort de Goliath, les Philistins battirent en retraite, terrifiés par la mort de leur héros :

« Quand les Philistins virent que leur héros était mort, ils prirent la fuite. Les hommes d’Israël et de Juda se levèrent en poussant le cri de guerre ; ils poursuivirent les Philistins jusqu’à l’entrée de la vallée et jusqu’aux portes d’Éqrone. Des Philistins, blessés à mort, tombèrent sur la route de Shaaraïm, jusqu’à Gath et jusqu’à Éqrone » (1 S 17, 51-52).

Or, au lieu de cette débâcle, le film a préféré un combat digne des grands péplums, tout en s’écartant du souffle biblique dû à la victoire singulière du jeune David contre l’invincible Goliath. Une scène offrant cependant de nombreux combats et cavalcades, probablement empruntée ou achetée à un autre film, pratique courante à l’époque et qui permettait à de nombreux long-métrages d’entrer dans le genre grand péplum. Une adaptation du récit biblique et du fameux épisode de David et Goliath qui se laisse regarder.

Tags:
Cinémaroi david
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement