Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 24 juin |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Pakistan : accusé de blasphème puis acquitté, il est assassiné près de chez lui

web2-pakistan-pendjab-shutterstock_519539815.jpg

Shutterstock I Homo Cosmicos

La province du Pendjab, Pakistan.

Agnès Pinard Legry - publié le 05/07/21

Accusé de blasphème en 2016, condamné puis finalement acquitté en 2020, Muhammad Waqas a été tué à coups de couteau par un policier le 2 juillet alors qu’il rentrait chez lui à Sadiqabad, dans la province du Pendjab (Pakistan).

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

C’est un fait divers sordide qui témoigne, une nouvelle fois, d’un extrémisme religieux croissant au Pakistan. Muhammad Waqas a été tué de plusieurs coups de couteau vendredi 2 juillet alors qu’il rentrait chez lui à Sadiqabad, dans la province du Pendjab (Pakistan). Accusé de blasphème en 2016 pour avoir partagé des caricatures blasphématoires du prophète Mahomet sur les réseaux sociaux, il avait été envoyé en prison en 2017. Mais faute de preuve, la Haute Cour de Lahore a finalement annulé sa condamnation en 2020 et Muhammad Waqas a été libéré de prison.

Assassiné avec un couteau de boucher

C’est un policier, Abdul Qadir, qui l’a tué avec un couteau de boucher. D’après un responsable de la police, Rana Muhammad Ashraf, ce policier « prévoyait de l’attaquer depuis 2016, l’accusant d’avoir manqué de respect au prophète Mohammed ». Au moment de l’attaque, le frère de la victime était présent et aurait aussi été blessé. 

« C’est un autre exemple d’extrémisme religieux croissant », a dénoncé Peter Jacob, le directeur catholique du Center for Social Justice. « La situation est si effrayante et grave qu’aucune entité ne peut la contrôler. Cette ombre du terrorisme et de l’obsession ne peut être détectée par aucun détecteur ».

Actuellement, la loi pakistanaise prévoit la peine capitale pour quiconque est reconnu coupable d’avoir insulté l’islam ou le prophète Mahomet. Mais de nombreux opposants dénoncent une instrumentalisation de cette loi afin de régler des conflits personnels ou de s’attaquer à des minorités religieuses. Par ailleurs, même en cas d’acquittement, les personnes qui ont été accusées de blasphème sont souvent la cible de lynchage voir d’assassinat par la suite.

Tags:
blasphemeChrétiens au Pakistan
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement