Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 31 janvier |
Aleteia logo
Perles du Web
separateurCreated with Sketch.

Henri Didon, le dominicain qui a inspiré la devise des Jeux Olympiques

OLYMPICS

Chaay_Tee | Shutterstock

La rédaction d'Aleteia - publié le 30/07/21 - mis à jour le 03/02/22

Adoptée au XIXe siècle par le fondateur des Jeux modernes, le catholique Pierre de Coubertin, la devise officielle des Jeux Olympique était à l’origine énoncée en latin uniquement. C’est le frère Henri Didon, un religieux dominicain français, qui l’a imaginée.

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

Si les Jeux Olympiques antiques étaient païens, leur déclinaison moderne serait-elle d’inspiration chrétienne ? En tout cas, c’est une réalité concernant leur devise : « Citius, Altius, Fortius », du latin « Plus vite, plus haut, plus fort ». Peu de gens le savent, mais cette phrase vient d’un prêtre français du XIXe siècle, le dominicain Henri Didon. Proviseur et prieur au collège dominicain Albert-le-Grand à Arcueil (Val-de-Marne), il partageait la passion du sport avec son ami Pierre de Coubertin, futur fondateur des Jeux Olympiques de l’ère moderne. En 1881, à l’occasion d’un discours prononcé pour la clôture d’un petit championnat sportif dans l’école dont il avait la charge, le père Henri Didon utilisa pour la première fois l’expression « Citius, Altius, Fortius ». Elle devint ensuite la devise de l’établissement, et fut même gravée au-dessus de la porte d’entrée, ainsi que sur la bannière de l’école.

En 1897, il ouvre le congrès olympique du Havre

Or, trois ans plus tard, un ami du père Didon, Pierre de Coubertin, reçu la charge de fonder le Comité International Olympique, qui pilote encore aujourd’hui l’organisation de cet évènement planétaire tous les deux ans (en alternance avec les Jeux d’hiver). Pierre de Coubertin s’inspira alors du prêtre et éducateur, qui était d’ailleurs reconnu comme l’un des meilleurs prédicateurs de son temps. Fervent catholique, ancien pensionnaire dans un établissement jésuite, Pierre de Coubertin ne cacha évidemment pas d’où venait son inspiration, et demanda au père Henri Didon d’ouvrir le congrès olympique du Havre, en 1897.

L’important n’est pas de gagner, mais de participer !

Plus tard, lors des Jeux de Londres de 1908, une autre devise marqua fortement les esprits, comme le rappelle un document officiel du Comité International Olympique retraçant l’histoire de l’évènement. Elle vient de Mgr Ethelbert Talbot, alors évêque de Pennsylvanie. « L’important au cours de ces Jeux Olympiques, n’est pas de gagner, mais de participer ! » déclara-t-il. Une phrase reprise par Pierre de Coubertin devant tout le gouvernement britannique quelques jours plus tard, qui devint la devise des jeux de 1908. Et ne manque pas d’inspirer, aujourd’hui encore, la mentalité des milliers athlètes engagés pour Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing 2022 qui se déroulent à Pékin depuis le 4 février. Cette année, la devise officielle des JO est « Ensemble pour un avenir commun ».

Tags:
dominicainsjeux olympiquesSport
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale