Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 23 juin |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

La rédemption de la légende des échecs Bobby Fischer

Bobby Fischer

CC Nationaal Archief

Lauriane Vofo Kana - publié le 27/08/21

Une partie d’anthologie en 1972 et le voilà dans l’histoire, à jamais. Les coups d'éclat du prodige des échecs Bobby Fischer sont connus. Son opposition féroce aux religions aussi. Son enterrement selon le rite catholique le 21 janvier 2008 a étonné. Une surprise ? L'aboutissement, peut-être, d'une quête qui débute des décennies auparavant.

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Reykjavík. Bobby Fischer face à Boris Spassky. L’aigle à tête blanche contre la faucille et le marteau. Il n’y a pas de doute, l’été 1972 voit les États-Unis affronter l’Union soviétique sur un échiquier. Plus jeune gagnant du championnat américain d’échecs, plus jeune grand maître international, et, en 1972, premier américain à remporter le championnat du monde : le talent de Bobby Fischer est indéniable. Film, documentaires ou articles narrent l’homme au palmarès de champion. Si ses exploits et une déchéance de nationalité sont souvent évoqués, son itinéraire spirituel reste méconnu.

Enfant prodige et solitaire

Robert John Fischer voit le jour à Chicago dans un foyer monoparental. Sa mère, Regina Wender, d’origine suisse, est d’ascendance juive. Mais la foi n’a pas vraiment sa place dans la famille de la sympathisante communiste. Lorsque Bobby a 6 ans, Joan, sa sœur aînée, lui offre un échiquier. Deux ans plus tard, il est inscrit au club d’échecs de Brooklyn. Il enchaîne les lectures, parties et se réfugie dans le jeu, loin d’un quotidien monotone marqué par l’absence de sa mère. À 12 ans, plus aucun inscrit de son État n’est en mesure de battre le prodige. Il poursuit son ascension fulgurante jusqu’au « match du siècle » en juillet 1972.

À bientôt 30 ans, le joueur est au sommet de sa gloire. Il choisit toute de même de s’éloigner des projecteurs pour prendre soin de son âme. Il rejoint alors une secte se réclamant du christianisme, la Worldwide Church of God (qui a changé de nom depuis). Là il étudie des textes bibliques et doit apporter une contribution financière comme tout adhérent.

En 1977, il quitte le groupe avec fracas ne croyant plus aux prophéties millénaristes du fondateur. S’en suit alors une longue période d’errance. Ses projets de mariage s’envolent, Bobby perd sa mère puis sa sœur. Son dernier match d’envergure en 1992 ne lui permet pas de retrouver de sa superbe. En effet, il a déjà multiplié des prises de parole empreintes de xénophobie.

En quête de sens

Lorsqu’il s’exile en Islande en 2005, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Après s’être déclaré athée, Bobby se tourne vers les ouvrages du guru indien Rajneesh avant de se pencher sur les enseignements de l’Église. C’est finalement dans le petit pays nordique que sa quête semble se terminer. Un ami, Gardar Sverusson, catholique, tente de répondre aux questions que le génie des échecs se pose sur la foi.

Selon le biographe du joueur d’échecs, Bobby Fischer offre un catéchisme à Gardar pour nourrir leurs échanges. Se sachant malade, l’ancienne star laisse ses dernières volontés à son proche. Parmi elles : il demande à être enterré selon le rite catholique. Une conversion aux portes du grand passage ? Une chose est sûre : le 21 janvier 2008, le père Father Jakob Rolland –du diocèse de Reykjavik– a célébré une messe pour le dernier adieu du Mozart des échecs.

Tags:
ConversionSport
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement