Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 03 février |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Pourquoi l’éducation est un combat

LARGHERO.jpg

© Caroline

Jeanne Larghero - publié le 08/10/21

Chaque vendredi, la philosophe et écrivain Jeanne Larghero propose aux lecteurs de Aleteia une réflexion sur la vie quotidienne. Aujourd’hui, il est question d’éducation. Comment faire accepter de renoncer à sa liberté pour apprendre à être libre ? Là est le défi de l’éducateur, et pourquoi c’est un combat !

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

On reconnaît que le but de l’éducation se trouve atteint lorsque l’enfant est devenu un adulte en capacité de faire pleinement usage de sa liberté. Il semble même que le consensus règne en la matière. Les parents souhaitent rendre leurs fils et filles plus autonomes, les professeurs espèrent que leurs élèves pourront exercer le métier de leur choix, les éducateurs sportifs travaillent à former des jeunes qui aillent au bout de leur potentiel, et les enfants eux-mêmes réclament davantage d’indépendance… Mais c’est précisément sur ce point que se révèle l’immense paradoxe de l’éducation, et que s’expliquent nos difficultés, avouons-le, à élever ceux qui nous sont confiés.

En effet, l’éducation suppose que l’on fixe un cap, que l’on conduise et accompagne ; elle suppose que l’on soutienne par des règles, que l’on fixe des limites, à la manière dont on pose des tuteurs le long de certaines plantes pour guider leur croissance vers le soleil. Donc on commence, semble-t-il, par attendre de l’enfant, de l’élève, de l’adolescent, qu’il renonce à sa liberté… pour pouvoir mieux le « forcer à être libre ». Un jour. Quand il sera grand, et là il nous dira merci. Mais l’enfant, l’ado en question nous fait vite savoir qu’il n’a pas la même conception que nous de la liberté !

L’éducation n’est pas un élevage

Voilà pourquoi l’éducation est une expérience aussi décapante et pourquoi elle relève si souvent du combat : on n’inculque pas l’autonomie ou le sens de la responsabilité, comme on inculquerait à quelqu’un les rudiments de l’art culinaire, du solfège ou de la physique quantique, mais on part d’une liberté déjà existante au cœur de chacun, de chaque enfant, ce qui explique les résistances et les conflits. C’est bien la raison pour laquelle l’éducation n’est pas de l’élevage : les belles méthodes qui marchent avec l’un ne fonctionnent plus aussi bien avec le suivant. 

C’est le mystère de la liberté humaine, tout à la fois fragile et inviolable, déjà là mais toujours en devenir, qu’il s’agit de respecter et de faire grandir.

Ainsi, tous les jours, notre cœur de parent, de professeur, d’éducateur, doit résonner de cette petite musique : se réjouir de ce que la capacité que nous cherchons à faire grandir soit déjà présente à l’intime de chaque enfant, marque de sa ressemblance avec Dieu, lieu de sa dignité de personne. Ne déplorons pas les résistances et les conflits, mais sachons y voir le mystère même qui règne dans le cœur des petits et des grands. C’est le mystère de la liberté humaine, tout à la fois fragile et inviolable, déjà là mais toujours en devenir, qu’il s’agit de respecter et de faire grandir.

Pour donner le meilleur de soi-même

Concrètement cela veut dire : remercier pour un service rendu, même s’il était écrit sur le fameux tableau des tours de service affiché sur le frigidaire. Remercier pour la douche prise sans bloquer la salle de bains pendant deux heures et demi, complimenter sur les chaussures qui ne sont pas restées traîner dans l’entrée même si autour c’est quand même un peu le bazar, encourager à continuer. À chaque fois que l’on remercie, que l’on félicite, que l’on encourage, on diffuse le message suivant : tu as le choix, tu aurais pu faire autrement, et tu as préféré ce qui fait du bien. On pointe de façon positive l’expérience même de la liberté : être capable de donner le meilleur de soi-même. 

C’est ainsi, l’éducation est un combat, mais ce n’est pas un combat contre ceux qui nous sont confiés, c’est un combat avec eux, car donner le meilleur de soi-même est toujours une conquête. Et cette conquête est l’affaire de toute une vie.

Tags:
ÉducationEnfantsFamilleparents
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale