Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 31 janvier |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

L’audace qui a permis de découvrir le cerf du père David

shutterstock_42741091.jpg

Shutterstock

Troupeau de cerfs du père David

Aliénor Goudet - publié le 08/11/21

Durant la deuxième moitié du XIXe siècle, la faune et la flore de la Chine sont encore bien mal connues en Europe. Un lazariste, père Armand David (1826-1900) est envoyé en mission pour les documenter. Sa plus grande découverte, aujourd’hui appelé le cerf du père David, aurait pu lui coûter la vie.

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

Empire de Chine, 1865. Dans une rue animée de Pékin, les passants s’écartent pour laisser passer un étranger en soutane. Il marche rapidement, les sourcils froncés et grommelant dans sa barbe. Décidément, rien ne va aujourd’hui. Le père Armand David ne peut cacher sa déception. Les gardes du parc impérial de Nanhaiz sont sans appel. Aucun étranger n’a le droit de pénétrer dans l’enceinte. Le lazariste se retient de lâcher un juron. Ce n’est pas aujourd’hui qu’il verra le fameux sì bù xiàng

Cet animal dont le nom signifie vaguement « les quatre discordances » ne ressemble soit disant à aucun autre. On dit qu’il possède les sabots d’une vache, la queue d’un âne, le cou d’un chameau et les bois d’un cerf. Naturellement, le père David ne peut repartir sans avoir étudié cette fascinante bestiole. Malheureusement, elle n’existe pratiquement plus à l’état sauvage.     

Un grand risque pour un coup d’œil     

Une fois rentré, le père David continue de tourner en rond. Ses frères et compagnons zoologistes tentent en vain d’essayer de le raisonner. Après tout, ce ne sont pas les animaux surprenants qui manquent en Chine. Mais rien à faire. Le père David veut absolument étudier cette espèce qui semble sortir tout droit d’un conte. 

Après plusieurs tentatives infructueuses, une idée plutôt périlleuse vient à l’esprit du lazariste. Il se rend à nouveau au parc le lendemain, avec un de ses compagnons. Mais au lieu de se rendre à la porte, ils longent les murs pour s’éloigner le plus possible des gardes. 

– Nous sommes assez loin, dit le père David. Fais-moi la courte échelle.

Le visage livide, son compagnon s’exécute tout de même. Le père David s’empresse de grimper jusqu’en haut du mur. Le parc impérial est splendide. Mais le lazariste n’a d’yeux que pour le troupeau qui se trouve à une centaine de mètres. Pas de doute, cet animal doit absolument être documenté ! 

– Vous êtes complètement fou, dit son compagnon. Si nous nous faisons prendre, nous risquons la peine de mort !

En effet, ce coup d’œil risque de leur coûter cher. Vite, le père David sort son carnet et s’empresse de prendre quelques notes avant de redescendre.

Disparition et retour en Chine

Après plusieurs mois de négociation, le père David finit par obtenir des peaux des animaux défunts. Il en fait une analyse approfondie et envoie ses trouvailles au Muséum de Paris. Son travail impressionne les naturalistes.   

Suite à cette découverte, l’espèce est nommée Elaphurus Davidianus ou « le cerf du père David ». Malheureusement, l’animal disparaît de Chine peu de temps après. De fortes inondations décime la population du parc. Les dernières bêtes à l’état sauvage sont abattues et mangées par des soldats occupants durant la révolte des Boxers. 

L’espèce échappe à l’extinction totale de peu, grâce aux quelques individus envoyés en Europe. En 1985, les descendants de ces derniers sont réintroduits en Chine et vivent dans des réserves. La Chine en a fait un symbole national. Aujourd’hui, quelque 200 d’entre eux évoluent à nouveau dans un environnement semi-sauvage dans l’ancien domaine impérial de Nanhaizi.

Le cerf du père David demeure néanmoins sur la liste rouge des espèces menacées. Il est déclaré éteint à l’état sauvage. On peut dire que le père David est indirectement responsable de la survie de l’espèce qui porte son nom.

Tags:
animauxChinedécouvertemissionnaire
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale