Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 25 mai |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Ces disputes au sujet des tâches ménagères qui en disent long sur le couple

Article réservé aux membres Aleteia Premium
shutterstock_1905382390.jpg

Lucky Business I Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 06/12/21 - mis à jour le 08/12/22

La répartition des tâches ménagères figure sans surprise dans le top trois des disputes de couple avec l’argent et la belle-famille. Des conflits qui révèlent des tempéraments, des manières de fonctionner, mais aussi parfois des difficultés de communication ou un déséquilibre dans la relation.

Un couple sur deux se disputerait à propos des tâches ménagères. Une étude Ifop d’octobre 2019 révèle que 48% des femmes déclarent se disputer avec leur conjoint à ce sujet (et 42% des hommes). Mal réparties, pas faites ou mal faites, les occasions de conflit sont nombreuses. Pour Marie Binet, conseillère conjugale et auteur du récent ouvrage Pour le meilleur (EdB), le rapport au ménage reflète la personnalité de chaque conjoint, ainsi que l’état de la relation.

Les tâches ménagères en disent long sur la personnalité et le tempérament de chacun. Certains sont perfectionnistes voire maniaques, d’autres non. Certains veulent tout garder quand d’autres ont une fâcheuse tendance à jeter. D’autres sont adeptes de la méthode « vite fait bien fait » tandis qu’il y a ceux qui aiment prendre le temps de bien faire. Et enfin, la tolérance au désordre n’est pas du tout la même pour tout le monde. Bref, chaque conjoint est différent dans sa manière d’appréhender les tâches ménagères. Selon les experts, les clés pour se comprendre résideraient dans le dialogue et le lâcher prise.

« Les tâches ménagères régulent le quotidien », souligne Marie Binet. « Elles supposent du dialogue et du discernement sur la manière dont on accomplit les tâches et dont on se les repartit. Il ne s’agit pas de faire du 50/50, mais de répartir en fonction de la nécessité, des goûts, des possibilités matérielles et du temps dont dispose chacun ». Un dialogue sans cesse à ajuster dans la mesure où la charge évolue selon une naissance, le nombre d’enfants, si l’on reçoit du monde ou non…

Cela suppose aussi un travail sur soi. Lorsque des habitudes sont prises, certains ne veulent plus en changer car « on fonctionne comme ça depuis des années ». Mais n’est-ce pas justement le moment de réévaluer la répartition des tâches pour que l’un et l’autre y trouve son équilibre ? Il arrive aussi qu’un conjoint soit dans la maîtrise et par conséquent dans le reproche : « Ce n’est pas comme cela qu’il faut étendre le linge ». Une attitude qui invite au lâcher prise, dont la règle pourrait être : « C’est celui qui fait qui a raison ». Enfin, certains conjoints sont infantilisés, n’ayant jamais vraiment eu le souci des tâches ménagères avant de se mettre en couple. Or chacun est appelé à prendre sa part de responsabilité, sans quoi la relation serait mal ajustée.

Le ménage à faire dans sa relation conjugale

Un conflit à propos des tâches ménagères peut aussi révéler un dysfonctionnement plus profond du couple lui-même. La conseillère conjugale a de nombreux exemples en tête : des couples qui se disputaient pour la place d’une brosse à dent, pour un plat jamais rangé à sa place ou encore pour la manière d’étendre les pantalons. Des broutilles qui révélaient finalement un état conflictuel « déjà » présent. La brosse à dent n’était que le prétexte, le détonateur. « Il y a des recoins pleins de rancœurs qui salissent le regard posé sur l’autre », constate Marie Binet. « Il est temps de dépoussiérer une relation enfermée dans son train-train », de « purifier les intentions », « d’alléger la relation pour que la détente y soit vécue », en d’autres termes, de « faire peau neuve » pour laisser entrer la lumière.

Fortifier son mariage avec les couples saints :

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
Coupledisputeménage
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement