Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 24 septembre |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

« Men Having Babies », un salon où tout se négocie, la GPA y compris

MEN HAVING BABIES

NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG / Belga via AFP

Christine Pellen - Gènéthique - publié le 08/12/21

Au salon Men Having Babies qui s'est tenu début novembre à Bruxelles, l’offre était complète : ovocytes, utérus, assurances, documents juridiques… « Remises » et « garanties » se négociaient au meilleur prix.

Un accouchement par césarienne : 3.000 dollars. Une amniocentèse : 500 dollars. Un avortement : 2.000 dollars. Voilà les montants des prestations proposées par l’entreprise SurrogateFirst spécialisée dans la gestation par autrui. Une société qui se targue de « choyer » ses mères porteuses : leur « satisfaction est notre première priorité — physiquement, émotionnellement et financièrement ». Une « satisfaction » qui semble passer par le fait de « compenser » financièrement une éventuelle hystérectomie par une enveloppe de 10.000 dollars.

« Remise pour frères et sœurs »

SurrogateFirst était l’un des exposants du salon Men Having Babies qui s’est tenu à Bruxelles du 5 au 7 novembre dernier. Ovocytes, utérus, assurances, documents juridiques, l’offre du salon se veut complète. L’organisation « sans but lucratif » y a accueilli 250 candidats. Parmi les visiteurs, le président du blog Donorkinderen qui rassemble des enfants nés après un don de gamètes, a relevé la nouveauté de l’édition 2021 : « Un geste commercial ? la remise pour frères et sœurs ». Autrement dit, des embryons issus des mêmes donneurs peuvent être implantés dans deux mères porteuses simultanément. Une remise dont a bénéficié un homme célibataire qui « veut une grande famille », explique une commerciale : cinq mères porteuses sont enceintes en même temps.

L’offre « Baby Guarantee »

Mais peut-on réduire la vie à un produit, fabriqué à la chaîne ? Le mirage est entretenu par les commerciaux de la GPA, avec l’offre « Baby Guarantee ». Un programme qui « donne droit » à un nombre illimité de tentatives pour obtenir un bébé. Le prix : 139.000 euros, hors frais liés à la fécondation in vitro et à l’approvisionnement en gamètes. Et si malgré tout le client devait rentrer chez lui sans enfant, il serait intégralement remboursé.

Comme le pointe la journaliste Céline Revel-Dumas dans son dernier livre GPA, Le Grand Bluff (Cerf), la GPA c’est dire à une femme « ton corps m’appartient » (p. 186). À l’enfant qui en est le produit aussi.

En partenariat avec :

logo genethique
Tags:
bébéBelgiqueGPA
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement