Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 28 novembre |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

La culture du « Profite ! »

AMIS DANS UN BAR

© novak.elcic - Shutterstock

Blanche Streb - publié le 13/12/21

Essayiste, mère de famille, docteur en pharmacie, Blanche Streb éclaire tous les lundis les joies, les peines et les travers de notre vie quotidienne. Elle s’interroge cette semaine sur cette expression ambivalente qui invite à "profiter de la vie", mais qui cache souvent… une peur du lendemain.


Profite. Profite bien ! Ne recevons-nous pas ce conseil à longueur de temps ? C’est quasiment devenu un réflexe de Pavlov, un slogan qui ponctue chaque conversation, qu’elles portent sur les loisirs, une éclaircie, le plat du jour, un passage chez le coiffeur ou la visite d’un proche. Est-ce vraiment un conseil, d’ailleurs ? N’est-ce pas plutôt un ordre que nous nous intimons les uns aux autres ? C’est quand même l’impératif, que ce temps qui ponctue nos « profite » ! 

Ce « profite » sonne comme un moyen auquel se raccrocher désespérément, comme s’il pouvait ralentir cette course folle ou, au moins, faire retomber les moments qui nous plaisent un peu moins vite.

Cette habitude est venue récemment dans le cours d’une conversation avec un collègue qui me l’illustra avec cet exemple amusant : « Quand on me dit “Profite bien de tes enfants”, désormais, je réponds “Et bien non, je ne tire aucun profit de mes enfants”. » Derrière ce verbe on entend, il est vrai, « faire des profits, des bénéfices, prospérer, réussir dans ses entreprises ». Tire-t-on profit de ses proches ? Dans un monde où tout se monnaye et se raisonne désormais en termes de « charge mentale », ça ne doit pas manquer d’arriver. 

Camoufler ses peurs

Quand on fait un détour dans l’histoire de ce mot, on découvre chez Rabelais, dans Pantagruel, que profiter signifie « se développer, croître ». C’est ce sens qui prime sûrement lorsqu’on s’exclame « Oh, il a bien profité ce petit ! » à des parents qui présentent leur joli bébé potelé. D’ailleurs chez La Fontaine, profiter se réfère directement aux aliments, puisqu’être profitable c’est être assimilable. 

D’où vient que ce mot soit si répandu aujourd’hui ? Je n’ai pas la prétention de l’expliquer. Je me demande juste s’il ne camoufle pas des peurs. La peur du temps qui nous file entre les doigts. La peur de la mort. La peur du vide, de l’ennui. Voir même, la peur de la peur ? Si nous voyons notre vie s’écouler comme le temps dans un sablier, chaque seconde qui passe est une seconde de moins à vivre. Et ce sablier ne se retourne pas. Il y a un sentiment d’irréversible. Ce « profite » sonne alors comme un moyen auquel se raccrocher désespérément, comme s’il pouvait ralentir cette course folle ou, au moins, faire retomber les moments qui nous plaisent un peu moins vite. « J’aurais dû en profiter plus », qui ne se lamente ainsi, à la fin de ses vacances ? 

Une œuvre qui mûrit

Mais si nous retournons notre regard, nous pourrions voir la vie, non comme un sablier qui se dégarnit, mais comme une œuvre qui mûrit. Au lieu de déplorer notre vie qui diminue, nous pourrions retourner notre regard et contempler notre vie qui a grandi. Et se dire « Waouh ! un jour de plus s’est encore ajouté à ma vie »… Cela nous aiderait à passer moins de temps à avoir peur de ne pas profiter des bons moments, et plus à mesurer ce qui est bon dans chaque instant. Au XIVe siècle, profiter signifiait aussi « faire des progrès, s’améliorer ». Alors, profitons bien !

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la communauté de ses membres Premium ?

Inscrivez-vous !

(c’est totalement gratuit et sans engagement)

Tags:
Sociétévie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement