Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 03 février |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Alain de Solminihac, l’évêque itinérant

Article réservé aux membres Aleteia Premium
ALAIN SOLMINIHAC

Domaine Public

Aliénor Goudet - publié le 30/12/21

Évêque malgré lui, Alain de Solminihac (1593-1659) se dévouait corps et âme à sa mission. Refusant d’être enfermé dans un bureau, il participait à la construction de nouvelles églises, rendait visite à toutes ses paroisses et soignait les malades. L'Église le fête le 31 décembre.

Cahors, 1640. Alors qu’une nouvelle épidémie de peste fait rage au cœur de la ville, un chariot entouré de volontaires masqués se dirige vers les quartiers pauvres. Ces hommes en robe de bure s’approchent des pestiférés qui ont été chassés par les habitants. Ils sont trop pauvres pour demander à voir un médecin. Mais au lieu de les repousser, les volontaires leur offrent de la nourriture et des premiers soins. 

Un grand homme au visage anguleux donne des instructions aux autres. Il faut emmener les malades à la maison de soins. Mais lui s’approche de ceux qui respirent à peine. Armé de son chapelet et d’huile bénite, il donne l’extrême onction aux agonisants. 

Issu de vieilles familles périgourdines, Alain reçoit depuis tout petit une éducation de gentilhomme. Escrime, équitation, danse… Malgré cela, il ressent déjà un véritable attrait pour la prière et le Christ. Il souhaite rejoindre l’ordre de Malte. Défendre l’honneur de Dieu par l’épée, quelle joie cela serait! 

Son véritable destin se présente à lui lors d’une visite de son oncle Armand, abbé de l’abbaye de Chancelade. Impressionné par la sagesse et le zèle d’Alain, il l’invite à l’abbaye. Et à 20 ans, Alain rejoint les chanoines pour accomplir son noviciat. Ils sont loin ses rêves de gloire chevaleresque. Alain choisit la simplicité et est ordonné prêtre.

Mais il n’est pas satisfait. Sa vocation n’est pas encore bien claire. La littérature et la théologie le passionnent, alors il se rend à Paris pour étudier à la Sorbonne. Au cours d’une retraite spirituelle selon les Exercices de saint Ignace, l’évidence le frappe comme la foudre. Il veut instruire les chrétiens, restaurer les lieux de culte, et guider les âmes vers la sainteté.

Devenu abbé de Chancelade, Alain se lance dans des projets de reconstruction de l’abbaye. Ce renouveau tant physique que spirituel attire beaucoup l’attention. Il en fait de même pour les paroisses voisines. Il se fait enseignant pour ses frères, bâtisseur pour ses églises et infirmier pour les malades. Ainsi, il inspire de nombreuses vocations et la foi renaît dans le Périgord. 

Évêque malgré lui

Sa renommée arrive jusqu’à Louis XIII. Impressionné, le roi veut le nommer évêque de Lavaur. Alain refuse, ne voulant pas s’éloigner de son abbaye. 

– Béni soit Dieu qu’il y a encore dans mon royaume un abbé qui refuse des évêchés, dit le roi.

Il lui propose alors l’évêché de Cahors, beaucoup plus proche de lui. La volonté divine semble claire. Alain accepte donc à condition de garder sa charge abbatiale. Ce n’est pas pour autant que le nouvel évêque ralentit.

Cahors est à l’époque l’un des diocèses les plus grands de France, comprenant 800.000 âmes. Le nouvel évêque constate avec tristesse l’absence de catéchisme. Alors en plus de sa nouvelle charge, il continue d’œuvrer pour les malades et les vocations. 

Sa tâche la plus exigeante ? Rendre visite aux cent paroisses de son diocèse régulièrement. Pour instruire, soigner ou reconstruire, il veut être certain du progrès de son œuvre. Et son exemple inspire encore plus de vocations. Mais Alain n’a pas seulement à cœur le secours immédiat. Avec l’aide des filles de la charité, il fonde des orphelinats et des hôpitaux. Et il confie un nouveau séminaire aux pères lazaristes, fondé par son ami Vincent de Paul

Alain de Solminihac meurt d’épuisement le 31 décembre 1659. Il est finalement béatifié en 1981 par Jean Paul II. Par son exemple, il a fait de Cahors un foyer spirituel impressionnant.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
bienheureuxchariteÉvêqueSaintvocation
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale