Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 26 septembre |
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

La Bible et ses symboles : la montée vers Dieu, signe de l’élévation de l’âme

LE SONGE DE JACOB

© Pascal Deloche / Godong

Philippe-Emmanuel Krautter - publié le 25/01/22

L’idée d’ascension vers Dieu est récurrente dans la Bible. L’élévation de l’âme vers le divin se traduit très tôt dans l’Ancien Testament par des symboles puissants et évocateurs. Le songe de Jacob compte parmi eux…

La Genèse rapporte un curieux songe du patriarche Jacob, fils d’Isaac et petit-fils d’Abraham. Alors que Jacob avait quitté Bershéba et se dirigeait vers Harane, il fit une halte et s’endormit. Il eut alors un songe étonnant : une échelle était dressée sur la terre et son sommet atteignait le ciel. Plus étrange encore, des anges de Dieu ne cessaient d’y monter et d’en descendre… C’est alors que le Seigneur, qui se tenait près de lui, dit :

« Je suis le Seigneur, le Dieu d’Abraham ton père, le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je te la donne, à toi et à tes descendants. Tes descendants seront nombreux comme la poussière du sol, vous vous répandrez à l’orient et à l’occident, au nord et au midi ; en toi et en ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre. Voici que je suis avec toi ; je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai sur cette terre ; car je ne t’abandonnerai pas avant d’avoir accompli ce que je t’ai dit. » (Gn 28, 13-15)

Par ces paroles, précise la Bible, Jacob réalisa alors que Dieu était présent en ces lieux et que cette rencontre renouvelait la promesse du don de la terre, faite à lui et à ses descendants. Le songe et l’échelle de Jacob s’avèrent riches d’enseignements et représentent un symbole puissant dont les théologiens ne manqueront pas de développer la portée, et les plus grands artistes, la beauté.

La montée vers Dieu

Par ce rêve, Jacob prend ainsi conscience qu’à l’image de ses parents, Abraham et Isaac, Dieu se tient toujours près de lui alors qu’il ne s’en rendait même pas compte : 

« En vérité, le Seigneur est en ce lieu ! Et moi, je ne le savais pas. » dira Jacob (Gn 28, 16).

Cette proximité et fidélité l’aideront à accueillir cette réalité désormais indéfectible pour cet homme de foi ; le récit biblique rapporte en effet qu’il fut alors aussitôt saisi de crainte et qu’il ajouta :

« Que ce lieu est redoutable ! C’est vraiment la maison de Dieu, la porte du ciel ! ». (Gn 28, 16).

Ainsi, le songe sous la forme d’une échelle qui conduit à la porte du ciel, à « la maison de Dieu », signifie également par sa force symbolique que tout croyant se doit d’élever son âme aux choses d’en haut, une élévation et une montée que l’échelle symbolise. La tradition juive verra dans cette échelle la représentation des différentes épreuves du peuple juif avant la venue du Messie, tout autant qu’un véritable pont entre le ciel et la terre, image puissante que l’évangile de Jean reprendra dans les paroles de Jésus : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. » (Jn 1, 51)

La consécration du lieu saint

L’échelle de Jacob aura aussi pour conséquence un acte de consécration de la part du patriarche. Conscient de la sacralité du lieu où Dieu lui est apparu, Jacob va dès lors se lever « de bon matin » rapporte la Bible, signifiant ainsi que cet évènement d’importance ne saurait attendre. De même, Jacob avant de s’endormir avait pris une pierre comme oreiller, et c’est cette même pierre dont il se servira pour dresser une stèle sur laquelle il versera de l’huile pour la consacrer. Dès la Genèse, nous voyons ainsi des rites de consécration très anciens apparaître, symbolisant le lieu divin. Du songe de Jacob naitront ainsi un lieu consacré et une promesse :

« Jacob donna le nom de Béthel (c’est-à-dire : Maison de Dieu) à ce lieu qui auparavant s’appelait Louz. Alors Jacob prononça ce vœu : « Si Dieu est avec moi, s’il me garde sur le chemin où je marche, s’il me donne du pain pour manger et des vêtements pour me couvrir, et si je reviens sain et sauf à la maison de mon père, le Seigneur sera mon Dieu. Cette pierre dont j’ai fait une stèle sera la maison de Dieu. De tout ce que tu me donneras, je prélèverai la dîme pour toi. » (Gn 28, 19-22)

Le contraste saisissant entre le songe d’une échelle et la matérialité de la pierre souligne l’importance des pratiques sacerdotales en devenir. Afin de servir la Maison de Dieu, élevée dans les hauteurs, le croyant se devra de faire reposer sa foi à partir d’une assise sûre et tangible avec les lieux consacrés et dont le Temple de Jérusalem sera en retour le sommet.

Tags:
âmeBibleDieusymboles
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement