Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 07 juillet |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Pour la première fois, Rome donne des orientations aux ermites

© Ciric – Jean-Michel Mazerolle

I.Media - published on 22/02/22 - updated on 22/02/22

Au XXe siècle, on constate une réapparition flagrante des ermites. Rome a donc décidé de régulé le phénomène en donnant des directives à ceux qui aspirent à la vie de prière et d'isolement.

Alors que ces dernières décennies ont vu la résurgence des ermites, la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique a publié le premier document officiel dédié à cette vocation particulière vécue dans « le silence de la solitude ». Daté du 14 septembre 2021, le texte publié pour le moment seulement en italien va être diffusé prochainement en français par le dicastère, a appris IMedia.

Répandus dans les premiers siècles, les ermites avaient disparu dans les méandres de l’histoire. Leur réapparition au XXe siècle a rencontré un certain flou juridique, explique une source du dicastère pour la vie consacrée. Le document Ponam in deserto viam (“Je vais faire passer un chemin dans le désert”, Isaïe 43,19) vient donc réguler le phénomène en donnant des orientations.

S’appuyant sur les témoignages d’ermites qui lui sont parvenus, la Congrégation vaticane développe en 46 paragraphes le seul canon du code de droit canonique qui leur était dédié jusqu’alors (n° 603). La revue Vies Consacréespropose d’ores-et-déjà une traduction – non-officielle – de ce texte écrit à l’attention des évêques, référents des ermites, auxquels ces derniers doivent « respect filial et obéissance ».

Rome prodigue ses conseils pour discerner l’aptitude du candidat à la vie érémitique, qui doit pouvoir résister aux « épreuves » de la solitude. Parmi les recommandations : un temps de formation et une attention à sa santé, sa maturité, ainsi qu’à son équilibre psycho-affectif. Sans oublier de vérifier l’état de son casier judiciaire, au civil, au pénal et au canonique.

L’ermite ne fuit pas le monde « par peur ou mépris », précise le texte, mais par sa vie à l’écart il lutte contre « la vaine gloire ». Ce n’est pas sa « subjectivité » mais bien la recherche de « l’Unique nécessaire » qui donne sens à son ascèse faite de prière, de chasteté, de jeûne, de sobriété, de pénitence.

Le Saint-Siège demande aux ermites une organisation ordonnée de la journée et du travail, un repos adéquat, une alimentation suffisante et modérée.

Le Saint-Siège demande aux ermites « une organisation ordonnée de la journée et du travail, un repos adéquat, une alimentation suffisante et modérée ». Tout autant d’éléments précisés dans un « programme de vie » personnel. Ce dernier doit statuer entre autres sur le lieu de l’ermitage – séparé du monde mais « pas trop isolé »– sur la vie de prière de l’ermite, sur ses moyens de communication, de subsistance, sur son assistance sanitaire.

S’il est impossible de connaître le nombre d’ermites catholiques existant dans le monde, on constate cependant que certains diocèses – comme ceux du sud de la France – en attirent plus que d’autres. Leur choix radical, souligne le document du dicastère, rappelle à l’humanité « qu’il est beau de demeurer en Dieu seul ».

Tags:
ermitesorientationromevocation
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement