Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 24 septembre |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

À la retraite, « supporter » les humeurs de son conjoint n’est pas une fatalité

shutterstock_1918215068.jpg

fizkes I Shutterstock

Claire de Campeau - publié le 08/04/22

Le passage de la vie active à la retraite apporte son lot d’appréhension : comment vais-je m’adapter à cette nouvelle vie qui sera la mienne ? Cette adaptation peut être houleuse au sein de la relation de couple : comment faire quand l’autre nous apparaît comme insupportable ? Marie Vautherin, conseillère conjugale et thérapeute de couple IMAGO à Lyon, répond à Aleteia.

Lors de ce grand bouleversement qu’est la retraite, les tensions d’un couple peuvent s’accentuer non seulement par le temps plus important passé ensemble mais aussi par un quotidien à réinventer, un nouvel équilibre à trouver. On peut comparer ce bouleversement à celui du confinement de l’année 2020 pour beaucoup : un temps « forcé » à passer ensemble et à se supporter, sans fuite extérieure possible. Bien sûr, à la retraite, mille occupations sont possibles. Cependant, comme l’explique Marie Vautherin, les échappatoires sont moins nombreuses. Il s’agit donc d’une occasion rêvée pour redonner tout son éclat à la relation conjugale. 

Une relation conjugale à soigner

« Dans un premier temps, il s’agit, explique Marie Vautherin, de réinvestir l’espace de leur relation. La retraite renvoie à l’état de la relation de couple : avant, chacun pouvait trouver des fuites notamment dans le travail. Maintenant, c’est terminé. » Le passage à la retraite est, selon la thérapeute, pas forcément un temps de crise mais inévitablement une phase révélatrice et à l’origine d’un bouleversement dans la vie du couple. Ce bouleversement est à accepter au même titre que toutes les grandes étapes de la vie. 

La thérapie de couple peut alors être un excellent outil pour redynamiser son couple, réveiller la flamme amoureuse, soigner l’espace relationnel entre les deux conjoints. Comme on prend soin de son jardin, il s’agit d’enlever les mauvaises herbes et de redonner un coup d’éclat à son histoire conjugale. Marie Vautherin insiste sur le fait qu’une thérapie ne rime pas avec crise ! Il s’agit juste de diminuer les petits reproches incessants, les petites piques désagréables et de les remplacer le plus possible par des compliments, des paroles positives, des gestes tendres. Une vie quotidienne à deux induit forcément une accumulation de « gravats », à éliminer pour faire place à un nouveau pan de la relation amoureuse. 

Si une thérapie n’est pas envisageable, la communication devrait être très présente pour être à l’écoute des besoins du conjoint, de ses peurs devant cette nouvelle situation qui provoque un déséquilibre, peut être des craintes, une douleur de renoncer à un travail stimulant ou à un quotidien rassurant. 

Une nouvelle rencontre amoureuse avec son propre conjoint

Enfin du temps pour s’aimer ! Ce temps, il s’agit désormais de le prendre et de le mettre à profit, souligne Marie. Un quotidien chargé amène à sacrifier certains plaisirs, la retraite est le moment pour y repenser. Si le conjoint paraît insupportable, peut-être est-ce parce qu’il n’a pas réintroduit ces plaisirs dans son quotidien ? « Il peut être profitable de se demander à soi-même et de demander au conjoint : de quoi ai-je envie, de quoi as-tu envie ? Si les reproches et les mauvais moments se font trop présents, il est grand temps de remettre du plaisir, de la joie et de la tendresse au cœur de cette vie passée ensemble. »

Repenser à deux aux bons moments partagés au début de la relation amoureuse du couple peut permettre de faire éclore des idées d’occupations ou de discussions. Un couple évoquait à Marie Vautherin leurs parties de danse à 20 ans, si joyeuses ; cette dernière à la fin de la séance les a incités à rentrer chez eux, à mettre de la musique et à danser dans le salon ! Cette joie qui s’est essoufflée dans le tourbillon de vies trop chargées est à retrouver et à raviver, en urgence, pour toutes ces prochaines années à vivre ensemble. 

Il s’agit dès lors de se redécouvrir et d’entamer une nouvelle histoire d’amour avec son propre conjoint.

Une épouse qui paraissait si souriante et détendue à 20 ans ne demande sûrement qu’à réveiller cet aspect lumineux qui somnole en elle depuis l’arrivée des enfants, des tracas du quotidien et des obligations professionnelles. Au même titre, un homme qui aimait tant le sport à l’époque peut se dire qu’il est temps de s’y remettre. Marie Vautherin insiste sur le fait que le conjoint est resté le même mais que certains traits de caractère ont pu être dissimulés sous l’accumulation de préoccupations diverses. Il s’agit dès lors de se redécouvrir et d’entamer une nouvelle histoire d’amour avec son propre conjoint, différemment, avec de nouvelles habitudes, de nouvelles règles du jeu. 

Donner une dynamique au couple et à son avenir

Si la vie à deux devient pesante il paraît donc urgent de la refaire briller et de rallumer
la flamme. La retraite est l’occasion rêvée de donner un nouveau départ à sa relation : « Vous êtes tombés amoureux il y a x années, rappelle Marie, et ce n’était pas un hasard. Allez reconvoquer la fougue de l’époque, elle est toujours là même si elle peut être enfouie sous beaucoup de gravats ! Se projeter n’est pas interdit, même à 60, 70 ans voir plus : faire des projets donne du mouvement à la relation amoureuse : Comment nous voyons-nous dans cinq ans ? Que projetons-nous de faire de ces années ? »

Des voyages, des projets associatifs peuvent être des moments uniques et nouveaux partagés à deux dans ce nouveau quotidien. Tout ce qui sera fait à deux sera bénéfique : plus le couple passera du temps ensemble, plus il en éprouvera le besoin et l’envie. Il faut réinviter son conjoint dans son quotidien, lui redonner une place à part entière et se réapprivoiser.

La sexualité peut être redécouverte et ainsi permettre de relancer l’élan amoureux entre les conjoints. « Plus d’horaires, plus d’enfants à aller chercher à l’école, plus de dossier à terminer pour le lendemain, plus de crainte d’une grossesse non désirée : c’est une occasion parfaite de redécouvrir ensemble une nouvelle vie sexuelle, différente et à entourer de tendresse et de communication. »

La retraite ne rime donc pas forcément conjoint à « supporter » du matin au soir. Pour éviter d’avoir à subir une situation désagréable, il s’agit de sublimer celle-ci, la transformer ensemble pour rendre le quotidien bien plus lumineux. Si ce cheminement peut s’avérer très long et requérir de la patience, il parait essentiel pour donner de la clarté à la suite du chemin à parcourir ensemble.

40, 50, 60 ans de mariage… Des couples livrent le secret de leur longévité

Tags:
CoupleMariageretraiteSexualité
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement