Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 30 janvier |
Saint Quentin
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

L’âge de la retraite à 65 ans, un minimum ?

WOMAN

Shutterstock-JETACOM AUTOFOCUS

Xavier Fontanet - publié le 12/04/22

Pour l’ancien chef d’entreprise et professeur de stratégie Xavier Fontanet, la réforme de la retraite est rendue nécessaire par l’enflure des coûts de la sphère publique et de son endettement.

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

La réforme de la retraite ne peut plus se penser aujourd’hui en dehors d’une politique de réduction des dépenses publiques et sociales visant à donner de la place aux dépenses militaires et redonner de la compétitivité à notre économie, plombée par une sphère publique et sociale bien plus coûteuse que celle de nos voisins. Les dépenses de retraite sont de très loin la première dépense publique avec 14% du PIB : sept fois les dépenses consacrées à notre armée ! En 1983, le président Mitterrand a pris deux décisions très lourdes : la première a été d’avancer l’âge de la retraite à 60 ans ; la deuxième de s’appuyer sur un système « 100% répartition ». Deux erreurs funestes qui se sont cumulées et qui ont très grandement affaibli la compétitivité des entreprises françaises, parce que tout le monde oublie que les charges sociales entrent dans les prix de revient.

Une erreur colossale

Sur la nécessité d’avoir un équilibre entre les cotisants et les pensionnés, les chiffres sont connus mais ce n’est pas inutile de les rappeler : l’espérance de vie était de 75 ans en 1983, elle est aujourd’hui de 83 ans ; quand le nombre des cotisants à l’époque était de quatre actifs par pensionné, il est aujourd’hui de 1,4, soit dans un rapport de 1 à 3.  La productivité du travail a certes augmenté, mais de moins de 1% l’an : ayant progressé de 50% en 40 ans, le système est déséquilibré. La deuxième décision tout aussi importante a été le choix de la répartition. Il faut rappeler que le CAC 40, à l’image de tous les marchés financiers mondiaux, a vu sa capitalisation multipliée par 13. La preuve la plus flagrante de l’erreur consistant à se reposer sur la répartition est donnée par le poids des dépenses consacrée à la retraite dans les pays qui ont parié sur la capitalisation comme la Nouvelle-Zélande ou la Suisse, où il est de 7%. Cet écart désavantage les entreprises qui exportent.

L’erreur de François Mitterrand et de ceux qui l’ont conseillé est donc colossale. Retarder l’âge de départ à la retraite serait une mesure extraordinairement efficace, qui réduirait le nombre des pensionnés tout en augmentant celui des cotisants. L’évolution en ce sens peut être très rapide : la plupart des pays européens ont repoussé l’âge de départ à 65 ans voire 67 ans.

Pas de solidarité sans exigence

Cela étant dit, on ne peut pas parler sérieusement de la retraite sans évoquer l’actionnariat salarié. Un calcul très simple que chacun peut faire avec un tableur démontre que si l’on met chaque mois 7,5% de son salaire de côté pour le placer sur les marchés financiers ou dans son entreprise, on se constitue au bout de quarante-cinq ans (avec une rentabilité de 5%) un capital qui permet de doubler sa retraite. Il suffit de regarder la situation de ceux qui partent à la retraite dans les entreprises qui pratiquent l’actionnariat salarié depuis cinquante ans pour s’en persuader. La haute fonction publique a par ailleurs une partie de sa retraite capitalisée dans le système « Prefon », qui fonctionne très bien, avec trente ans d’expérience.

Mais pour que ces changements se passent bien, il faut revenir au postulat de base, corroboré par les expatriés qui ont pu assister dans les pays où ils travaillaient aux réformes de retraite drastiques, comme au Canada, en Nouvelle-Zélande ou en Allemagne. La réussite a toujours reposé sur la capacité des dirigeants à expliquer à la population la nécessité d’une réforme due à l’enflure des coûts de la sphère publique et de son endettement. Ces mesures passeront d’autant plus facilement que nos concitoyens seront convaincus que la solidarité, qui est le ciment de la société, n’est pas incompatible avec un certain niveau d’exigence. Les événements actuels nous montrent que nous ne sommes pas à plaindre, et que défendre notre mode de vie mérite bien de sortir de notre confort.

Tags:
économieretraite
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale