Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 01 octobre |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Rencontre avec Charle, le miraculé de Charles de Foucauld

Article réservé aux membres Aleteia Premium
CHARLE-MIRACLE-FOUCAULD-SAUMUR.jpg

APL / ALETEIA

Charle, 26 ans, le "miraculé" de Charles de Foucauld.

Agnès Pinard Legry - publié le 29/04/22

Charle, 26 ans, charpentier, est le “miraculé” de Charles de Foucauld. En 2016, il travaillait sur la charpente d’une chapelle à Saumur et a fait une chute de 15 mètres avant de finir empalé sur un banc, un morceau de bois lui transperçant le côté. Sorti totalement indemne, le jeune homme, non croyant, a accepté que l’Église lance une procédure de reconnaissance de miracle. Pour la première fois depuis son accident, il raconte cette journée.

Charle (sans s) n’est pas le genre de miraculé qu’on s’imagine. Baskets, polo et barbe bien taillée, ce charpentier de 26 ans l’est pourtant aux yeux de l’Eglise en ayant survécu à une chute d’une quinzaine de mètres, le 30 novembre 2016, alors qu’il travaillait à la restauration de la chapelle de l’institution saint-Louis (Saumur). Empalé, transporté à l’hôpital en urgence, il s’en est sorti, miraculeusement, indemne. Miraculeusement, ou plutôt grâce à l’intercession de Charles de Foucauld. Rencontre.

Aleteia : Que s’est-il passé ce 30 novembre 2016 ?
Charle :
C’était une journée tout à fait habituelle. Je travaillais à la restauration de la charpente de la chapelle présente à l’intérieur de l’institution Saint-Louis de Saumur, un établissement scolaire. La matinée s’était passée normalement. Mais alors que nous étions deux sur la charpente, en fin d’après-midi, j’ai marché au mauvais endroit et j’ai chuté d’une quinzaine de mètres avant de m’empaler sur le pied d’un banc qui était retourné.

A quoi avez-vous pensé lors de votre chute ?
J’ai surtout pensé à me protéger, je ne voulais surtout pas me casser les jambes donc je me suis mis sur le côté et j’ai protégé ma tête. J’ai fermé les yeux, les ai ouverts une première fois lorsque j’étais au milieu de la chute et les ai refermé. En arrivant au sol, je me suis tout de suite relevé et je n’ai pas immédiatement vu que j’avais un morceau de bois en moi qui dépassait pourtant d’une quinzaine de centimètres des deux côtés !

Que s’est-il passé ensuite ?
Je n’ai pas voulu sortir par la porte principale car la chapelle donne sur la cour de l’établissement scolaire et je ne voulais pas choquer les enfants. j’ai donc pris une porte latérale, sur la droite, et j’ai demandé à deux professeurs d’appeler les secours. Un hélicoptère est venu mais je n’ai pas pu rentrer dedans à cause du morceau de bois. C’est en ambulance que je suis arrivé au CHU d’Angers mais je n’étais plus vraiment conscient à ce moment-là.

801ede14-8e4e-4a0c-bd63-72a8fe4a6875MIRACLE-CHARLES-DE-FOUCAULD.jpeg

Avez-vous eu peur pour votre vie ?
C’était très bizarre : je n’ai pas eu conscience sur le moment que j’avais eu de la chance. J’ai minimisé la chose, comme si je me m’étais foulé la cheville. Mais c’est en voyant la réaction des gens, alors que je me promenais dans le couloir de l’hôpital, que j’ai commencé à réaliser. Et puis la réaction de mon chirurgien, de mes proches et de mon employeur pour lequel je travaille toujours et qui est venu me voir à l’hôpital, m’ont fait réaliser qu’une telle chute est mortelle. 

Comment avez-vous réagi lorsqu’on vous a parlé de miracle, de Charles de Foucauld, et puis aussi de la procédure à suivre pour que ce qui vous est arrivé soit reconnu comme un miracle ?
Je ne connaissais pas Charles de Foucauld, c’est François Asselin, mon employeur, qui m’en a parlé lorsque j’étais à l’hôpital. Il m’a donné une bande-dessinée sur lui en me disant que ce qui m’était arrivé n’était pas banal et pour que je découvre ce personnage. Concernant la procédure à suivre pour voir si ce que je venais de traverser pouvait être reconnu comme un miracle je n’ai pas hésité. Quand François Asselin est venu me demander si ça m’intéressait en m’expliquant que cela pouvait éventuellement servir à la canonisation de Charles de Foucauld, je me suis dis pourquoi pas, cela ne me dérange pas. Etant donné que je n’avais rien, si ce que j’avais vécu pouvait servir à Charles de Foucauld je me suis dis : “Essayons alors !”.

L’idée était vraiment d’étudier si ce qui m’était arrivé était scientifiquement explicable ou pas.

N’étant pas croyant est-ce que cela a surpris votre entourage ?
Certains me posent encore la question de pourquoi j’ai accepté. Mais je n’ai jamais eu de réaction négative, mon entourage m’a soutenu en me disant que si j’avais envie de le faire, il fallait que je le fasse, sinon non.

Comment cela s’est passé concrètement ?
Ça a démarré réellement début 2018. On est allé voir mon médecin, c’est Mgr Ardura, postulateur de la cause auprès du Saint-Siège, qui m’a accompagné. L’idée était d’analyser la chute, les séquelles etc. Nous sommes également allés voir d’autres médecins d’Angers, des chirurgiens et des psychiatres. L’idée était vraiment d’étudier si ce qui m’était arrivé était scientifiquement explicable ou pas.

Est-ce que cela a changé quelque chose dans votre rapport à Dieu ?
Je n’étais pas croyant avant ma chute et ne le suis toujours pas. Ma mère l’est un peu, mon père non, et ma grand-mère oui. J’ai été dans une école privée en primaire mais pas au collège. Après, j’étais déjà rentré dans une église, que ce soit pour le travail ou pour des événements familiaux, des enterrements… J’ai apprécié mieux connaître Charles de Foucauld mais ne me suis pas pour autant rattaché à cette figure.

Peut-être que Charles de Foucauld m’a aidé à ce que je n’ai pas de séquelle, peut-être pas. Je ne sais pas. En tout cas, je suis content d’avoir pu servir modestement à sa canonisation.

Y a t il eu un avant et un après miracle ?
Pas vraiment. J’ai fait abstraction de tout ce qui s’est passé et j’ai repris ma vie, mon métier.

Vous êtes donc un miraculé qui ne croit pas ?
Il y a toujours une part de questionnement, forcément. Mais je ne me définirai effectivement pas comme un croyant. Peut-être que Charles de Foucauld m’a aidé à ce que je n’ai pas de séquelle, peut-être pas. Je ne sais pas. En tout cas, je suis content d’avoir pu servir modestement à sa canonisation.

Serez-vous à la canonisation de Charles de Foucauld le 15 mai prochain ?
Bien sûr ! J’y serai avec mes deux parents.

Qu’en attendez-vous ?
De passer un bon moment ! On m’avait prévenu que la reconnaissance d’un miracle pouvait durer deux ans comme dix ans, donc je suis heureux de pouvoir y assister. Ce sera peut-être l’occasion de rencontrer le pape, de découvrir ce milieu religieux, Rome, le Vatican, comment ça se passe…

Si vous aviez l’occasion de lui adresser un mot, que souhaiteriez-vous lui dire ?
Je ne sais pas vraiment, je pense que je serais surpris. J’aimerais peut-être simplement discuter et c’est peut-être lui qui aura des questions !

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Charles de FoucauldMiracle
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement