Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 16 juin |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Ce que Jésus a dit à sainte Faustine sur la Russie

web3-faustine-kowalska-saint-notebook-dzienniczek-east-news

EAST NEWS

Philip Kosloski - publié le 01/05/22

Un jour, sainte Faustine Kowalska a décidé d’offrir sa journée pour la Russie car Jésus était inquiet de ce qui se passait dans ce pays athée. C’était en 1936, une année marquée par le début de la Grande terreur…

Réjouissez-vous ! L’article que vous allez lire est entièrement gratuit. Pour qu’il le demeure et soit accessible au plus grand nombre, soutenez Aleteia !

Je fais un don*

*avec réduction fiscale

Connue sous le nom de « l’apôtre de la miséricorde divine », une religieuse polonaise, Faustine Kowalska a reçu dans les années 1930, des révélations privées de Jésus. Les visions qu’elle a eues ont été définies plus tard comme la dévotion à la « Divine miséricorde » et ont inspiré le pape Jean Paul II à décréter le « Dimanche de la Divine Miséricorde » le 2ème dimanche après Pâques.

Devenue l’instrument de Dieu pendant toute sa vie, sainte Faustine a noté lors de ses visions mystiques les messages de Jésus, exactement comme il le lui avait demandé : « Ma fille, parle au monde entier de mon inconcevable miséricorde… Qu’aucune âme n’ait pas peur de s’approcher de moi, même si ses péchés sont comme l’écarlate. »

Le 16 décembre 1936, la religieuse a écrit dans son journal comment elle avait offert sa journée pour la Russie.

« J’ai offert cette journée pour la Russie. J’ai offert toutes mes souffrances et mes prières pour ce pauvre pays. Après la communion, Jésus m’a dit : « Je ne peux pas supporter ce pays plus longtemps. Ne me lie pas les mains, ma fille. J’ai compris que sans les prières des âmes qui sont agréables à Dieu, toute cette nation aurait déjà été réduite à néant. Oh, comme je souffre pour cette nation qui a banni Dieu de ses frontières ! » (Journal intime, 818)

Son action a eu lieu quelques jours seulement après que Joseph Staline ait signé la Constitution de l’Union soviétique le 5 décembre 1936. La même année, Staline a commencé ce qu’on appellera plus tard la « Grande purge », ou autrement la « Grande terreur » au cours de laquelle plus d’un million et demi de personnes ont été arrêtées et 750 000 exécutées. 

La bonne nouvelle, c’est que la miséricorde divine de Jésus triomphe sur tout et que les « prières des âmes qui sont agréables à Dieu » peuvent contribuer à renverser le cours d’une guerre et même à convertir les cœurs des dirigeants en Russie. Avant tout, nous devrions prier sans cesse avec sainte Faustine : « Jésus, j’ai confiance en toi ! ».

Tags:
JésusMiséricordeRussieSainte Faustine
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.
Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement