Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 28 janvier |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Comment Charles de Foucauld a inspiré la vocation du couple Follereau  

raoul_et_madeleine_follereau._noce_dor_50_ans.jpg

Fondation Raoul Follereau

Claire Guigou - publié le 14/05/22

Quels points communs y-a-t-il entre l’ermite du désert et le couple missionnaire ? Pour Hubert de Blic, l’un des descendants de Charles de Foucauld, l’œuvre des Follereau est étroitement liée à leur découverte de la vie du frère Charles.

Savez-vous que Aleteia ne peut vivre que grâce à la générosité de ses lecteurs ?

JE DONNE

Aleteia a vraiment besoin de vous

Tout semble opposer en apparence Charles de Foucauld et Raoul Follereau. Alors que le premier a cherché toute sa vie à embrasser une vie cachée, Raoul Follereau a parcouru le monde pour inviter à la charité, usant de son verbe et de sa fougue pour convaincre. Et pourtant, lorsqu’on se plonge dans la genèse de la Fondation Raoul Follereau, force est de constater que l’influence du Père de Foucauld n’a pas été des moindres dans la vie de son charismatique fondateur. Sa fondation porte même un temps le nom de “Fondation Charles de Foucauld” ! Comment expliquer cet attachement du journaliste et homme de lettre à l’ermite ?

En 1936, un événement fondateur bouleverse le couple Follereau. Raoul et Madeleine partent en reportage en Afrique du nord sur les pas du Père de Foucauld, pour le journal argentin La Nación. Raoul, en particulier, revient bouleversé par ce personnage en qui il voit « le chrétien idéal ». Ce reportage « est un tournant radical dans la vie des Follereau, ils sont subjugués par la vie du frère Charles », confie Hubert de Blic, arrière petit neveu de Charles de Foucauld à Aleteia. Raoul et Madeleine sont saisis par le désir de fraternité universel du frère Charles. Sa vie toute donnée aux touaregs du désert, ces hommes en apparence si éloignés de l’Évangile, les émerveille. Durant ce même périple, le couple découvre aussi la tragique situation des lépreux. Leur engagement au service de cette population oubliée à l’époque naît alors.

Voir dans tout être humain un homme et dans tout homme un frère, voilà notre loi.

La fraternité comme dénominateur 

« Follereau avait envie de vivre la charité du Père de Foucauld à sa manière, en faisant 32 fois le tour du monde au service des plus démunis », analyse Hubert de Blic. De la même manière que le frère Charles se laisse bouleverser par le peuple touareg à qui il donne tout, Follereau « est converti par les lépreux ». L’un des adages bien connus de Raoul – « voir dans tout être humain un homme et dans tout homme un frère, voilà notre loi » – est d’ailleurs largement imprégné de la spiritualité du Père de Foucauld qui aimait voir en tout homme un « frère bien-aimé ». Le couple Follereau est aussi marqué par la capacité de l’ermite à se donner sans attendre aucun retour des populations qu’il côtoie. Ce don inconditionnel sera au cœur de leur Fondation. « Tout amour semé tôt ou tard fleurira », écrira Raoul.

C’est grâce à l’audace de Raoul Follereau que la spiritualité de Charles se fait connaître.

« Follereau, très ‘paulinien’ dans sa manière de vivre,va multiplier les initiatives, les conférences et les pèlerinages pour faire connaître Foucauld », explique Hubert de Blic. L’homme de lettre est en effet l’un des premiers à se mobiliser pour la canonisation du frère universel. C’est aussi lui qui permet l’édification d’une première église sur sa tombe à El-Goléa. Cette manière très extravertie de communiquer sur la vie du futur saint, aux antipodes de la « spiritualité de l’enfouissement » dont se réclamait Charles de Foucauld, bouscule mais porte des fruits. C’est aussi grâce à l’audace de Raoul Follereau que la spiritualité de Charles se fait connaître.

Si les deux hommes ont des différences évidentes, Hubert de Blic, qui est aussi membre du Conseil de Surveillance de la Fondation Raoul Follereau, aime à souligner ce lien méconnu qui les unit. La fécondité de Charles de Foucauld n’a pas fini de surprendre !

Tags:
charitéCharles de FoucauldhéritageRaoul Follereau
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale