Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 28 septembre |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Charles de Foucauld canonisé, le panache sur les autels

Article réservé aux membres Aleteia Premium
charles-de-foucauld-dc3a9sert.jpg

EAST NEWS

Xavier Patier - publié le 16/05/22

Il y a dans le personnage de Charles de Foucauld un aspect oublié, regrette l’écrivain Xavier Patier, le côté lieutenant de cavalerie décomplexé, qui mériterait pourtant d’être lui aussi à l’honneur. Ce panache assumé est une leçon : à ceux qui ont beaucoup reçu, le saint apprend à tout donner.

À l’automne 1986, Jean-Edern Hallier a publié un très gros livre, L’Évangile du Fou (Albin Michel), ouvrage qui se voulait initialement une biographie de Charles de Foucauld, mais dont le texte était parti de travers et que son auteur avait finalement désigné sous le nom de roman, bien qu’il s’agît pour finir d’un essai autobiographique et burlesque. Il me l’avait donné en me précisant que c’était son livre le plus important car lui-même était en train de se convertir à la foi chrétienne, sur les pas de Charles de Foucauld. 

Comme toujours avec Hallier, il était impossible de démêler la part de comédie dans cette histoire de conversion suscitée par la fréquentation de l’ermite de l’Assekrem. Nous en avons parlé à de nombreuses reprises : l’écrivain, à ce que me semblait, n’éprouvait pas de désir de se convertir, mais, en certaines heures, le désir du désir. Il avait fait deux fois le voyage à Tamanrasset, lu Psichari et Huysmans, décortiqué Charles de Foucauld de toute son intelligence, qui était pénétrante. En vain. Il a porté ce désir intermittent et inaccompli de conversion jusqu’à sa mort sur les planches de Deauville, d’une chute de vélo. 

Ce qui reste d’irremplaçable dans l’Évangile du fou, c’est que ce livre rend compte d’un aspect négligé de Charles de Foucauld, un côté que l’Église ne valorise guère en général, le côté aristo et lieutenant de cavalerie. Le côté panache. Le courage, la fierté, le devoir, le service de la Nation, la camaraderie, le non-dit grand bourgeois, le style, autrement appelé panache (certains en ont, d’autres n’en ont pas), l’élitisme décomplexé étaient les valeurs de la grande droite de « nos familles », avec leur connerie monumentale aussi, la droite généreuse, la droite inspirée et conquérante, la droite sacrifiée, en un mot celle du père de Foucauld, dit à peu près Hallier. Le père de Jean-Edern, saint-cyrien de la promotion de Montmirail, servant comme il se doit dans la cavalerie, héros de la Première Guerre mondiale, avait inculqué à ses enfant le culte du « saint » Charles de Foucauld, mais à cause de son « panache ». Pour Jean-Edern Hallier, Foucauld était un saint qui portait un képi en lieu et place de l’auréole. Un saint à cheval, comme le fut plus tard Guy de Larigaudie.

Et quel saint ! Charles est le saint patron qu’il fallait pour apprendre aux élites à tout donner.

Pour notre voyage de noces, ma femme et moi avions traversé le Sahara en Peugeot 504, en septembre 1986 justement, quelques semaines avant la publication de l’Évangile du fou. Sur la piste de Tamanrasset, à quelques kilomètres d’El Golea, nous nous étions arrêtés devant la tombe de Charles de Foucauld, bloc de pierre posé au milieu des cailloux, en plein désert. Nous y avions photographié cette phrase gravée : « En attendant le jugement de l’Église, le vicomte Charles de Foucauld, assassiné par les Sénoussites… » Les derniers mots étaient martelés et presque illisibles. Pourquoi vicomte ? demandait Jean-Edern. Pourquoi pas père ? Ou frère universel, comme il se dénommait lui-même ?

Choisi comme le centurion

Charles de Foucauld, ami des plus pauvres, frère du Christ, dépouillé de tout, reste sur sa tombe de pierre qualifié comme il l’était au temps des frasques de Saumur. Il est resté celui que Dieu avait choisi comme le centurion. Signe que la conversion n’est pas un reniement de ce que nous sommes. Signe aussi que les officiers de cavalerie, les aristos, les vieilles élites perdues dans le monde d’aujourd’hui ont aussi, enfin, leur saint. Les SDF avaient Benoît-Joseph Labre. Désormais, les familles de militaires, avec leurs monospaces, leurs maisons de famille, leurs fins de mois difficiles et leurs idées inoxydables ont le leur. Et quel saint ! Charles est le saint patron qu’il fallait pour apprendre aux élites à tout donner.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Charles de FoucauldSaint-Cyr
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement